« Aujourd'huy, neufiesme jour du mois de novembre mil six cent cinquante-six, pardevant les notaires soubzsignez jurez aux contractz à Marcillac pour Monseigneur duc de la Rochefoucault pair de France prince dudit Marcillac, a esté présent et personnellement estably comme en droict et vray jugement Messire François de Nuchèze, commandeur de la commanderie des Epaux et du Guelyan, lieutenant général des harmées navalles de Sa Majestt estant de présent en ce bourg de Villejésus, en la maison noble de la court dudit lieu en ladite principauté, en Poitou, Lequel dit seigneur de Nuchèze nous a dit et exposé que es années mil six cent quarante-six et quarante-sept, il estoit visse admiral de l'armée navalle des Vénissiens pendant lequel temps il a fourny et advancé diverses sommes de deniers aux capitaines dudit armement à bon compte et particulièrement au sieur Denis qui commandait le navire appellée Saint-Joseph, auquel luy seigneur de Nuchèze avait dellivré quatre mil piastres d'Espagne qui vallaient au temps cinquante-huit sols pièce, montant à onze mil six cens livres pour les employer aux vituailles affin de les porter au sieur de la Foye son frère qui estoit aux Archipelles et les ayant faict achepter ledit sieur Denis les auroit fait embarquer sur un brusiot que commandait le capitaine Ozée qu'il avoit choisi et amené pour cest effet et promis de délivrer aud. sieur de la Foye et l'ayant joint à l'isle de Mille avec sa navire dans les Archipelles, et comme il se retiroit de l'armée de Venise n'ayant pas besoing desdites vituailles led. sieur de la Foye les auroit vollontairement laissées aud. sieur Denis à sa prière pour en faire son proffit et deffait s'en serait servy pour l'équipage de son vaisseau ou autrement ainsy qu'il auroit voullu, attendu mesme qu'elles valloient plus de trois fois et autant aud. lieu qu'à La Rochelle où il les avoit acheptées. Et d'autant qu'icelluy seigneur de Nuchèze a perdu tous ses papiers et reçus de l'argent dud. armement qu'il avoit dellivré et advencé tant audit sieur Denis que autres capitaines Ihors qu'il fut fait prisonnier par les Espagnols quelque temps après, Il a intérest notable d'en tirer la vérité par Jed. capitaine, officiers, mathelots, soldats dud. harmement qui en ont heu connoissance. C'est pourquoy parlant à la personne de Messire François Deilivenne, chevalier de l'ordre de Saint-Jehan de Jérusalem, commandeur de la commanderie de Nanthé, demeurant au logis noble de Villejésus en la susd. principauté en Poitou touttes fois proche la ville d'Angoulesme, qui estoit Ihors dudit harmement capitaine de navire appellé le Grand Mattois et de l'escadre dud. de la Foye l'a requis et interpellé de dire et déclarer présentement ce qu'il a veu et qu'il scait véritablement des sommes de deniers en autres choses que luy seigneur de Nuchèze a advancées pour led. sieur Denis llord dudit harmeinent, s'il ne scait pas bien qu'il avoit aussi fait lever quarante mathelots et cononniers par son ordre en Hollande qui furent retenus pour le service du roy et qu'icelluy seigneur de Nuchèze n'a point été remboursé des frais de la solde et conduite d'iceux et'aussy qu'il avoit achepté neuf pièces de canon et des mars de navire pour le compte dud. sieur Denis qui furent pris par les Turcs et menés en Argiers. Et finallement de ce qu'il peut scavoir au vray des advences et fournitures qu'il a fait pour lui pendant les Harmemens. Et aussy si les ducattohs que led. seigneur de Nuchéze reçut de la République de Venise à l'isle dezea il ne luy en délivra pas sa part aud. sieur Denis et autres capitaines dud. harmement. Et si l'équipage dud. Saint-Joseph n'estoit pas de deux cent cinquante hommes. A quoy ledit sieur chevallier de Verdille, commandeur de la commanderie de Nanthé a respond qu'en l'année mil six cent quarante-sept, il commandoit le navire appellé le Grand Mattois, dans lad. harmée de Venise et de l'escade dud. sr de la Foye et qu'estant sur le retour et retrait de lad. harmée vénissienne, ils firent rencontre à lad. isle de Mille du sieur commandant de Bourlemont commandant le navire appellée et Saint-Jehan, le sieur commandant de Boismorand, commandant le navire le Saint-Sacrement et led. sieur Denis commandant le Saint-Joseph, et du bruslost commandé par le capitaine Ozée Blanchard et qui aud. lieu de l'isle de Mille il vit que led. sieur Denis pria led. sieur de la Foye de l'acomoder des vituailles qu'il avoit puis qu'il estoit sur son retour et qu'elles ne luy estoient point nécessaires, à quoy led. sieur de la Foye octempérant il les luy auroit laissées à son compte pour la somme de quatre mille piastres qu'il avoir reçues à La Rochelle dud. sieur Commandeur de Nuchèze quoi qu'elles vallussént plus de deux fois et autant, lesquelles vituailles estoient dans la navire dud. sieur Denis et le bruslost dud. capitaine Ozée. dit aussy led. seigneur commandeur de Verdille avoir veu l'Equipage dud. sieur Denis estre de deux cent cinquante hommes et qu'après avoir demeuré en lad. isle de Mille ils se séparèrent et que pour ce qui est des canons, mars et Mathelots sus mentionnés il ne le scait que pour l'avoir ouy dire plusieurs fois estant lhors attaché au service des Vénitiens en l'armée navalle ès mers de Candie, desquels dires et déclaraons cy dessus led. seigneur de Nuchèze nous a requis le présent acte que luy avons octroyé pour luy valloir et servir en temps et lieu et que de raison. Fait et passé aud. logis noble de la Cour de Villejésus, demeure dud. seigneur commandeur de Verdille avant midy, les jour et an que dessus. Signé Le Chevalier de Nuchèze, le chevallier de Verdille, Estachon, nott. à Marcillac, Bourdeau, nott. à Marcillac. »

Au dos est écrit « Acte entre M. le Commandeur de Nuchèze et M. le Commandeur de Verdille — 1656.

« Grosse au sr de Nuchéze — 9 9 bre 1656. »

(Société Archéologique et historique de la Charente, 1925)