22 mars 2020

Corgnol émigré

Corgnol (Jean-Guy de) : fils de Louis, seigneur de La Touche, et de Marie-Rose Grant de Luxolière de Bellussière - né à Anaïs, 21 juil. 1769 - domicilié à Rochepatier (?) près La Rochefoucauld.

Emigra - 28 déc. 1791 - arrivé, 4 fév. 1792, à Münster- Mayenfeld - campagne de 1792, armée des Princes, dans la 1re Cie d'inf. des gentilshommes de Saintonge, Angoumois et Aunis - inscrit à l'armée de Condé, 31 juil. 1794 - admis à la Cie n° 9 des chasseurs nobles - a suivi l'armée en Russie - campagnes de 1794 à 1800, armée de Condé - a obtenu du Roi le brevet de s.-lieut.

Rentré en France - demande à se rendre en surveillance en Charente, déclarant avoir résidé à Fontainebleau du 28 avril 1792 au 23 fructidor an V - résidant à Vilhonneur, fait promesse de fidélité devant le Préfet de la Charente, 2 prairial an X - amnistié, 22 thermidor an X - en surveillance à Vilhonneur en messidor an XIII : « sa conduite politique ne serait pas sans reproches ».

Il épousa Jeanne-Julie de Labrousse de Mirebeau de Vaubrunet, fille de François et de Anne Favret de Pommeau.

A. G. : 3521, 3533, 3581, 3591, 3601 - A. N. : F7 4989, 5796, 5876, 6012 - O3 2640, 2655 - B. N. : M.F.N.A. : 1386.

Source : L'émigration militaire, de Jean Pinasseau.

Posté par ID348347 à 11:05 - Permalien [#]


L'ancien seigneur de Rochebertier

Un fils de Philippe Corgnol, Isaac, avait épousé, en 1656, demoiselle Marie de Lubersac, fille de Charles, sieur de Glanges, en la paroisse de Jauldes (1). Il habite le lieu de Glanges et en prend le nom (2). Nous voyons, en 1673, Philippe, fils de cet Isaac, faire sa demeure au lieu noble des Touches, paroisse d’Anais (3), sans doute à la suite de son mariage avec Charlotte Martinaud. En 1727, François Corgnol, écuyer, sieur de Glanges, fils de Philippe, épouse demoiselle Marie Guy, fille de défunt Pierre Guy, procureur au présidial d'Angoumois, et c'est ainsi, semble t-il, qu'il devient propriétaire du domaine de Sillac, paroisse de Saint-Martin sous Angoulême (4). Son fils Louis épouse Suzanne Pasquet, fille du seigneur de La Robinière, paroisse de Vilhonneur (5). Il meurt laissant ses enfants encore mineurs, sans qu'aucun partage ait été fait des domaines de La Touche (ou Les Touches), de Fougère, paroisse de Saint-Angeau, ni de Sillac, paroisse de Saint-Martin. Le fils de ce dernier, autre Louis, épouse, le 26 janvier 1764, Marie-Rose Grant de Luxolière de Bellussière; il achète, en 1776, le fief de Rochebertier, paroisse de Vilhonneur, dont il héritait pour partie du chef de sa grand’mère; il est encore, en 1784 (6), à Sillac, avec ses soeurs; puis il va demeurer à Rochebertier, laissant Sillac à ses deux sœurs, Suzanne et Marie Corgnol.

Au moment où survient la Révolution, Louis Corgnol est mort; il a laissé, avec sa veuve, un fils, qui émigre, et cinq filles. Les deux soeurs, à Sillac, la veuve et ses filles, à Rochebertier, tiennent tête à la Révolution. Comme re présentant l'émigré, la nation vient en partage dans les domaines de Sillac, Rochebertier, La Touche, Fougère; les propriétaires sont constituées séquestres; en l'an IX, elles en seront encore à solliciter un partage défini tif qui mette fin aux mesures administratives, en même temps qu'aux « rapines du peuple voisin, enhardi par cette longue indivision ». Mais rien n'abat ces femmes énergiques, qui résistent pied à pied aux commissaires et experts venant faire les inventaires, récolements, estimations, vérifications des fruits perçus. Nous relevons de curieux renseignements dans le procès-verbal de la séance où la veuve et quatre de ses filles se présentent devant l'administration municipale de Montbron, le 27 ventôse an VI, pour obtenir leurs certificats de non-émigration; au bas de ces certificats doivent figurer leur âge avec leur signalement, notamment l'indication de leur taille :
Marie-Rose Grant, veuve Corgnol, âgée de cinquante trois ans, taille d'environ cinq pieds;
Suzanne Corgnol, épouse du citoyen Ruffray, âgée de vingt-cinq ans, taille cinq pieds;
Madeleine Corgnol, âgée de vingt-quatre ans, taille cinq pieds un pouce;
Marie Corgnol, âgée de vingt et un ans, taille cinq pieds;
Suzanne-Élisabeth Corgnol, âgée de dix-sept ans, taille cinq pieds deux pouces.
Enfin, l'émigré revint, mais il ne lui naquit que des filles.

Il faut remarquer ici que le mobilier de la famille de Corgnol est demeuré fort modeste : point de sièges en tapisserie, encore moins de carrosse, soit à Sillac, soit à La Touche, soit à Rochebertier. À Sillac, quand les délégués de l'administration du district viennent faire inventaire et apposer les scellés, « étant entrés dans une petite salle ouvrant sur la cour, ils trouvent un vieux buffet fait de bois de noyer, onze chaises, dont six en bois de cerisier, un fauteuil, le tout garni de jonc ». Au-dessus de la salle à manger, voici l'ameublement de la principale chambre : « bois de lit à la duchesse, le devant en siamoise moirée, les rideaux de vieille étoffe verte », etc.; — puis la cuisine, et c'est tout. À La Touche, « au rez-de-chaussée, une table, de mauvaises chaises, des lits », et ainsi de suite. À Rochebertier, c'est un vrai « château » où l'on entre. Qu'y trouve-t-on ? Dans « l'appartement appelé salon, qui a vue sur le jardin, deux tables et un pliant qui sert à les supporter toutes deux, et sept chaises garnies de jonc; un mauvais buffet sur lequel il s'est trouvé six bouteilles de verre, douze gobelets, deux carafes et deux pots à eau, le tout estimé, y compris le buffet, 6 livres; ouverture duquel ayant été faite, il s'y est trouvé quatre douzaines d'assiettes, une douzaine de plats de faïence de différentes façons, cuillères d'étain, fourchettes de fer; — autre salon qui a également vue sur le jardin : mauvaise table « à cadril » et dix-sept chaises garnies de jonc ; — chambre haute qui prend jour sur la cour et sur le jardin : une table « à cadril », six chaises garnies de jonc, deux lits à la duchesse anciens, avec rideaux d'indienne », et ainsi de suite (7). Dans l'écurie, outre quatre bœufs; cochons et brebis, deux vieux chevaux, l'un blanc et l'autre bai, estimés, avec une selle, leurs brides et licols, le tout 60#. Voilà l'équipage de l'ancien seigneur de Rochebertier.

Notes :

(1) 1656, 13 avril, présidial, insinuations, 1653-1659, folio 106, recto.
(2) 1673, 26 juin, minutes de D. Cladier.
(3) Ibid.
(4) 1727, 11 juillet, minutes de Filhon.
(5) Archives départementales, fonds des familles. Les renseigne ments qui suivent sur les dernièrs représentants de la maison de Corgnol sont puisés dans ce fonds.
(6) 28 juillet, minutes de Mallat.
(7) « Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le luxe dans l'ameublement ne dis tinguait point, d'ordinaire, la demeure seigneuriale de la maison du bourgeois. De nombreux inventaires de mobiliers, ceux des châteaux de Balzac, de La Bréchenie, de La Chétardie, par exemple, ne donneraient que des déceptions aux amateurs qui y chercheraient des meubles dont la richesse fut en rapport avec la situation des propriétaires. »

Source : La seigneurie de Magné, de Daniel Touzaud.

Posté par ID348347 à 11:03 - Permalien [#]

21 mars 2020

Romainville émigré

Tartas de Romainville (Antoine) : fils de Antoine et de Marguerite-Rose Desbœufs - né à Jauldes, 20 janvier 1743, baptisé ce jour église Saint-Martial - sous-lieutenant au régiment de Bourgogne, 5 avril 1763 - lieutenant, 26 décembre 1768 - capitaine commandant la compagnie colonelle, 14 mars 1774 - capitaine titulaire, 8 janvier 1775 - capitaine en second à la formation du 8 juin 1776 - capitaine compagnie de grenadiers, 28 avril 1778 - capitaine commandant la compagnie lieutenant-colonel, 29 mai - de la compagnie de Chasseurs, 16 juin 1786 - capitaine de 3e classe à la formation du 31 mars 1791 - abandonne, ler août 1792 - Chevalier de Saint-Louis, 20 avril 1790, reçu le 10 mai - campagnes de Corse 1769, 1770.

Notes : 1768-1769 : bon sujet, appliqué - 1771 : d°, plein d'honneur - 1772 à 1775 : d° - 1776-1777 : très exact, bon capitaine.

Emigré - arrivé à l'armée de Condé, 13 août 1792 - campagne de 1792 dans la compagnie des officiers du régiment de Bresse.

A. G. : YB 183, 293, 425, 426 - 3521, 3531.

Source : L'émigration militaire, de Jean Pinasseau.

Posté par ID348347 à 12:33 - Permalien [#]

Un cadet de province au XVIIIe siècle

Le récit qui va suivre n'est point oeuvre d'imagination : nous le trouvons tout entier dans une liasse de lettres jaunies échangées entre ses personnages pendant un espace de vingt-cinq ans. Ils s'y peignent au vif, avec leurs sentiments et leurs préoccupations particulières, et nous révèlent, sans honte comme sans amertume, l'état lamentable où étaient tombées alors dans certaines provinces quelques familles de la pauvre noblesse de campagne.

Autant que possible nous les laisserons parler seuls, en citant leur correspondance; mais, il est d'abord nécessaire de faire connaître les circonstances qui leur firent prendre la plume, arme visiblement peu familière à quelques-uns d'entre eux.

Vers le milieu du XVIIIe siècle, mourait en Angoumois, dans une masure à demi ruinée nommée Torsac, un pauvre gentilhomme dont ce logis misérable était, avec quelques arpents de terre, le seul château et l'unique fortune.

