Le château de La Rochette (Charente) vu du ciel.

Demeure de la Renaissance (fin XVIe siècle).

Premier propriétaire connu sous le nom de Roch Tizon, écuyer, officier des gardes du roi, maître des eaux et forêts d'Angoumois, seigneur de La Rochette, et de Sigogne par acquisition (acte du 13 juin 1584).

XVIIe siècle : famille Frotier-Tizon.
XVIIIe : familles de Paris et de La Garélie.
XIXe : familles de Guitard et de Causans.

L'édifice est la propriété de la commune de La Rochette depuis 1946.

--

1582. — Transaction entre demoiselle Marguerite du Courret, femme de Roch Tizon, écuyer, sieur de La Rochette, « enseigne de la Garde française ancienne du corps du Roy » et maître des eaux et forêts d'Angoumois, demanderesse en dommages-intérêts, d'une part ; et Hubert Tisseuil, défendeur, d'autre part.

AD Charente E 1267.

1602. — Quittance par Jean Frotier, écuyer, sieur de La Rochette, y demeurant, en la châtellenie d'Angoulême, comme mari et poursuivant les droits de demoiselle Anne Tizon, fille et héritière, sous bénéfice d'inventaire, de feu Roch Tizon, en son vivant écuyer, sieur dudit lieu de La Rochette, d'une part ; à sire Antoine Martin, sieur de Montgoumard, marchand de la ville d'Angoulême, d'autre part, de la somme de 650 écus sol due par celui-ci audit seigneur de La Rochette, en qualité de cessionnaire de feu sire Jean Tonnelier, vivant marchand de Paris.

AD Charente E 1541.

Source : Généalogie Charente Périgord.