29 avril 2016

Chevaliers de la Restauration

Liste de membres de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, nommés par Louis XVIII, classés par ordre chronologique :

• Pastoureau (Jean-Baptiste-Marie) (°1780-†1839). Nommé le 31 janvier 1815. Né et décédé à Nontron (24). Fils de Pierre, et Marguerite Marcillaud.

• Arondeau de Chareyroux (Élie-Alexandre) (°1774-†1837). Nommé le 2 novembre 1815. Né à Busserolles (24) et décédé à La Rochefoucauld (16). Fils de Jean-Baptiste, et Françoise d'Escravayat.

• Texier (Adrien-Bertrand) (°1765-†1852). Nommé le 8 novembre 1815. Né et décédé à Augignac (24). Fils de Adrien-Sicaire, et Françoise Périgord.

• Sauvo des Versannes (Jean-Baptiste) (°1767-†1839). Nommé le 25 décembre 1815, né et décédé à Bussière-Badil (24). Fils de Jean, et Anne Légier.

• Sardain de La Soutière (Léon-Aubin) (°1752-†1822). Nommé le 31 janvier 1816, né et à décédé à Chabanais (16). Fils de Joseph, et Catherine-Renée Naulin.

Source : Généalogie Charente Périgord.

Posté par ID348347 à 15:32 - Permalien [#]


27 avril 2016

Labrousse-Brognac et la garde napoléonienne

brognac

NB : Pierre Labrousse-Brognac est un jeune soldat de la garde napoléonienne, né le 28 septembre 1785 à Firbeix (Dordogne), fils de Jean-Baptiste Labrousse-Brognac, maître de forge et maire de Dournazac (Haute-Vienne). Il est admis le 14 germinal an XII dans les vélites à pied, avec le matricule n° 9. Le 1er septembre 1806, il est nommé sous-lieutenant dans l'infanterie de ligne et sert en Italie. Son sort est inconnu. D'après son signalement, il mesurait 1 mètre 75, avec des cheveux et des sourcils châtains clairs, les yeux gris, le visage long, le front et le menton ronds, et le nez épaté.

Posté par ID348347 à 19:09 - Permalien [#]

Un jésuite

Élie-Grégoire Eyriaud est un frère jésuite, prêtre et professeur de théologie au collège de Limoges, fils de Isaac-François Eyriaud de Mancy, consul de Périgueux, et Denise Copperie. Il est né au village de La Tricherie, paroisse du Moustier-Ferrier, diocèse de Limoges et province du Périgord, le 31 juillet 1722. Il réalise sa profession des quatre vœux au collège de Saintes en 1755. Le 21 mars 1779, il fait l'acquisition du repaire noble des Izards, paroisse de Chamiers, cédé par Jean-Baptiste du Lau d'Allemans, maréchal de camp des armées du roi. L'abbé Eyriaud est nommé chanoine du chapitre cathédral de Périgueux en 1780. Dans son serment, il promet conformément aux édits de novembre 1764 et de juin 1778, de maintenir et professer constamment les libertés de l'église gallicane, et notamment les quatre articles de la déclaration du clergé de France de 1682. Le 14 juin 1788, il est présent à l'assemblée extraordinaire du chapitre. Il décède le 12 octobre 1797, âgé de 75 ans, dans la ville de Périgueux. Il avait été déporté et son domaine de Chamiers saisi par les révolutionnnaires en 1794.

Source : Généalogie Charente Périgord.

Posté par ID348347 à 17:05 - - Permalien [#]

Un député de la Charente

« Dés l'heure de minuit, le tocsin sonnait dans les faubourgs et le tambour battait dans les rues, tandis que je dormais tranquillement (rue Saint-Nicaise) près du palais des Tuileries. J'avais bien vu passer le matin sous ma fenêtre quelques détachemens de la garde nationale ; mais je croyais que ce fût pour protéger le château contre une nouvelle journée du 20 juin dont on avait parlé ; je fus désabusé par M. Lamotte-du-Chambon, mon voisin de campagne, nouvellement arrivé à Paris et logé au même hôtel que moi. Il était entré dans ma chambre tout ému, dans un moment où j'écrivais à un ami et dans ma famille sur les événemens du jour, et avec trop de franchise ; il venait de parcourir le faubourg Saint-Antoine, tout y était en mouvement. La municipalité avait été dissoute et remplacée par une autre ; M. Mandat, commandant de la garde nationale, avait été arrêté et mis à mort ; on avait pillé l'arsenal, et un attroupement formidable, ayant à sa tête les Marseillais et les Féderés, marchait avec du canon contre les Tuileries. Je m'empressai de clore mes lettres et de partir pour l'assemblée. » (Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau)

NB : Étienne Fargeas alias Lamotte du Chambon, premier maire de la commune d'Eymouthiers, élu député suppléant à l'Assemblée législative en 1791, décédé le 6 mars 1819, avocat et ancien magistrat. Il avait hérité du domaine du Chambon de son oncle, Pierre Fargeas, bourgeois, décédé en 1779.