Antoine Tartas de Romainville, obligé de survenir au jour le jour aux nécessités de l'existence, était devenu plus qu'à demi paysan, conduisant ses boeufs et labourant lui-même sa maigre terre; il s'était marié, comme il avait pu, dans la petite bourgeoisie rurale de son voisinage, et deux unions successives, loin de l'enrichir, avaient encore augmenté sa détresse : en effet, le premier soin de ceux qui consentaient à lui donner leur fille était de l'obliger, par une clause du contrat, à payer leurs propres dettes.

Sa mort laissait abandonnés à la Providence deux pauvres enfants, que des parents maternels avides dépouillèrent immédiatement de leur mince héritage, sous prétexte dé l'administrer pendant leur minorité.

Il est vrai qu'ils leur offrirent momentanément l'abri, mais pour un temps bien court, ainsi que nous l'allons voir.

Leur seul appui était leur oncle, frère cadet de leur père, vieil officier que son service avait toujours tenu éloigné et dont la situation de fortune était presque aussi précaire que la leur.

René de Romainville, à force d'économie, et bien qu'il n'eût jamais reçu un sol de sa légitime englobée dans les dettes de son frère, avait su jusque-là se suffire avec ses appointements, et, vers la fin de sa carrière, avait obtenu le poste sédentaire de major de la place d'Amiens.

Coeur généreux, dont les élans étaient malheureusement paralysés par les difficultés d'argent, il devint, malgré l'énorme distance qui séparait alors la Picardie de l'Angoumois, le véritable père des pauvres jeunes gens, et ce n'est pas sans admiration que nous voyons ce vieillard se priver, à la fin de sa vie, du peu d'aisance qu'il était en droit d'espérer, et contracter des dettes nouvelles pour secourir sans compter les deux fils de son frère.

Au mois de septembre 1750, dès qu'il apprend la fatale nouvelle, il n'hésite pas à entreprendre le voyage long et coûteux d'Amiens en Angoumois ; il arrive à la Jonchère, habitation du sieur Desvallins, le parent qui avait pris chez lui les deux enfants et, sous prétexte d'administration, jouissait des quelques revenus de Torsac, jouissance dont, vingt-cinq ans plus tard, on n'avait pu encore obtenir qu'il se dessaisisse.

On y délibère sur leur triste situation; le major, voulant sauvegarder leur avenir et les arracher à une déchéance plus complète, propose de les mettre en pension à Angoulême, où ils pourront acquérir un peu d'instruction. Desvallins, enchanté de se voir soulagé d'une charge qui lui pèse, accède à ce désir et, le ier janvier 1761, l'aîné est confié à Angoulême à M. de Bignon, et le second à un procureur au Présidial nommé Delafond. Nous retrouverons le cadet chez son procureur; suivons d'abord la courte et triste carrière de l'aîné.

Après trois ans de pension à Angoulême, le jeune homme songe à s'engager au régiment de Bourgogne-Infanterie, où son oncle a longtemps servi et compte encore quelques vieux amis : deux d'entre eux, le chevalier de Brouzède et M. du Chambon, angoumoisins comme lui, veulent bien, au retour d'un congé, se charger d'amener à la capitale lé candidat pour lequel on souhaite ardemment un emploi d'officier.

M. de Romainville quitte Amiens afin de se trouver à Paris pour leur arrivée. Il fait faire à son neveu un habit d'uniforme, et les trois amis vont ensemble présenter leur protégé au colonel du régiment, lui demandant un emploi dans le corps qu'il commande, ce que, raconte l'excellent oncle dans une lettre, le pauvre petit malheureux n'a pu obtenir que longtemps après son arrivée à Louisbourg, où il a été tué ».

La même lettre nous montre tout le coeur de cet homme de bien qu'était le major de Romainville : nous en transcrivons textuellement le passage suivant :

« Nous revinsments tous ensemble de Paris ; et peu de jours après ces messieurs se rendirent à Saint-Omer où étoit le Régiment de Bourgogne : Ils jugèrent à leur arrivée quil falloit mètre notre neveu en pention aux frères que Ion appelé Les Grands Chapeaux. La pencetion étoit de 500 fr. par ans sans entretien où il a resté près de deux ans avec M. de Bourgon, qui étoit plus jeune que luy, et qui est de notre pays ; et je peut dire que dans ce peu de temps notre neveu y a fait des merveilles ; j'ay été le voir à Saint-Omer et en ay été témoin oculaire. Malheureusement le Régiment a eu ordre de partir pour.Breste et de sambarquer pour les Isles ; je mandés à mes enciens camarades de luy acheter et fournir lhonneste nécessaire ; ce quils firent, et je me trouvés à leur passage à Abbeville, à dix lieues d'icy, et leur remits toutes les avances quils avoient faites tant pour sa pention que pour sa petite pacotille, et lui donnés en argent ce que je pus ; et je vous avoue de bonne foy que je nen say rien au vray, car depuis son départ d'Angoulesme je nay rien mist en escrit. Tout ce que je say, que jay été très Iong à payer largent que javois emprunté icy, et que jétois fort gueux dans ce temps-là.... »

Les Isles pour lesquelles s'embarquait le régiment de Bourgogne, au dire de M. de Romainville, étaient en réalité l'Amérique. Il s'agissait d'aller défendre notre belle colonie du Canada, la Nouvelle France, contre notre éternelle ennemie l'Angleterre. Ce fut là que, à peine pourvu d'un emploi d'officier, le pauvre volontaire fut tué en combattant à Louisbourg, laissant son frère Antoine seul héritier du petit bien de Torsac et des meubles paternels.

Nous savons que les revenus de Torsac, détournés de leur destination naturelle, prenaient le chemin de la Jonchère. Quant aux meubles, un inventaire fait lors du second mariage de son père nous les montre et révèle un dénuement dont le plus pauvre paysan d'aujourd'hui se contenterait difficilement.

« Le seîsiesme avril mil sept cent quarante un.... nous sommes avec nos tesmoins bas nommés transportés audit lieu de Torsac, paroisse de Jaudes, ou estant.... avons procédé audit invantaire et estimation de la manière qu'il suit :

Premièrement estants dans la cuisine dudit lieu de Torsac y avons trouvé une table de bois de peuplier avec ses pieds pliants, une met à pétrir fort uzée, ayant une petitte serrure platte sans clef, appuyée sur deux petits bois sans autres pieds, le tout estimé par les arbitres à la somme de 4 l. 10 s.

Plus un vesselier de différents bois ayant un buffet au dessous qui ferme à une serrure et une clef, dans lequel s'est trouvé en assiettes, plats, cuillères et fourchettes 20 livres d'esling commun qui tout a été estimé avec ledit vesselier à la somme de 21 l.

Plus une vieille tourtière, avec une très mauvaise lèchefritte, et un chandelier de cuivre le tout estimé avec une cuillère a pot à la somme de 3 l.

Plus deux chenets de fert battu, un petit pot de fert, une petite broche a rost, une cramelière et un fuzil, le tout estimé à la somme de 26 l., y compris un soufflet à foyer.

Et ny ayant autres meubles a invantorier dans lad. cuisine, sommes entrés dans la chambre adroit de lad. cuisine ou nous avons trouvé un coffre moyenemant grand de bois de noyer ferment a clef plus que my uzé, estimé par lesd. arbitres a cinq livres.

Plus quatre chaises de paille estimées. 20 sols.

Et ny ayant d'autres meubles a invotorizer (sic) dans lad. chambre nous sommes tous ensemble transie portés dans une autre chambre a gauche de lad. cuisine ou nous avons trouvé un vieux bois de lit foncé dessus et dessous, un mauvais lit de plume avec son travercier une couverte de laine et deux draps de lit de chanvre de reparonnes et etoupes, le tout estimé a la somme de 18 l.

Plus si est trouvé deux fus de barique my neufs de bois de chesne estimés a 3 livres.

Et ny ayant autre chose à invantorizer dans lad. chambre sommes revenus a lad. cuizine au bout d'icelle y a une petitte antichambre ou étant entrés y avons trouvé un petit mauvais fus de couchette, une très mauvaise couverte sur de la paille et deux mauvais linceuls, le tout estimé à trois livres.

Et ny ayant autre chose a invantorizer dans lad. petitte chambre, sommes revenus à la première chambre où nous ayant fait faire ouverture du coffre qui est dans lad. chambre, dans lequel il c'est trouvé deux linceuls, trois nappes une de chanvre, reparonnes et brin et deux d'étoupes avec deux douzaines de servieltes Tune de reparonnes et l'autre de brin ; et nous a aussy déclaré led. sieur de Romainville quil y avait deux autres draps de lit de brin presque neufs avec quatre sacs my uzés, deux essuymains et deux lorchons, le tout estimé a la somme de onze livres dix sols.

Plus c'est trouvé un sceau ferré avec sa cassotte estimé dix sols.

Et dilecq sommes allés au fourniou dépendant de lad..maison .ou nous avons trouvé deux tamis a passer farine et deux pelles de fourt, le tout estimé par lesd. arbitres a quinze sols y compris six palisses. »

Le pauvre logis ne contient, rien de plus, sauf deux ou trois boisseaux de froment que l'on trouve au grenier, et, dans la grange, une charrette, deux charrues, les jougs et courroies, quelques outils aratoires, et quatre petits boeufs, dont deux ne sont pas payés ; il y a, de plus, un petit pressoir et une cuve à faire du vin, « escoulant, dit l'inventaire, 18 à 20 barriques ».

Ne trouvant pas autre chose, on revient à la cuisine, où le seigneur du lieu tire du buffet, sous le vaisselier, « une petite cassette fermant à clef, couverte de cuir noir », qui contient ses titres et ses papiers les plus précieux.

Ce sont : le contrat de son premier mariage, le bail de la petite métairie du Petit Torsac affermée pour un petit prix, quelques quittances, et surtout, hélas ! des pièces ayant pour objet la constatation de dettes nombreuses, accumulées d'année en année et que le malheureux s'est obligé payer lorsqu'il sera en estât ».

Tel était l'héritage reçu par Antoine de Romainville de son père et de son frère aîné. Une situation aussi précaire n'était pas exceptionnelle dans ce pauvre pays d'Angoumois, ravagé si longtemps par les guerres de religion qui y avaient causé la ruine de nombreuses familles. Le proverbe local qui dit l'Angoumois sinueux, glorieux et gourmand ne trouvait qu'en partie son application à Torsac :

Gueux, nous venons de le voir, les Romainville l'étaient incontestablement ; glorieux, à leur manière, s'attachant de toutes leurs forces à cette terre qui les nourrissait si mal, et conservant dans leur misère cette dignité de vie qui fit qu'on ne leur manqua jamais de respect; mais gourmands cela semble peu vraisemblable d'après ce que nous laisse supposer l'énumération si vite achevée du matériel culinaire de leur manoir délabré.

