René de Galard de Béarn, fils de Jeanne de La Roche-Chandry, était seigneur et baron de Brassac, La Rochebeaucourt, Saint-Maurice, Semoussac, Semillac, La Rivière, Poy, Moissaguel, Grenade, Clion, Saint-Antoine-du-Bois et autres lieux. D'après un usage très fréquent au XVIe siècle. René porta dès l'âge de six ans le titre de baron de Brassac, tandis que son père était désigné sous le seul nom de Monsieur de Brassac. Honorat de Savoie, comte de Tende et de Sommerive, marquis de Villars, amiral de France et lieutenant général du roi en Guyenne, l'admit dans sa compagnie de gens d'armes en qualité de guidon, au camp de Condom le 31 juillet 1577 (Arch. du château de Couloutre, original scellé) ; René épousa par contrat du 26 juin 1578 Marie de La Rochebeaucourt, héritière des biens de sa Maison.

Dans une requête présentée au parlement de Bordeaux le 6 septembre 1594, il dit « qu'estant avec dame Marie de La Rochebeaucourt, sa feue espouse, au chasteau de La Rochebeaucourt appartenant à lad. dame, il auroyt esté adverti que le feu seigneur de Brassac, son pere, estoit decedé à Brassac, où soudain led. suppliant s'acchemina pour mettre ordre aux honeurs funebres dud. feu son pere et à autres affaires, et illec estant, le sr de St Mesme (Jean de La Rochebeaucourt), gouverneur de la ville de St Jehan [d’Angély], oncle de lad. feue dame de La Rochebeaucourt et ennemy juré et capital dud. suppliant à raison de certains procès qu'ils ont eu à cause des biens d'icelle feuc dame, prenant occasion de l'absence d'iceluy suppliant, se seroyt insinué aud. chasteau de La Rochebeaucourt et, pour se venger de luy, auroyt aliené lad. dame dud. suppliant son mary, et à iceile auroyt persuadé de ne plus adherer aud. suppliant ny le laisser entrer aud. chasteau, auquel led. sr de St Mesmes, pour mieux venir à fin de son dessein, auroyt mis garnison à sa poste, et depuis auroyt transporté lad. dame ailleurs, comme aussy se seroyt saisi des enfans dud. suppliant, mesmement des deux aisnés, lesquels il faict instruire en la religion pretandue reformée contre le gré dud. suppliant, lequel et ses autheurs ont toujours esté de la religion catholique, apostolique et romaine, et ayant icelle dame en sa puissance, l'auroyt contraincte de poursuivre separation d'avec led. suppliant son mary, pendant laquelle poursuitte estant decedée, led. sr de St Mesme, montrant de plus en plus son animosité, se serot emparé dud. chasteau de La Rochebeaucourt et de tout ce qui est dedans et auroyt mis dans iceluy certains vagabonds qui gastent, ruienent et deterorent tout ; ausquelz il a enjoint de courir ceux (sus) aud. suppliant et aux siens s'ils s'approchent dud. chasteau ou se veulent entremesler du revenu d'iceluy, qui est chose de grande consequence. Et qui pis est, il a retiré avec soy en la ville de Sainct Jehan toutz les autres enfans d'iceluy suppliant pour les instruire, comme il faict, à la religion pretandue reformée. Ce considéré, il vous plaide de vos graces condamner led. sieur de St Mesme, etc. (Arch. du château de Couloutre. Reg. D., pièce 37, original sur papier).

Source : Revue internationale des études basques, 1907.