Posté par ID348347 à 16:55 - - Permalien [#]

Une demoiselle de Saint-Cyr

dulau

Claudine-Césarine-Marie du Lau est née le 28 septembre 1756 au château du Chambon, paroisse du Moustier-Ferrier en Périgord, dans une famille noble d'extraction chevaleresque. Son père est officier, capitaine dans un régiment d'infanterie, et sa marraine est Claudine-Césarine de La Tour du Pin. Elle a été baptisée par l'abbé Maisondieu. Mademoiselle du Lau du Chambon est admise dans la Maison royale de Saint-Louis, le 12 septembre 1769, à l'âge de 11 ans environ. Ce pensionnat pour jeunes filles de la noblesse, appelé aussi école de Saint-Cyr, a été fondé par Madame de Maintenon en 1684. Elle en sort le 17 juillet 1776, et épouse le comte d'Elva, maréchal de camp des armées du roi, dont la famille vient d'Italie. Son contrat de mariage chez Jean-Baptiste Lefebvre, notaire à Paris, est signé de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Décédée le 9 octobre 1825 au château de Changé, près de Laval en Mayenne, elle laisse un fils unique, officier de cavalerie et maire de Changé, dont postérité.

Posté par ID348347 à 15:47 - - Permalien [#]


Statistique générale de la France

Eymouthiers, au sud-ouest et à 4 kilomètres 678 mètres de Montbron, contient 676 habitans. Cette commune est bornée au nord par la Tardouëre, qui y fait tourner un moulin à farine. Son sol, quoique sablonneux, est généralement fertile, et produit surtout beaucoup de vin assez estimé; de très-belles prairies nourrissent une grande quantité de bestiaux, qui font le principal commerce des habitans. On y compte 159 maisons, 724 hectares de terre cultivée, 160 hectares de terre inculte et six hameaux qui sont: Puisservaud, Chambon, Meaudeuil, la Tricherie, Chez-Manaud, et Marsat.

(Statistique du département de la Charente, 1818)

Posté par ID348347 à 15:12 - - Permalien [#]

Assemblée provinciale du clergé en 1789

Vingt-quatre paroisses de l'ancien diocèse de Limoges, archiprêtré de Nontron, étant situées en Périgord, furent convoquées à Périgueux pour l'assemblée du clergé; elles sont aujourd'hui du département de la Dordogne :

Abjat, dont était curé Etienne Auvray-de-Saint-Remy. —- Augignac, Pierre Rousset. — Saint-Barthélemy, Jean-Baptiste-Joseph Bourdeau. — Le Bourdeix, Jean-Baptiste Gauthier, docteur en théologie. — Busserolles, Symphorien Arondeau, docteur en théologie. — Bussière-Badil, Antoine Salignac, docteur en théologie — Champniers, François Charron. — Chapelle-Saint-Robert, Elie Lapouge. — Saint-Estèphe, François-Charles Chamblet. —Etouars, Pierre Tamaignon, docteur en théologie. — Hautefaye, François Fargeas. — Javerlhac, Pierre du Roux, docteur en théologie. — Lussas, Annet-Jean du Reclus, docteur en théologie. — Saint-Martial-de-Valette, Thibeau Faurien de Villaupré. — Saint-Martin-le-Peint, Vaincque. — Moutier-Ferrier, Guillaume Boyer, docteur en théologie.— Nontron, Jean-Baptiste Turcat, licencié en droit. — Nontronneau, [Dussoubs]. — Pluviers. Jean Basset des Rivailles. — Reilhac, Léonard Germain.— Savignac, Barthélemy Bardonneau.— Soudas, Jean Marcillaud [Pastoureau]. — Teyjat, Lacroix. — Varaignes, François du Coux, docteur en théologie. (Procès-verbal de l'Assemblée des trois Etats, le 16 mars 1789).

Source : Martyrs et confesseurs de la foi du diocèse de Limoges pendant la Révolution française, d'André Lecler.