Nous avons laissé à Angoulême, chez le procureur Delafond, le plus jeune et le seul survivant des deux frères. C'est alors que s'engage cette correspondance qui, pendant une période de vingt-cinq années, n'a d'autre objet que l'avenir du jeune homme et une reddition de comptes à laquelle M. Desvallins se soustrait invariablement.

Les personnages de cette comédie, qui ferait sourire s'il n'y avait une victime, sont d'abord le major d'Amiens ne se lassant pas de recommander à tous les intérêts da son neveu ; puis le procureur Delafond et, après sa mort, son gendre et successeur Mestreau ; enfin, Antoine de Romainville qui, arraché à la charrue, n'écrit que rarement et quand il y est forcé, avec une orthographe encore plus fantaisiste que celle de son oncle et, cependant, le brave officier traite les difficultés de sa langue comme l'ennemi à la bataille : il passe au travers, sans s'inquiéter des estropiés qu'il sème autour de lui. Enfin, M. Desvallins apparaît à peine, écrit le moins qu'il peut, décidé jusqu'à la fin à opposer aux revendications la force si grande de l'inertie.

Le pensionnaire de la famille Delafond, né en février 1743, était âgé de huit ans lors de son arrivée à Angoulême. La tutelle de Desvalins devait donc durer encore de longues années : le procureur avait-il déjà quelque défiance à son endroit ? La lettre suivante du major d'Amiens pourrait le faire supposer :

« Jamory le 24e feuvrier 1761. Je nay reçu monsieur quil y a deux jours la lettre que vous maves fait l'honneur de mescrire le 24 du passé, ou etoit jointe copie d'une procuration que je renvois aujourduy a Mr l'archidiacre et le prie de sinteresser pour moy auprès de vous, voicy ce que je pense la dessus, je vous suis dabord très recognoissant davoir bien voulu vous charger de mon neveu, et vous pouvez compter, ou jene pouray quil ne vous sera pas a charge, je vous le recommande, avec toute linstance que peut faire un oncle réellement attaché à sa famille.... Il me paroit par la procuration, quoy que vous saves que jenenlend pas les affaires que Ion otteroit la tutelle de mon neveu au sr Desvalius qui peut estre en seroit fâchés sans du moins luy en avoir fait la politesse, et si on peut luy oter voila ce que j'ignore, vous sentes monsieur toutes mes raisons, je nay reçu que des police tesses de cet homme la, et certeinement je ne veux point avoir de mauvaise façon pour luy.... »

Deux années se passent depuis celle lettre sans laisser de trace qui nous soit parvenue.

Une note de fournisseur du 31 juillet 1753 nous donne quelques renseignements sur l'habillement de l'enfant, ou, tout au moins, sur les noms et les prix des tissus employés :

« Monsieur de Lafont, procureur doit a Dubois lejeune du 31 juillet 1753 pour le sr de Romainville son pensionnaire :

5 aulnes de Ratine d'Alby à 50 sols. 12 1. 10 s.
I aue 1/2 Ras de Mente à 24 s. 1 l. 16 s.
3 aues 1/2 Ras ordinaire a 18 s. 3 l.
1/2 once poil 6 s.
2 echevauds dé soye 3 s.
2 onces fil 8 s.
1 paire jarretière 8 s.
1/2 aue (trop just.) Rougran d'Alençon 16 s.
1/4 mousseline a 4 1. 10 s 1 l. 2 s. 6 d.
1/8 coton blanc a 5 1. 10 s. 13 s. 9 d.

au total vingt et une livres, six sols et trois deniers. »

Un an plus tard, la femme du procureur donne un état de ce qu'elle a fourni à son pensionnaire pendant les trois premières années de son séjour dans sa maison, à raison de 150 livres par an pour le logement et la nourriture :

Nous y relevons un costume complet de serge, que la bonne dame écrit comme elle prononce, à l'angoumoisine « sarge », costume revenant, avec les doublures, les accessoires et deux livres de façon, à une somme totale de 10 l., 2 sols ; trois paires de souliers, les deux premières à 2 l., 10 s., et la dernière, l'enfant grandissant, à 3 l. ;

Deux paires de boucles de souliers de cinq sols chacune; six paires de sabots, d'abord de six sous, ensuite de neuf ; un chapeau de 2 l., qui semble avoir duré trois ans, car il est seul mentionné ; six paires de bas de laine et deux de fil, coûtant 20 sols chacune; un costume complet, habit, veste et culotte, qui coûte 3 l. de façon; deux autres habits, l'un, en ratine, pris chez le sr Dubois dont la note vient de passer sous nos yeux, et qui, vu son prix comparativement élevé, semble avoir été fait pour les circonstances solennelles, et l'autre fourni par madame Delafond, avait dû être porté d'abord par son fils un peu plus âgé qu'Antoine de Romainville; elle le mentionne comme il suit :

« fourny un habit que javois de diablement fort dont javois trouvé huit livres au mois de juin 1752. »

Ajoutons à cette liste deux autres paires de culottes, car les écoliers d'autrefois ressemblaient fort à ceux d'aujourd'hui, et cette pièce essentielle du vêtement partageait avec la chaussure les plus dures fatigues.

Le blanchissage est compté à quatre livres par an ; nous trouvons en outre au printemps de 1751 et à celui de 1752 la dépense suivante, prouvant les soins maternels de Mme Delafond :

« pour 20 sols de drogues pour le purger, plus 10 sols de poudre vermifuge. »

Enfin, deux fois en trois ans du « fleuret » pour les cheveux; cette dépense de luxe atteignit pour les deux fois la somme de 4 sols.

Dès le lendemain de son arrivée à Angoulême, le petit Antoine était envoyé à l'école à raison de 12 sols par mois, puis, à partir du Ier mai 1752, « commençant à « escrire », à raison de 20 sols. Le jeune Delafond plus avancé, et dont l'instruction était probablement plus soignée, payait 40 sols par mois. Ces détails ressortent d'une note du maître d'école Boylevin.

Une lettre du major, datée d'Amiens le 3 février 1754, fait connaître les projets formés par lui pour l'avenir de ses neveux : il est déjà décidé que l'aîné suivra la carrière des armes ; quant au second, l'excellent oncle ne dissimule pas son vif désir de lui voir embrasser l'état ecclésiastique. Dans son esprit de vieux soldat qui, toute sa vie a fait campagne ou couru de garnison en garnison, il lui souhaite ce que lui même n'a jamais connu, le repos, et le voit déjà pourvu de quelque bon bénéfice :

« Jay reçu monsieur la lettre que vous maves fait l'honneur de mescrire le 19 du mois dernier qui ma fait je vous jure un plaisir bien sensible. Je ne saurois vous exprimer ma recognoissance des bontés que vous aves pour mon neveux, je vous en demande et à mademoiselle la Fond la continuation, mon état et celuy de mes neveux est je vous assure bien triste, je veux dire le leurs, car pour le mien sans eux seroit des plus agréable, enfin je fais et fray tout ce que je pourray pour eux. Je vous ay une obligation infinie de faire apprendre le latin au petit, il nest pas douteux que cest le meilleur et le seul partist quil puisse prendre. Je ne suis pas moins étonné que vous nayes rien reçu du bien de sa merre, il est bien dur que ces parents ne luy donne pas ce qui luy revient, supposé ce que je ne scay pas, quil ait quelquechose, enfin mon cher monsieur, cest a vous, puisque vous voulles bien vous en donner la peinne de Iuy faire rendre la justice qui luy est due, sil est possible. Quant a moy pour le présent je ne puis rien,.laine joindra le Régiment de Bourgogne celte année icy, M. larchydiacre ma mandés que M. de Brouzede voulloient bien sen charger pour luy conduire. Quant au petit sil réussit nous tacherons de touver quelquuns auprès de notre nouveau evesques pour luy procurer de quoy subsister. Jescris aujourduy a M. Provost Devalins et luy mande que je vous consultera}^ pour faire émanciper laine avant son départ si vous le juges a propos. Je ne say pas sil en coutra beaucoup, et si vous le conseilles, je mande audit sieur aussi de prendre votre avis sur ce quil doit faire pour les deux biens de Torsac ayant une entière confiance en vous, étant de plus aufet des affaires de mon frère, il sen faut de beaucoup que jay envie de luy faire de la peine, je ne demande que linterest de mes neveux et de pouvoir sil est possible leurs conserver ce qu'ils ont, adieu mon cher monsieur, je vous souhaitte tout bonheur et vous prie de mescrire de temp en temp étant très parfaittement Monsieur, Votre très humble et très obéissant serviteur, Romainville. »

L'idée de faire entrer son neveu dans les ordres le poursuivra longtemps, et celle de lui faire rendre sa part de Torsac plus longtemps encore :

« Vous me surprennes, Monsieur, écrit-il en 1758, de n'avoir rien touchés pour ce petit misérable; javoisouy dire cependant quil devoit avoir quelque bien du coté de sa-mère, pour de celuy de son père vous le saves mieux que personne. Je pense bien que ses interest ne peuvent être en meilleurs mains, et que si il ne touche rien cenest pas votre fautte, je voudrais de tout mon coeur que M. Desvallins put nous donner quelquechoses sur les deux biens de Torsac, desquels il men vient pas plus qua mon neveu.... il est sur que je ne demande rien, et que je leurs ayderay tant que je pourray, celuy qui est en Canada ma beaucoup coûtés, et ne suis point encore au pair de mes affaires ayant été obligés d'emprunter icy pour luy. Je voudrois bien que celuy qui est avec vous prit le partit de léglise et que ce fut sa vocation, peutestre trouvoirions nous quelqu'uns au près de M. lesvesque qui nous seroit favorable pour luy faire avoir quelque bénéfice. Je suis persuadé que M. de Brouzede si vous aviez la bonté de luy parler en lassurant de mes respect sinleresseroit pour luy, sil pouvoit prendre ce partit jagirois de mon costé, autrement il ne me seratpossible de Tayder malgré ma bonne volonté, nen ayant en vérité mon cher monsieur, pour mon état assez pour moy. Cest ce que je vous prie de luy dire bien sérieusement, je ne suis plus jeune, et ils ne doivent pas compter, ni luy, ni lautre longtemps sur moy. »

Dans un ordre d'idées différent, M. de Romainville donne à la fin de cette lettre un renseignement demandé par M. Delafond, et que nous citerons à titre de curiosité :

