Abraham Golnitz (1) est un Allemand, qui, venant de l'Angoumois, traversa le Limousin en 1630 pour se rendre en Auvergne, dans les premiers jours de juin. Il passe à Verteuil, Saint-Georges, Saint-Laurent-de-Céris, Pont-Sigoulant, Chabanais, Etagnac, Saint-Junien, La Barre, Limoges, Saint-Priest-Taurion, Sauviat, Le Compeix, Felletin, Pontcharraud, Crocq, Pontaumur.

« (2) ... Le lendemain, après une marche de trois milles, nous arrivâmes en Angoumois à Verteuil (3); nous dînâmes à la Croix Blanche. Cette ville est remarquable par le château des ducs de La Rochefoucauld et par son agréable position sur la Charente, qui la divise en trois parties. Les maisons deviennent plus rares dans ce sol sablonneux et montueux.

Après avoir fait trois milles, en traversant le pays de Saint-Georges (4) Chevalautin, Chatrian, nous arrivons au bourg de Saint-Laurent de Chaud (5) nous y avons couché chez un hôte qui était un excellent homme, mais qui cependant avait été maltraité par les soldats, comme l'attestait une'cicatrice sur la partie antérieure du visage.

A partir de ce lieu le sol est montueux jusqu'au pont Sigoulet (6) les passants trouvant en abondance les noyers, les cerisiers et les châtaigniers. La Vienne qui borde le Limousin est près de ce lieu; les campagnes et les champs, situés sur sa rive, sont couverts d'une riche végétation, nous les traversons pendant IV milles jusqu'à Chabanais. Dans cette ville, nous avons convenablement dîné chez M. Dupont, jadis à l'enseigne Saint-Jacques Cette ville est placée sur la Vienne et aux confins du Limousin. Les habitants de ce lieu n'appellent pas cette rivière la Vienne, mais la Vignane (7) sa source est située près de Tarnac (8), puis ayant grossie, elle baigne la capitale du Limousin, passant ensuite à Saint-Junien sous un pont de pierre elle coule jusqu'à Chabanais où nous nous trouvons. Le comte de Schomberg commande dans cette ville (9) et quoiqu'il ait l'autorité, il est cependant défendu aux jésuites et aux réformés d'habiter en ce lieu.

Après dîner, nous avons traversé la Vienne sur le pont qui conduit à un faubourg situé tout auprès, entouré de belles prairies qu'arrose la rivière sur la droite. Plus loin, nous trouvons des châtaigniers d'une végétation luxuriante; on se sert de leurs fruits pour engraisser les cochons.

Etagnac (10), bourg avec un château qui obéit au comte Schomberg, est entouré d'une forêt remarquable. Le pays est ensuite montueux jusqu'au village d'Immont (11), et il descend ensuite jusqu'à la Vienne. Tout en chevauchant le long de la rivière, nous arrivâmes au village de la Roche (12). Ensuite passant sur le pont des malades qui est un pont en pierres, de deux arches, construit sur la Glane, affluent de la Vienne, nous arrivâmes à Saint-Junien.

Nous avons soupe et nous nous sommes reposés dans cette ville, après avoir fait deux milles. Nous avons choisi pour hôtel le Lion d'Or (13), situé dans un faubourg et dans une position agréable. Les maisons de cette ville, qui est ronde et qui est située sur un des premiers versants du Limousin, sont d'apparence modeste et couvertes de tuiles. Sur les coteaux, les vignes ne rampent pas à terre; mais elles sont dressées et attachées à des échalas, comme on le pratique sur les bords du Rhin. Le terrain est sablonneux, mais il ne ressemble pas à celui de Cahors, parce que les habitants, continuellement assaillis par les armées, ne peuvent pas le travailler et l'améliorer. »

Notes :

1. Abraham Golnitz, ltinerarium Belgico gallicum.— Lugduni Batavorum ex officina elzeviriano ClC IC CXXXI. M. le chanoine Lecler a traduit et reproduit dans l'Almanach limousin de 1875 (p. 112 et ss.) la partie de ce voyage qui a trait au Limousin et à la Marche.

2. Le voyageur vient de Saint-Fraigne, arrondissement de Ruffec, canton d'Aigre, (Charente). Ce ne fut qu'à force de prières qu'on leur avait permis de coucher dans ce lieu, car les habitants qui les avaient pris pour des soldats, avaient fermé leurs portes. Ils avaient peur qu'ils pillassent la ville comme l'avaient fait quelques troupes de soldats peu de jours avant.

Le mille dont parle le voyageur avait 6 kilomètres (Notes de M. Lecler).

3. Verteuil, petite ville de l'Angoumois, canton et arrondissement de Ruffec (Charente), sépulture des ducs de La Rochefoucault.

4. Saint-Georges, au sud-est et dans le canton de Ruffec.

5. Saint-Laurent de Céris, canton de Saint-Claud, arr. de Confolens (Charente).

6. Pont-Sigoulant sur la Charente, près Lapéruse, canton de Chabanais (Charente).

7. Nous avons fait la même observation à Aixe près Limoges. Les habitants de la campagne la nomme aussi lo Vignano.

8. La source de la Vienne est sur le plateau de Millevaches, cant. de Sornac, arrond. d'Ussel. Tarnac est canton de Bugeat, même arrondissement (Corrèze).

9. Henri de Schomberg, comte de Nanteuil, seigneur de Nully, Saint-Front, et Ouchie-le-Cassel, lieutenant de Sa Majesté au gouvernement du Limousin, qui avait battu l'armée anglaise appelée en France par les protestants de La Rochelle.

10. Etagnac, cant. de Chabanais, arrond. de Confolens (Charente).

11. Aujourd'hui Les Monts, com. d'Etagnac, sur la route qui conduit à Saint-Junien.

12. Ce village est de la commune de Saint-Junien (Haute-Vienne); il est aussi sur la route qui vient d'Etagnac.

13. L'hôtel du Lion d'Or existe toujours et dans le même faubourg.

(Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 1916)