Aveux d'Alain d'Albret, vicomte de Limoges, à l'évêque d'Angoulême, pour la châtellenie et baronnie de Nontron, en 1499 et 1501; pour Ayen, Essandon, Ans et Nontron, en 1505; pour la baronnie de Nontron en 1514.

Il existe un contrat de vente et d'aliénation du 18 août 1600, de la châtellenie et baronnie de Nontron, appartenances et dépendances, sises en Périgord, dépendant de la vicomté de Limoges, par les commissaires, députés du roi pour vendre et aliéner ledit bien, pour et au nom dudit roi et de Madame sa seur unique, au profit de messire Charles-Hélie de Coullonge de Pellegrue, chevalier de l'ordre du Roi, sieur de Bourdeix, Piégut et Soumissac, comme dernier enchérisseur.

Par acte du 4 février 1612, Antoine de La Rochefoucauld promit à M. de Coullonge, chevalier, sieur de Bourdeix, baron de Nontron, de réunir à sa baronnie les deux paroisses de SaintMartial et Saint-Pardoux-la-Rivière, comme faisant partie de ladite baronnie, laquelle en entier est mouvante et tenue en fief et hommage dudit sieur évêque à cause de son évêché.

Le 30 septembre 1614, par arrêt du grand Conseil, le sieur de Coullonge fut condamné à payer à l'évêque les droits de lods et ventes de l'acquisition par lui faite de la terre et baronnie de Nontron, et à en rendre foi et hommage.

(Revue nobiliaire héraldique et biographique, 1865)