« Quant a ce que vous me marqués, au sujet du velours noir en coton, ce que Ion appelle icy panne, il est vray que Ion en fabrique depuis quelque temp, mais tout le monde en revient et sen tient a la panne noire, celle de coton étant a la vérité plus belle et plus fine mais moins bonne pour lusé, et beaucoup plus cherre. Je vous envoiray volontiers de lune ou delaulre si vous le desirez, pour deux culottes et deux devant de vestes, mais je vous conseillerois de prendre de la panne noire elle coûte aux environs de douses livres l'aulne. »

M. de Brouzède dont on espère la protection près de l'évêque d'Angoulême était très vraisemblablement le père de l'officier de Bourgogne ami et camarade de M. de Romainville : lui-même avait servi autrefois, s'était retiré comme capitaine, et, devenu veuf, était entré dans les ordres : il y fit rapidement son chemin, car il fut ordonné prêtre moins d'un an après avoir reçu la tonsure. Nommé parles chanoines de la cathédrale d'Angoulême à la petite cure de Mérignac qui dépendait du chapitre, l'institution canonique restant réservée à l'évêque, il en prit possession, bien qu'il ne fût encore que simple clerc tonsuré. Mais l'usage établi accordant en réalité la présentation du titulaire au chanoine de semaine, et son prédécesseur étant mort au moment précis d'un changement de semaine,, il se vit attaqué par le candidat du chanoine sortant, dont la présentation avait été repoussée comme n'ayant pas été faite en temps utile; un procès s'engagea, dont les débats semblaient devoir se prolonger éternellement; le chapitre et l'évêque. désireux d'y mettre fin, et ne trouvant d'autre solution à la difficulté, profitèrent d'une vacance opportune survenue par la mort d'un chanoine, pour donner la stalle disponible à l'ex-capitaine abbé de Brouzède, tonsuré depuis un peu plus d'une année seulement.

L'exemple d'un avancement aussi brillant n'était peutêtre pas étranger au désir ressenti par le major de voir son neveu suivre la même voie.

Le chevalier de Brouzède, fils du chanoine, était un homme d'une obligeance extrême, et, pendant ses congés, c'était à cet ami sûr que M. de Romainville se confiait plus intimement pour ses intérêts et ceux de son neveu. Il avait en dépôt le petit pécule donné par l'oncle pour subvenir aux dépenses de l'enfant, ainsi que le prouve la lettre suivante du chevalier au procureur :

« Jetois à la campagne, monsieur, lorsqu'on me remit votre lettre. Comme vous aviez passé un temps considenable sans me parler de remboursement pour l'habillement de M. de Romamville. javois cru que vous vous estiez pourveu d'un autre coté, et javois en conséquence écrit a loncle en lui envoyant le compte de ce qui metait restait appartenant a son neveu, La réponse quil ma faite a ce sujet a été de me prier de continuer a garder cet argent, et que je lui en tiendrois compte pour en disposer a son gré lorsquil viendrait au pays voyage quil fra le plulost quil lui sra possible. Comme cependant par une lettre antérieure il mavoit marqué de fournir pour Ihabillement du jeune homme, si vous voules menvoyer le mémoire et un receu du montant, je remettrai a la personne qui viendra la somme qui sera portée. J'ay lhonneur d'estre très parfaitement, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur, le Cher de Brouzede. »

Antoine de Romainville, cependant, est arrivé à l'âge de seize ans, et ne se sent évidemment aucune vocation pour l'état ecclésiastique ; il n'est plus question de latin, et une note de Jussé, maître écrivain, calligraphiée avec des arabesques pleines de prétention, nous montre qu'il en est encore aux leçons d'écriture, qui vont continuer jusqu'à la fin de 1769.

Il a confié au chevalier de Brouzède ses répugnances pour l'état ecclésiastique et son désir d'entrer au service comme son frère : le chevalier écrit à l'oncle dont voici la réponse : C'est, en même temps, une lettre de nouvel an :

« Amiens le 30 décembre 1758. Si je vous dis, mon cher petit pays que je vous aime bien, sy vous repondes comme vous le devës, vous dires que vous le scavés, et que vous connoissés mes sentiments d'amitié pour vous ; je vous les réitère cependant ces sentiments au renouvellement dé cette année, et les voeux sincères que je faits pour vottre antière satisfaction, et pour toutte votre famille. Jay lu et relus, mon cher chevallier, vottre lettre au sujet de mon neveu ; il est une chose certaine et dessidée que je ne le mettray point de mon gré dans les trouppes ; je ne peut ny ne le veut, ny ne suis en état, de ly soutenir. Il sen faut encore de beaucoup que je sois au pair de mes affaires par raport a ce que jay fait pour son frère ; il est inutille de parler mizere, et cela est vray que cest tout au plus sy je peut me tirer icy d'affaire avec mes appointements. Je vous prie de vouloir bien luy dire et a M. Delafont a qui je fais mille compliments.... »

Suivent les gémissements habituels sur ce que rien ne revient de Torsac, puis il termine en racontant à son ancien camarade, retenu à Angoulême par d'anciennes blessures, ce qui peut l'intéresser au sujet de son régiment alors engagé dans la guerre de sept ans.

« Je vis, mon cher Brouzede, dans la flateuse espèce rance de revoir a Amiens le reste du débris de ce misérable bataillon de Bourgogne, fondé sur le bruit qu'il y a un cartel pour leschange des prisonniers avec l'Angleterre, il a passé icy 347 prisonniers anglois avec une vingtaine d'officiers en différentes troupes dans les premiers jours de ce mois qui vont a Calais, lieu ou se doit faire leschange a ce que Ion assure; comme nous avons bien peu d'Anglois, je tremble que Ieschange ne soit pas gênerai, mais jespere toujours voir arriver le gros Marin (M. de Marin était lieutenant-colonel du régriment) a la teste de son bataillon, aussy peu satisfait, je crois, des Anglois, comme nous l'avons été ensemble des Autrichiens. Il nest pas douteux que si ils débarquoint à Calais, je juge quils passeroint icy. Jay fait provision de vin en les attendant. Dieu veille que cella soit bientôt ! Nous allons avoir dans notre ville une brillante garnison : Monsieur le Mareschal de Bellisle a escrit a nos magistrats que la compagnie de Luxembourg des gardes du corps y arriverait le mois prochain a demeure ; cella nous augmentera la bonne compagnie, et en mesme temps les denrées qui ne sont déjà que trop chère. Adieu, mon cher païs, je vous embrasse de tout mon coeur et suis pour la vie votre vray serviteur et amy, Romainville. »

Un peu plus de deux ans après, en juillet 1761, rien n'est changé :

« Quant au partit que prendra mon neveu, je nay rien à dire mon cher monsieur Delafond, jay mis laine au servisse, il a été tué, je ne peux point mengager dy soutenir celuy-la ; je ne suis point dage et en état. Il prendra quel partit il voudra. Je voudrois bien quil prit le partit de l'Eglise ou de se tirer daffaire avec le peu quil a.... Je vous prie de luy dire bien sérieusement quil ne doit pas conter sur moi.... »

Le major assurément a des préoccupations qui font en ce moment négliger son neveu : La lettre suivante va donner la clef du mystère :

« Amiens le 22 Janvier 1762. Jay très bien reçus, mon cher neveu, votre lettre du 27 Décembre dernier, et je vous remercie de tous les souhaits que vous faites pour moy au sujet de la bonne année. Je nen fais pas moins pour vous, et les plus essentiels sont que vous vous elleviés dans la crainte de Dieu et avec les sentiments d'un vray et honeste homme. Voilà a quoj vous devés songer et vous occuper principallement.... Vous me demandés, mon cher neveu, la permission de venir a Amiens, cela nest pas possible et je ne le veus point, je ne suis point en état de vous y recevoir, premièrement je nay point de logement ; je me suis marié l'année passée, et je ne veus pas, donner ce désagrément a ma femme, et je juge que cela ne lui froit pas plaisir. Je ne vous vois pas dautre partit aprandre que de rester a Angoulême ou dans le bien de Torsac. Celuy de l'Eglise vous auroit bien convenus ; nous aurions bien trouvés quelques protection auprès de Mgr l'Evesque, mais cela me paroit dessidé autrement. Le partit de servir comment avoir de remplois et vous y soutenir nayant pas de bien ; selon moy il ne faut pas y songer ; je say ce quil men a coûtés pour votre frère, et actuellement que je vous escrit je nay pas encore tout payés ; bref actellement je ne suis pas en état de rien faire pour vous : Le Roy ne me paye pas depuis trois ans dumoins en anlier; je suis bien heureux dans les circonstances présentes davoir foit un mariage qui ne mest pas desavantageux, mais duquel vous ne pouvés vous ressentir malgré ma bonne volonté de bien du temp dicy ; il est un fait que si vous esties assez heureux pour que je survesqusse ma femme, ce que je ne dezyre pas, vous pouriez espérer quelque chose après moy, mais par droit de nature vous ne devez pas Iesperer, puisque jantre dans la soixantième année de mon âge du treize de ce mois, et quelle nen a que quarante trois. Je ne vous fais, mon cher amy, ce petit détail, que pour vous mettre au fet de ce qui me regarde, et que supposés que Dieu dispose de moy vous sachies a quoy vous en tenir. Voila le vray : Si je meurs le premier vous naures rien ; et pourquoy cela par ce que je nay rien. Jay déjà mandes que je vous abandonnerais tout ce que je peux avoir en Angoumois ; que je paierois très exactement les interest des cent pistoles dues à M. Contant a Limoges, ce que je paye régulièrement ; il me mande en dernier lieu quil me remettroit volontier les interest et fraix qui sont dus precedamant, si je voulois luy rembourser les cent pistoles ; je ledezire et y vise, mais je ne say pas quant. Il faut que je vive encore quelque temp pour que cela arrive. Dieu le veille. Adieu mon cher amy aimez moy, et surtout soyes honeste homme et soyes persuadés des sentiments dattachement qua pour vous votre oncle, Romainville ».