Posté par ID348347 à 15:07 - Permalien [#]

Monasteriis

Eymoutiers (è Monasteriis). — Ép. moyen âge. Église de Saint-Pierre-ès-lions, du Xe siècle, détruite en 1853 : plan en carré long, avec six fenêtres plein cintre très étroites à l'extérieur et très évasées à l'intérieur; colonneltes romanes et voûtes en plein cintre en berceau lisse Longueur, 19 m. 35 c.; largeur, 8 m. 15 c. Sur l'emplacement de cette église et sur un rocher situé au-dessus d'une fontaine, où l'on vient en dévotion, on a élevé un petit monument commémoratif. Autour de l'église on a découvert un tombeau antique employé aujourd'hui dans une construction, ce qui empêche d'en lire l'inscription. Trois autres tombeaux en pierre d'un seul bloc, recouverls d'une large brique, ont été trouvés sur le sommet d'une colline voisine. Sur une autre colline, en face, vestiges de constructions antiques et fragments de tuiles à rebords qui peuvent appartenir à l'époque gallo-romaine. Cet emplacement s'appelle encore la Ville de Conan. — On voit au village de Chez-Maneau une petite chapelle en carré long. Cet édifice , qui fut primitivement une léproserie, fut en partie rebâti au XVIe siècle par un chanoine de Limoges. Celte chapelle attire de nombreux pèlerins le jour de la fêle de saint Roch. — Ép. moderne. Église paroissiale située à La Tricherie : carré long avec un sanctuaire circulaire. Longueur, 24 m. 10 c; largeur, 7 m. 85 c. Portail plein cintre avec deux colonnes latérales; fenêtres de même et petite rosace à la façade.

(Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1863)

Posté par ID348347 à 11:38 - - Permalien [#]

Donation de l'église Saint-Pierre d'Eymouthiers

Donation de l'église de S. Pierre-du-Moutier faite par l'évêque de Limoges au monastère de S. Martial. — 1150. Orig. Sc. perdu.

Arch. dép. de la Haute-Vienne, fonds S. Martial, n° prov. 9162.

Ego Geraudus, Dei gratia Lemovicensis episcopus, divina favente pietate, domno abbati Alberto fratribusque sanctissimi patris et apostoli nostri Marcialis. Speciali devotione convinctus, largitiones et helemosinas predecessorum nostrorumkaritate benignacupiens ampliare, jamdicto abbati fratribusque dono et concedo ecclesiam sancti Petri que vocatur Monasterii cum suis omnibus pertinentiis et integritate possessionum suarum, quatinus eadem ecclesia ad sancti Marcialia cenobium deinceps jure perpetuo pertineat, salvis justiciis et redditibus episcopalibus. Hujus reigratia, pia vicissitudine, domnus abbas et fratres mihi concesserunt ut post decessum meum in regula nomen meum annotetur et anniversarium ecclesiastico more persolvatur, celebrato in conventu fratrum generaliter officio et missa. Si quis autem usu temerario huic nostrae donationi coutrariusesse presumpserit, anathematis supplicio donec resipiscat dampnetur. Hec autem acta sunt anno ab incarnato Domino M° C° L°, in presentia venerabilium fratrum nostrorum canonicorum sancti Stephani Heliæ Gauterii, archipresbiteri et Petri de Luro, Willelmi monachi, prioris sancti Marcialis, Hugonis monachi. capicerii, Rotgerii monachi, helemosiaarii et aliorum multorum.

(Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, 1884)

Posté par ID348347 à 11:22 - - Permalien [#]

Baptême de François Guimbelot

Le vingt-huit février mil six cent quatre vingt quatre a été baptisé François né le vingt-six dudit mois et an, fils naturel et légitime de monsieur Me François Guimbelot, sieur de Monplaisir, avocat au parlement de Guyenne, bourgeois, et habitant de la présente ville et paroisse, et de Anne Benoist, demoiselle, conjoints. Ont été parrain et marraine, Me Jean Aubin Reynaud, docteur en médecine, faisant pour monseigneur Me Jean Guimbelot, prêtre, chanoine en l'église cathédrale de la présente ville, qui a fait le présent baptême, et Marie Guimbelot, demoiselle, veuve de défunt Pierre de La Roussie, fait en présence des soussignés... Guimbelot père, Reynaud, Marie Guimbelot, Anne Guimbelot, Guimbelot chanoine, Desaunières curé de Saint-Silain.

Source : Généalogie Charente Périgord.

Posté par ID348347 à 11:20 - Permalien [#]