La situation, comme on le voit, est exposée avec une franchise et même une rudesse toute militaire ; mais pour adoucir ce que la communication avait de trop dur, l'oncle ajoute ce post-scriptum consolant pour un neveu :

« Je me porte assez bien, et ay fort envie d'aller en Angoumois, mais je ne le peus pendant la guerre. Il y a tout lieu de croire que madame de Romainville naura point d'enfans. »

A la suite de cet événement, M. Desvallins, croit devoir sortir de son mutisme et, sans parler de la question brûlante des comptes de Torsac, envoie au major ses compliments les plus pathétiques :

« Monsieur, Monsieur de Romainville vostre neveu ma communiquée la lettre que vous luy avez fait Ihonneur de luj escrir du 22 Fevrier dernier, qui ma fait un plaisir des plus sensible de savoir que vous possédée une santé parfaitte, en mesme temps de savoir que vous avez prix une cher moytié. Vous vouller bien que je vous marque ysy la part que je prent en tout cequi vous fait plesir, ment faizent autant qua vous mesme. Je pris le seigneur quil répandent sur lun et lautres sa Ste bendiction, et quil vous conservent lontent dans une santé parfaitte, afin que vous puissiez jouir de toutes les felicittée que Ion peut dezirer dans cette Ste alliance. Nous espérions toujours que nous pourions avoir Ihonneur de vous voir dans nostres provinces, mes vous nous faitte sentir par la vostre quil n'y a pas sy tost apparance, en ce que vous ditte que vous ne le pouree qu'a près que la payx sera faitte. Nous dezirons beaucoup par touttes sortes de reson que cela feu des cette année en ce que cela pouroit nous ocazioner l'honneur de vous voir, et nous soulager sur les taxes que Ion nous a imposée dans cette gaire quy nous ruine tous et nous met hors destat de pouvoir les payée par la multiplisité des imposition et triple vingtiesme. Jan suis pour 125 livres par ans, mes il faut se conformer au loix de nostre bon prince. Vous vouliez bien que je vous parle ysy de Romminville vostre cher neveu, il se porte bien à présent quy est un forbon garçon et quy haura du mérite estant très sage et creniant Dieu.... Il estoit en très mauves estât lanné dernière, mes jay donné cette iver dernier 58 l., 7s a monsieur Lafonts pour luy achetté un abits, ce quil a fait et quelque chemise, sans quoy il estoit hors destat de rester en ville. Il a resté dans les vaquance deux mois et demy avec nous, et lannée dernière deux mois, ce quil ne sera pas juste que monsieur Lafonts face payé Ihors des contes quy ce ferons avec luy.... Je espaire que vous dire de vos nouvelle et de celle de madame que je respelte infiniment le plus tots quil vous sera possible. Ces la grâce que je espère de vous et celle de croire que jay lhonneur destre avec une parfaitte considération insy qua madame, Monsieur, Vostre très humbles et tres obissant serviteur, Desvallins ».

Il omet de souffler mot des comptes de Torsac, comme on peut le voir, mais n'oublie pas de rappeler qu'il a payé 58 livres et 7 sous pour l'habillement du jeune homme. Sans oser le dire, il insinue aussi, clairement, qu'on devrait bien l'indemniser pour l'hospitalité qu'il lui a donnée pendant les vacances.

Quelques mois après, probablement vers la fin de 1762, le procureur Delàfond meurt, et son gendre Mestreau, qui lui succède dans sa charge, offre à M. de Romainville de continuer à s'occuper de ses affaires et de celles de son neveu, par une lettre du commencement de 1763. Il propose en outre de faire émanciper le jeune homme qui a maintenant vingt ans accomplis.

Le major adopte cette combinaison, et annonce l'envoi d'une somme de cent livres pour les frais d'émancipation; mais, pour son neveu, la même lettre contient un article bien plus intéressant : devant sa vocation persistante pour la carrière militaire, l'oncle finit par se rendre, et, tout en grommelant un peu, non seulement ne met plus d'opposition, mais encore consent à lui donner son appui. Voici ce qu'il écrit en février 1763 :

« Puisque mon neveu est absolument dessidé pour prendre le partit du service, il en est le maître, conseil que je nay jamais voulu luy donner de mon chef, ayant eu trop de chagrin de son aîné. Il est dage a présent den sentir tous les événements et toutes les conséquence, a Quil aye surtout une grande attention de si comporter comme il le doit, et suivant sa conduitte dont seurement je seray informer par tout ou il sera, jagiray en consequence pour luy en tout ce que je pourray. Jay escril hier a M. le marquis de Bouzols, colonel du Régiment de Bourgogne, pour le prier de le recevoir ; jay fait la mesme prière aux officiers du régiment; il faut attendre leurs réponses. Pour nioy, a vous dire vray, jaimerois mieux quil anlra dans ce régiment que dans un autres ; sil ne peut pas avoir demplois a présent, comme je nen doute pas, il faut quil antre volontaire pour en mériter, comme jay fait ainsi que son frère.... Je ne say point les raisons pour quoy M. Desvallins ne mescrit point; je nentend pas quil jouisse du bien de mon neveu; comme il me le mande, je say que a le bien du Petit Torsac est, a ce que je crois, de moitié entre luy et nous. Il est juste quil en ait ce qui luy en revient, mais aussi chacuns le sien. Ne seroit-il pas possible, après mon neveu émancipés, de faire un arrangement ensemble, ou vendre le bien, mon intention nétant cependant pas d'avoir de mauvaise façons.... »

Mestreau répond à cette lettre le 4 mars suivant :

« Monsieur votre neveu, monsieur, ne doit point espérer actuellement sur le bien de sa mère. Le sieur Desboeufs qui en est comptable a très mal géré ses affaires, et ses fonds sont actuellement en saisie réelle, en sorte qu'il faut de nécessité attendre les événements de la vente quy pourra par la multiplicité des incidents, ordinaire dans ces cas, trainer en longueur..... »

Antoine y joint ses remerciements pour son oncle; mais il n'est pas encore grand clerc et c'est un brouillon de la main de M. Mestreau que nous avons sous les yeux :

« Quelles actions de grâces ne vous dois-je pas, mon très cher oncle : vos bontés et le soin que vous voules bien prendre de moy sont d'un prix que je noublierois jamais et que jauray chaque instant de ma vie présent a l'esprit. José espérer, mon très cher oncle, que vous conti<r nuerez dans létablissement auquel jaspire le zelle ardant qui vous porte a me servir, et que vous serés persuadé de ma reconnoissance qui sera aussy durable que les sentiments de respect et de soumission avec lesquels jay lhonneur destre et a ma chère tante mon très cher oncle, Votre très humble et très obéissant serviteur, Romainville. Jose me flatter que vous aurés la complaisance de minformer du succès que avez eu auprès de Mr de Bouzols et des officiers du Régiment. »

Le jeune homme devait attendre avec impatience des nouvelles du major d'Amiens ; quinze jours se passent, puis trois semaines ; enfin la lettre attendue arrive, et annonce qu'il n'y a pas d'emploi d'officier vacant actuellement, mais le bon oncle, tout en gémissant encore un peu, se remue, écrit de tous côtés, et, se revoyant quelque trente ans plus tôt dans la même position, fait tout son possible pour arriver au but désiré :

« Jay reçus ces jours passés une lettre de Mr de Bouzols, colonel du Régiment de Bourgogne, qui me marque quil ny a point demplois a donner ; il me fait espérer que par la suitte, il pourra en donner, et que si je my etois pris plus tost, il y avoit des emplois vacant a la reforme. Je suis bien fâchés de navoir pas été avertis plus tost, car, je le répète encore, ce na jamais été mon intention de proposer a mon neveu de servir. Hé! comment ferons-nous pour ly soutenir ? Sil persiste a prandre ce partit la, quoy quil nait point demplois, il faudrat quil joigne le régt de Bourgogne comme volontaire. De vous a moy, mon cher monsieur, jaime mieux quil soit dans ce régiment la que dans un autre ; Jy ai ancore des amis sur lesquels je compte qui mont mandés qu'aussitôt quil y aurait des emplois vacants, ils men informerais, Mr de Bouzols me marque quil men informerait luy mesme; sa lettre est extrêmement polie : mais je cognois Mrs les colonels. Je voudrois bien que mon neveu vis Mr du Chambon a son passage a Angoulesme ; je compte qua la réception de ma lettre il sera dans votre ville ; Mr de Brouzède ma mandés quils dévoient joindre au premier avril, et je juge quils sen iront ensemble. Je vous prie de dire a Mr de Brouzède après luy avoir fait mille amitié de ma part, quil faut quil serve de père a mon neveu dans ce moment icy, et que si il a de lemplois dans Bourgogne, je luy adresseray une lettre d'eschange de six-cent livres pour le faire habillié, et cela dans le temps quil me le marquera : il peut compter et sarranger la dessus. Mr du Chambon trouvoira une de mes lettres a son arrivée a Rochefort. Si vous le voyés, dites luy aussi je vous prie, combien je compte sur luy, et je suis bien sur de ne pas me tromper. Enfin, mon cher monsieur, joignes vous a moy pour dire a ces messieurs combien je leurs recommande mon neveu. Sil le mérite, je fray pour luy tout ce que je pourray, mais il ne doit compter que sur luy mesme, et sur moy que pour cette fois icy seulement ; Jay des menagemens a avoir pour une femme que jaime tendrement et a qui jay de grandes obligations. Vous trouvoirés cy-joint, monsieur, une lettre d'eschange de cent-deux livres pour mon neveu, comme je vous lavois promis ; jy ai ajouté quarante sols moyence nant quoy je nay point affranchis la lettre : comme je ne say pas sil ya un trésorier des trouppes a Angoulesme, jelay prise sur celuy de Limoges; en tous cas les receveurs des tailles ou quelques marchants vous la prendront surrement.... Il faudra lever lextrait baptistaire du petit, et on demande un certificat signé de quatre gentilshommes de la province comme quoy il est noble : cela vous sera peut-estre difficile a faire ; il lest seurement bien a ce que Ion ma toujours dit, mais les titres sont en Gascogne d'où nous sommes originaires; le curé de Rais, près de Ruffec pouroit bien vous mettre au fait, il est mon cousin germain maternel, - cest luy qui en a fait la recherche, a ce que jay ouy dire, pour une succession que nous devions avoir en ce pais la, mais dont jamais nous navons pu tirer rien faute d'aisance. Parlez en a M. de Brouzede. »

On fait immédiatement les recherches nécessaires pour établir la généalogie de notre cadet de Gascogne, et le Ier avril 1763, M. Mestreau peut écrire à Amiens ce qui suit :

« Monsieur de Romainville et moy avons communique votre lettre à M. de Brouzede et a M. du Chambon assemblez : ils ont lun et lautre paru portés daffection a vous obliger et M. de Romain ville. Le neveu de M. du Ghambon avoit une place dans Bourgogne et il la quitte : ils espèrent la procurer à M. de Romainville ; Ils en parleront aussy tost leur arrivée à M. de Bouzols. Vous serez instruit de tout ce qui se passera, et je le seray aussy. Nous avons donné à M. de Brouzede un certificat de 4 gentilshommes de cette province, légalisé par M. le subdélégué, que M. votre neveu est né noble et a vécu noblement, et son extrait baptistaire : ainsy rien ne manquera de ce coté la. A supposer, monsieur, que MM. de Brouzede et du Chambon ne pussent parvenir a obtenir lemploy dont je vous parle, entendes vous que M. de Romainville parte également sur le champ ? Il me semble d'avoir remarque dans votre lettre quelque chose qui nous rend incertains de votre avis à cet égard.... »

De plus, voyant le départ imminent de son pensionnaire, il demande à M. de Romainville de bien vouloir désigner un mandataire pour régler, avec Mme Delafond, sa belle-mère, le compte ouvert depuis douze ans que l'enfant est entré chez elle. L'annonce de la lettre de change de six cents livres lui inspire, en outre, une nouvelle épître de remerciements d'un style aussi noble que la première, et qui, écrite par Antoine sous sa dictée, est envoyée à l'oncle avec la sienne.

Trois semaines après, arrive la réponse suivante, que, dans sa joie, le brave major, contrairement à ses habitudes, a oublié de dater. Il n'est plus question de récriminations, et l'oncle est aussi ravi de voir son neveu officier, que s'il s'agissait de lui-même :

« Je ne pouvois pas, mon cher monsieur de Mestreau, respondre plus tost a vos deux lettres, cest à dire a la première, car je nay reçus celle du 19e que hier au soir, par laquelle je vois que vous estes inquiet sur le départ de mon neveu ; soyés tranquille sur ce sujet, vous aurés bien le temp de faire ensemble toutes vos affaires avant son départ. M. de Cortet cape au régt de Bourgogne mescrit du 8e de ce mois et me mande que M. de Bouzols a nommé mon neveu a un emplois ; javois escrit a M. du Chambon le 9e, et par la lettre je le priois de minformer de ce qui se passoit au régiment au sujet de mon neveu, et le prevenois que je ne vous éscrirois point que je neus reçus sa réponse, pour de largent et pour tout ce qui pouvoit regarder notre nouveaux officier qui ne lest peutestre pas ancore, du moins je ne le sais pas ; mais je le sauray seurement demain ou après demain de Versailles, et nous agirons en conséquence. La personne qui sinteresse pour moy en ce pais la prendra une lettre descliange pour ou je luy marquerés, lorsque nous serons sur quil sera nommé ; je ne vous fais ce petit détail, mon cher Mestreau, que pour vous dire que jay eu mes raisons a ne vous pas escrire plus tost : Vous le voirés par ce que me mande M. du Chambon par sa lettre du 19e, mesme datte que la vostre, et reçue le mesme jour. II me marque que réellement M. de Bouzols a donné son mémoire pour mon neveu, et quil la fait de la meilleure grâce du monde, et que les emplois quil avoit nommés cy devant ses lettres étoient arrivées, ce qui m'inquietoit un peu, craignant quon ny mit des lts reformés, et ce qui me donne par conséquent espérance pour mon neveu. Il me marque donc que Brouzede est un peu incomodé, et quapres la reveûe, il retournera a Angoulesme pour tacher de se rétablir, et que la il aura la bonté de faire les avance pour faire habiler mon neveu, et son petit nécessaire, et que moy de mon costé janvoiray une lettre deschange de 600 livres au major du régiment, qui sera tirée sur le trésorier de la Rochelle comme je les promise. Vous pouvés assurer M. de Brouzede qu'il peut compter la dessus. M. de Bronzede se chargera damner mon neveu avec luy a Rochefort ou sera lé régiment, mais ils sont convenus avec Ghambon quil ne joindra le a régiment que lorsque ses lettres y seront arrivées, et sest bien mon intention et ce que jay mandés à Chambon : ainsi jusqua ce temp la il faut bien prendre patience. Sans doute que M. de Brouzede sera informés lorsque les lettres seront arrivés, et seurement il vous en fera part : Je vous prie donc a son arrivée a Angoulesme de luy faire mille amitiés de ma part et de luy communiquer ma lettre, et de luy dire combien je suis sensible a toutes ses bontés et peines qu'il veut bien prendre pour mon neveu quil sera maître de faire partir ou rester tant quil jugera a propos a Angoulesme. Je mettray demain au carosse d'Amiens pour Angoulesme une petite caisse dans laquelle sera une épée d'argent que j'envoye pour mon neveu ; elle sera a votre adresse ; je compte quelle partira de Paris dimanche ou lundy premier de May ; le port en sera payés jusqua Paris. Comme je sens bien ou est actuellement l'état de mon neveu, je juge bien que M. de Brouzede naura pas trop de six cent livre pour luy donner labsolu nécessaire.... Je sens qu'il luy faudrait une certaine quantité de chemises, plus tôt grosses que fines, et tant d'autres choses nécessaires.... J'embrasse de tout mon coeur mon neveu ; jespere qu'il me mandra sont départ pour Rochefort lorsque ses lettres seront arivées. »

Voila donc Antoine de Romain ville officier ; il a vingt ans, et voit, grâce à son oncle, s'ouvrir devant lui un avenir qu'on n'aurait pu prévoir aux jours lamentables de son enfance. Equipé par les soins du chevalier de Brouzède, il part, l'épée d'argent du major au côté, et va rejoindre son régiment à Rochefort.

A partir de ce jour, les lettres deviennent plus rares, et nous ne retrouvons nos amis qu'à des intervalles assez éloignés.

Le 23 décembre 1765, Mestreau écrit an jeune officier, alors en garnison à Mont-Dauphin ; il lui reproche d'abord amicalement son long silence, puis lui annonce la mort d'un frère de sa mère, oncle qu'il n'avait sans doute jamais vu, et dont l'héritage, évalué à quatre mille livres de capital, devrait lui revenir pour moitié. II s'agit d'un sieur Desboeufs qui vient de mourir dans le Maine, où il exerçait modestement la fonction de procureur d'office du marquis de Thurin dans une juridiction appelée Celon. Prudent, Mestreau conseille de n'accepter cette succession que sous bénéfice d'inventaire, mais, pour hâter le règlement, il demande dans le plus bref délai une procuration conforme à un modèle inséré dans sa lettre. Comme oraison funèbre de l'oncle Desboeufs, il termine par cette phrase :

« Je suis charmé de cette petite avanture qui ne peut pas faire de mal à votre fortune. »

Antoine ne semble pas avoir grande hâte de réaliser son héritage, car malgré les instances pour avoir réponse et procuration par le premier ordinaire, c'est seulement cinq semaines plus tard qu'il se décide à répondre. Ecrire une lettre est visiblement pour lui un travail pénible, surtout maintenant qu'il doit la rédiger lui-même. Le style et l'orthographe ne sont plus ce qu'ils étaient quand il n'avait qu'à copier ; seules, les leçons du maître d'écriture semblent lui avoir été utiles :

« A Mont Dauphint, 2 Feuverier 1766. Monsieur, Quel plaisir naige pas eut de resevoir devos chère nouvelle, et que daprande que vous jouisé dune parfaite santay, et jan soite la continuation. Sit jay tant tardé a vous faire réponse, ses que jaures crus manquer a mont devoir sit je navois pas informé mont très cher oncle et que je ne puis rien faire sant luy ; et aussi taud que jay reseut deses nouvelle, jai parties pour Ambrunt pour fai faire la procuration telle que vous me lademandés ; vous la trou verres jointe a la laitre, et nous esperont que vous voudres bien prendre soins de nos petitte affaire comme un bon paire de famille, et vous ne saures savoir combien je suit charmé davoir reseut de vos chère nouvelle, et jay l honneur destre aveque les santimant les plus s vifs votre très humble et très obissant serviteur, Romainville. »

Ce chef d'oeuvre littéraire ne le satisfait pas entièrement ; aussi fait-il un nouvel effort, et ajoute-t-il le post-scriptum suivant :

Je vous prie dassurer vos dame de mon profont respet et combien je les remessit de leur bon ressouvenir amons hegard, et que je reconnois mon tord, et se nés pas reconnoissant de ma part. Mes je vous prie dene men pas savoir unt mauves grès. Je ne vous escris point pleus lontans, ses que je nay point le tant et comme je suis haubligé daler monter lagarde. Je ne vous dit rien Demondauphint quarre ces unt vilins androit. Monsieur le chevallier de Bronzede es party pour Grenobre, et je panse quil a bient fait, et nous ne manquons point de naige. »

Quatre mois plus tard, nouvelle lettre de Mestreau ; la procuration envoyée au Mans ne peut servir ; le mandataire désigné étant absent du pays, il en faut un autre. Le pauvre Antoine est donc contraint de reprendre la plume :

Je seres fort charmés que sa puisse rantrer pour tacher de pouvoir me liquider avec vous.... On fait courir le bruit que nous devons aller anflandre an garnison ; jan seres fort charmé et nous passerions ches mon oncle et je tacheré de maccorder aveque mon .oncle pour qui puisse ranger toutte les affaire, et je vous le feres savoir sit le régiment par.... Mille amitier a vos damme que jassure de mon profont respet, et que je me souvient des bontés quelle ont bient voulus avoir pour moy. Je voudres bien savoir si mademoizelle Delafont est marrier; Je vous prie dambrasé toute vos dame de ma par. »

Sur cette phrase d'une galanterie toute Française, il clôt sa lettre, et y met en guise de cachet l'empreinte d'un bouton d'uniforme portant le chiffre 43, numéro du régiment.

En octobre 1768, le major écrit à Mestreau une courte lettre traitant uniquement d'affaires ; les phrases et les idées ne varient guère : il désirerait en finir pour le partage du Petit Torsac avec Desvallius ; il ne voudrait point avoir de mauvaises façons avec lui, mais serait heureux de voir le différend réglé à l'amiable avant sa mort. Il s'informe en outre du prix auquel est affermé le Grand Torsac dont on a pu enfin retirer l'administration à Desvallinset dont les revenus servent intégralement à amortir une créance des religieuses d'un couvent de La Rochefoucauld.

La réponse de Mestreau, du 20 décembre suivant, rend très clairement compte de l'état de la fortune des Romainville à cette époque : la voici :

« Monsieur. Il est vray quil y a bien longtemps que je nay eu lhonneur de vous écrire : Jay la plus sincère satisfaction de scavoir que celle cy vous parviendra et vous aurois repondu plustôt sans une absence que les eaux abondantes ont rendu beaucoup plus longue que je ne le voullois. Jay ménagé, monsieur, vos interests comme les miens propres; je vais vous faire icy le récit de ce qui sest passé, et espère que vous approuverés ma conduite : L'ancienne ferme du Grand Torsac estoit faitte aux Bois par M. Devallins a 100 livres. Elle prenoit fin a la St Michel 1763. Je leur ay refaite pour une autre dont il en a cinq déchus a raison de 140 livres par an sur quoy ils déduisent les vingliesmes comme ils les deduisoient sur l'ancienne. M. de Romainville vous a sans doutle dit, monsieur, qua son départ, ses pension et entretien avoient été fixés déduction faitte des sommes reçues par M. Delafont a 1904 livres, 13 sols, 4 deniers, cet effet étant resté a Mlle Delafont ma belle soeur qui dans la suite a epouzé un M. Beyraud, de la Rochefoucauld.... M. Devallins a vendu sans m en prévenir le Petit Torsac a divers particuliers ; il en a tiré un assez «bon party ; je lavois auparavant celle vente sollicité force tement de faire avec moy un arrangement relatif aux reprises que vous et M. votre neveu avez sur ce fond la. Il ma donné bien des faux fuyans ; il craignoit destre poursuivy pour le payement du reliquat et il nestoit point en état dy faire honneur. Sil neut été longtemps malade et moy aussi qui lay été bien une année cela se seroit pourtant fait ; il a donné pour motif de la vente que je lui reprochois avoir faite sans saviser avec moy ladessus, le désir den sortir davec vous et que cetoit sa seulle ressource. Je dois aller incessament chez luy pour régler les comptes.... Je vous donneray avis de tout ce qui se pasce sera ; sil y a des difficultés, nous nous ferons décider par des avocats. »

Il va, en effet, à la Jonchère, mais comme on va le voir, ne peut encore arriver à un règlement :

« La maladie de M. Desvallins, écrit-il en octobre 1769, a retardé les opperations de comptes et autres arrangements a prendre avec luy pour les intérêts de vous et M. de Romainville. Jay été chés luy la semaine dernière; nous avons fait une veriffication generalle des papiers, et nous sommes comme en estât de finir a quelques légères difficultés près que nous avons de concert soumises a un avocat de cette ville. M. Desvallins estoit venûicy aujourdhuy pour consommer finallement, mais voicy une difficulté qui mérite attention et que nous vous defferons de concert »

Cette difficulté s'expliquera en deux mots : le Petit-Torsac avait été donné à la première femme d'Antoine de Romainville; mais le contrat de mariage reconnaissait celui-ci comme propriétaire de la moitié, soit 2000 l., en retour d'une somme égale donnée par lui pour payer des dettes de son beau-pèré : or, depuis sa mort en 1760 jusqu'au moment où nous sommes arrivés, c'est-à-dire, pendant dix-neuf ans, Desvallins a joui du tout. Il veut bien rendre au jeune Romainville la moitié qui lui appartient, maintenant que la vente est effectuée, mais il se refuse absolument à payer les intérêts demaudés par le procureur pour les dix-neuf années pendant lesquelles il a joui indûment du capital.

Le major, dans sa sagesse, craint avant tout tin procès, il tient toujours a ne pas avoir de mauvais procédés visà-vis de Desvallins.

Je nay, dit-il, montray votre lettre qua ma femme qui entend passablement les affaires, le Chr de Brouzede vous le dira; elle trouve ainsi que moy que le bail d'un bien estimé 4000 l. est bien peu de chose de 25 l. à 35 l. par an. »

C'est effectivement à ce prix que Desvallins prétend avoir affermé le Petit-Torsac qu'il vient de vendre 4800 l. un peu plus d'un demi pour cent !

« Mme de Romainville, qui entend passablement les affaires », n'a pas tout à fait tort, semble-t-il.

La lettre se résume dans le conseil toujours le même de s'en rapporter de bonne foi à un arbitre. Il y est aussi un peu question de son neveu :

« Dittes, je vous prie a M. de Brouzede que je suis très mécontent de son pupille, que jenen ay point seu de ses nouvelles depuis que ledit M. de Brouzede est partit de Corse ou je say quils sont toujours. »

Un post-scriptum annonce l'arrivée d'une lettre écrite en Corse un mois ayant par notre officier.

Trois ans se passent encore, et les choses sont toujours au même point, comme le prouve une lettre de Mestreau au major, le 15 septembre 1772.

« Jai longtems différé a avoir l'honneur de vous écrire parceque je comptais toujours finir a lamiable les comptes a faire entre M. votre neveu et M. Desvallins, mais il na pas été possible : voicy trois voyages que j'ai faits chez luy en vain, c'est a dire sans pouvoir parvenir a une solution parfaite; il est vray quil a été quelque temps malade mais il va mieux et auroit pu trouver le moyen de se rendre icy pour décider comme nous en étions convenus par un avocat nos difficultés, en sorte que soit par mauvaise volonté ou nonchalance, il ne ma pas été possible de le voir icy, et comme il auroit insensiblement pu toucher en entier le prix de la vente quil a faite du Petit-Torsac, jai pris le party de former opposition entre les mains des acquéreurs, a la requête de M. de Romainville, a ce quils lui fissent aucun payement au préjudice de Iopposition. Je suis bien fâché de navoir pas pris ce party plus tôt. Sûrement, il auroit accéléré notre besogne, mais jai cru devoir temporiser sur les bonnes façons que vous avez désiré avoir pour luy et moy même je desirois que le tout se passât amicalement, mais il faut finir, je suis décidé a prendre la voie judiciaire; je ne crois pourtant pas que nous plaidions ni tout de bon ni longtems, mais ne futce ce que pour le faire approcher, nous ne pouvons que bien faire, avec un homme qui mesuse de notre indulgence, et qui dort sous le fardeau. Jattends cependant votre réponse, premier que de commencer la procédure.... »

M. de Romainville répond le 23 du même mois :

« Jay très bien reçu mon cher monsieur Mestreau la lettre que vous mavés fait le plaisir de mescrire le 15 de ce mois, jaurois respondus plus tôt aussi a lavant dernière, si je navois été persuadé que le régiment de Bourgogne devoit repasser de Corse en France, et que mon neveu en me venant joindre icy, neut passé par Angoulesme; mais a présent je ny vois guerre d'apparance pour cette année.... Je ne comprend pas pourquoy Mr Desvalins naccepte pas volontier le partit que vous luy proposé qui est de prendre un avocat ou mesme plusieurs sil est nécessaire qui dessideront de linterest d'un chacun. Selon moy rien de si juste et de si equitable. Ne seroit-il pas honteux pour mon neveu et monsieur Desvallins dentrer aujourdhuy dans un procès dont laffaire me paroit si claire et qui devroit être finie depuis bien longtemps ; Jen serois très fâché, et pour quoy encore un coup ne pas finir cette affaire la a lamiable. Gerteinement je ne crois pas que mon neveu pense vouloir avoir le bien de M. Desvalins ; il est juste quil ait le sien et pour quoy ne pas luy donner et finir. Voila a quoy je vous exorte mon cher monsieur Mestreau, ainsi que M. Desvalins a qui je souhaiteray toujours tout bonheur et a toute sa famille, mais point de proces.... Vous mavés fait un plaisir infinis de me donner des nouvelles de Mr de Brouzede, je suis enchanté quil se porte bien, faites luy mille et mille amitiée de ma part quant vous le voirés, et de la part de Made de Romainville qui laime, a ce quelle me dit dans le moment, toujours bien ; il a le secret particulier de se faire aimer de toute les dames a la première vue ; je suis honteux et paresseux de ne luy avoir pas escrit et luy avoir mandé que ma femme se trouve toujours bien du voyage de Paris ; je luy recommande toujours mes interest en Angoumois, et ceux de son pupille a qui jay escrit hier et luy ay envoyé de largent ; il ma marqué par sa dernière lettre être incommodé. Vous escrit-il quelque fois, mon cher Mestreau, je le juge aussi paresseux que moy, il est vray que jay beaucoup de peine à écrire. »

L'excellent homme a, en effet, soixante-dix ans et l'écriture de cette lettre porte les traces d'un tremblement qu'on ne remarque pas dans les précédentes.

Sur ces entrefaites, le régiment de Bourgogne est revenu de Corse, et a pris garnison a Antibès : Mestreau écrit immédiatement à Antoine :

« M. de Brouzede m'a appris que vous étiez repassé en France. M. le major d'Amiens me l'avait annoncé ; j'en ai été d'autant plus charmé que votre éloignement nous faisait craindre de ne pas vous revoir sitost, et que M. de Brouzede m'a dit que peut estre votre régiment pourroit passer ici. Je le souhaiterois bien, monsieur, et ne suis pas le seul de ma maison que vous ne trouveriez point diminuée Dieu merci, mais au contraire augmentée de quatre rejetons dont l'un fait actuellement un verbe »

Puis, il lui rend compte de ses affaires : une somme provenant de l'héritage de l'oncle Desboeufs, mort, on s'en souvient, dans le Maine, a été employée à désintéresser complètement les religieuses de la Rochefoucauld. 600 livres qui restaient ont été données en acompte à son beau-frère Beyraud auquel est due la pension d'Antoine chez Delafond, son beau-père ; on espère que, lorsque on aura pu régler définitivement avec M. Desvallins, ce qu'il doit fournira de quoi payer le reste et qu'il y aura encore quelque chose. La succession Desboeufs, bien qu'ouverte depuis huit ans, n'est pas encore liquidée, et c'est seulement un acompte que l'on a reçu du marquis de Thurin. Antoine de Romainville ayant atteint l'âge majeur avec ses vingt-cinq ans, il faut une nouvelle procuration signée de lui pour continuer à traiter avec Desvallins, et on lui en envoie le modèle.

Suivent des nouvelles du Grand Torsac et des améliorations apportées à la petite terre qui l'entoure :

« J'ai fait prendre soin des bâtiments de Torsac qui ont souvent besoin, comme vous n'en doutez point, qu'on y voye ; Je fais entretenir les gros murs et les charpentes, car pour l'intérieur, il est dans un total délabrement ; cela ne peut pas estre autrement. Vous scavés que la ferme que javois refaite avoit été portée a 140 l. en 1763, 40 l. de plus que celle de M. Desvallins ; je l'ai refaite l'année dernière aux mêmes fermiers, c'est-à-dire les Bois à 220 livres par an, et en outre a la charge de vous planter sans diminution de prix et a leurs frais sept journaux de vigne ; J'ay choisy le terrain, elles sont plantées, j'ai seu profiter de la circonstance, et vous voyez qu'au moins votre ferme augmente de moitié.... »

Antoine, paresseux comme autrefois quand il s'agit d'écrire, oublie de répondre, et une seconde lettre du 8 mai 1773 vient le presser de donner signe de vie :

« Je nai point eu l'honneur de recevoir votre réponse : je souhaite que ce ne soit point un dérangement de santé qui men aye privé et que vous layés simplement oublié, mais si vous lavés fait jusqua présent, il est de votre intérêt de ne le plus faire, et j'espère que je recevrai promptement cette procuration : M. Desvallins qui vieillis ! et qui est souvent malade pourroit devenir hors detat de se transporter chez les avocats a qui nous nous en sommes soumis ici ; enfin, M. votre oncle désire ardemment que cela finisse. »

Malgré ces objurgations, près de cinq mois s'écoulent avant que la procuration soit envoyée avec une lettre du 20 septembre 1773 :

« Je vous envois la procuration telle que vous me lavés demendé : si je ne vous Iay pas fait passer toute suite ses un peu de ma faute, ne men saches pas un mauves grès et un autre fois je seres on ne peut pas plus exxac. Nous avons reseu nos hordre pour chenger de garnison et nous parton demain pour aller en garce nison au neuf brisac ou étoit le Régiment de Nassau qui en hes partis pour venir en Corse ; nous havons trente neuf jour de marche. Je suis le Régiment jusque a Lion ou je je le Iaisseré pour prendre la route d'Amiens ou jaures le plaisir daller passer mon semestre au près de mon cher oncle ; je vous apprend avec beaucoup de plaisir que je ves estre capitaine sette hiverre; j'espère, monsieur, que daurenavent que vous voudres bien que nous entretenon beaucoup plus souvent et je ne seres pas aussi parfesseus que je l'estoits vis a vis de vous ; je ne vous escri pas plus Ion ni ne ses ce que je vous mende, a cause quon nous haten pour faire de visites a des amis. »

Effectivement, la nomination de capitaine arrive peu après, et voila l'ancien petit campagnard recueilli autrefois par charité, en état à son tour d'accorder sa protection : Mestreau a recours a lui dans, une lettre du 8 mars 1775 ; adressée à Metz où le régiment de Bourgogne tient garnison :

« Je profite avec le plus grand plaisir de l'occasion de mon parent Lafond, soldat dans votre régiment, et qui a pour capitaine M. de Corgniol, pour avoir Ihonneur de vous escrire, ce que jaurois fait il y a déjà e quelque temps si j'avois seu votre garnison. Je prend aussi la liberté de vous prier de mettre ce jeune homme sous votre sauvegarde et de lui accorder votre bienveillance ; il est parent près de feu M. Delafond, et je ne scaurois douter qu'a ce titre il naye auprès de vous la meilleure recommandation. Il me paru dailleurs sage et bien découplé. Je lai exorté a se bien comporter, et lui ai assuré qu'au besoin il pourrait compter davoir en vous un amy et un protecteur ; je compte assez sur vos bontés pour moi pour ne pas craindre de mètre trop avancé en lui faisant cette promesse. »

Les affaires à régler avec Desvallins ne sont pas plus avancées que deux ans auparavant, et l'héritage de M. Desboeufs s'est réduit à néant, comme nous allons voir :

« Nous nous assemblâmes lannée dernière aux envice rons de Pâques avec M. Desvallins, chez M. Orsin avocat que nous avions choisy pour régler nos difficultes. Nous y travaillâmes trois jours entiers, mais manquant de nombre de papiers instructifs pour régler les droits respectifs, nous fumes obligés de rompre notre assemblée. Je me suis procuré avec beaucoup de recherche quelques actes chez les notaires voisins ; M. Desvallins ne sest pas donné pour cela beaucoup de mouvement, pareeque léclaircissement que ces actes doivent nous procurer ne tend pas a augmenter ses droits, au contraire ; je travaille encore pour avoir ceux qui manquent, afin de consommer cette affaire qui me pese.... Nous navons au surplus rien de nouveau ; vos fermiers vivent toujours et vous ont fait sept journaux de bonne vigne ; tout va bien de ce coté la, il ny a que les batimens de Torsac qui n'étant pas habités et très vieux exigent souvent des réparations qui diminuent nos prix de ferme : mais il faut bien au moins les entretenir au dehors, pour éviter leur entière dépérition. Nous avions chargé par l'instigation de M. le marquis de Thurin, un abbé de vos procurations pour liquider la succession de feu M. Desboeufs. Je ne scay pas comme ce diable d'abbé a fait son compte, mais il ne nous donne aucune espérance davoir quelque chose de cette succession, au contraire, il prétend que les dettes l'absorbent, de manière que ce que nous avons touché de M. le marquis de Thurin, et dont votre portion a servi a amortir la rente due à la Rochefoucand, sera je le craint tout ce que nous en aurons.... »

C'est la dernière lettre du pauvre Mestreau qui meurt au mois d'octobre suivant : Deux procureurs avaient succombé à la peine sans pouvoir faire rendre gorge à Desvallins. Cependant la saisie mise sur le prix de vente du Petit Torsac, gêne ce dernier : Dès qu'il sait le procureur hors d'état de s'occuper d'affaires, il se présente plusieurs fois chez lui, disant qu'il veut en finir et est prêt à payer ce dont il est redevable. D'un autre côté, les acquéreurs, craignant qu'à la longue on ne leur réclame des intérêts pour le prix de vente qu'ils gardent toujours, lui donnent jusqu'à Noël suivant pour terminer,, sans quoi ils consigneront la somme au greffe. Dans ce cas, les frais de consignation en consommeraient une partie. Ce dernier coup décide le débiteur récalcitrant, et, dès qu'il apprend la mort de Mestreau, c'est au vieux major, dont il connait la bonté conciliante, qu'il s'adresse dans une lettre du 12 octobre 1775 : Il expose la situation fâcheuse où le mettrait la consignation dont il est menacé, et demande quel moyen MM. de Romainville entendent employer pour terminer; il offre de payer tout ce qu'on voudra, sitôt qu'on aura donné mainlevée de l'opposition au paiement entre ses mains du prix du Petit Torsac.

M. de Romainvillle a près de soixante-quatorze ans, et n'écrit qu'avec difficulté; et cependant sa réponse à Desvallins, envoyée le 30 novembre, couvre d'une écriture. serrée cinq pages in-folio, dénotant chez ce vieillard une lucidité merveilleuse servie par une admirable mémoire. Il ne se départit pas un instant de son calme et de cette politesse méticuleuse d'autrefois qu'on n'abandonnait jamais, même pour se dire les choses les moins agréables. Nous retiendrons seulement dans celte longue lettre où il refait l'historique des vingt-cinq années écoulées depuis la niort de son frère, les passages les plus intéressants : Il commence par prendre le ton d'une douce ironie à propos du long silence de son correspondant :

« Jay reçu avec bien du plaisir et de la satisfaction, mon cher Monsieur Devallins, la lettre que vous mavés fait lamitié de mescrire le mois passé, dautant plus que je crois navoir point reçu de vos nouvelles directes depuis votre lettre du 16 mars 1762, par laquelle vous me faisiés compliment sur mon mariage, ce qui me faisait craindre que vous maviés complètement oubliés. Il y a plus de deux ans que jay eu le malheur de perdre ma femme, ce qui me balance beaucoup pour aller finir le reste de mes jours en Angoumois avec vous tous, et sans les révoltes qu'il y a eu cette année en ce pais icy, jy serois et auroit partit au moi de may dernier comme je lavois mandés a M. de Brouzede : je persiste toujours dans le mesme sentiment si Dieu me laisse encore au inonde quelques années, et compte, mon cher monsieur Desvallius avoir le plaisir au prince temps prochain de vous aller ambrasser.... »

Il donne ensuite des nouvelles de son neveu :

« Mon neveu qui passera lhyver avec moy est icy, il vous fait a tous mille et mille amitiées, et est aussi sensible que moy a tout ce qui peut vous intéresser ; il est capitaine depuis deux ans ; il esloit icy a la mort de sa tante laquelle luy avoit donné deux ou trois mois devant sa mort mil écus pour payer sa compagnie. Le voila dont dans un emplois honorable, il a mesme aujourduy quatre capitaines après luy, jugés de ma satisfaction ; elle seroit bien plus sensible si lhazard de la guerre ne nous avoit pas enlevé notre neveu commun.... »

Ces regrets servent de transition pour aborder la question des affaires : A propos de la mort du pauvre jeune homme, le major prouve à Desvallins qu'il a agi sans droit en vendant le Petit Torsac, car, si la moitié appartenait à Antoine de Romainville, comme propriété de son père reconnue par contrat de mariage, le reste aurait pu également être revendiqué par lui comme héritage de son frère qui, lui-même, le tenait de sa mère. Au lieu de cela, depuis vingt ans et plus que son pupille est mort, Desvallins a continué à jouir comme du sien, au point de le vendre, de ce bien dont il devait seulement avoir l'administration comme tuteur de son neveu. Le major consent du reste de très bonne grâce à ce que les avances faites par Desvallins et ses parents lui soient remboursées, mais à condition qu'elles soient prouvées, ce qui n'est pas. Il lui serait pourtant plus facile qu'atout autre de retrouver les preuves de ce qu'il avance, puisque, depuis 1760, il a été seul possesseur de tous, les papiers qui se trouvaient à Torsac. Mais si lui, oncle paternel comme Desvallins était oncle maternel, suivait le même exemple, il serait en droit de réclamer de son côté tout ce qu'il a donné pour l'entrée au service de leur neveu commun.

La seule difficulté porte donc sur les dettes du père mort en 1760, vis-à-vis la famille de sa première femme, représentée aujourd'hui par Desvallins.

Pour conclure, M. de Romainville fait dire aux acquéreurs du Petit-Torsac, qui sont, en même temps, fermiers du Grand-Torsac, de ne rien faire avant l'arrivée de son neveu : celui-ci part en effet pour l'Angoumois afin de traiter l'affaire en personne.

Après avoir dit, aimablement mais fermement, tout ce qu'il avait sur le coeur, le major termine cette lettre, qui lui a coûté un travail de trois semaines, par celle adjuration :

« Au nom de Dieu, accomodés-vous a lamiable et prenés le partit des honestes gens qui est dans passer lun et laulre par voye darbitre. Adieu. »

Cet adieu est le dernier mot de cette longue correspondance dont le dénouement nous reste inconnu : Antoine de Romainville arriva-t-il enfin à s'entendre avec M. Desvallins, et à sortir de cetle situation qui avait causé tant de tourments depuis vingt-cinq années ? Nous ne le savons pas. Le vieil oncle put-il mettre à exécution son projet de terminer ses jours dans sa province natale? nous l'ignorons aussi.

Dans l'Etat militaire de 1780, il est remplacé au poste de major du gouvernement d'Amiens; il aurait eu alors près de quatre-vingts ans, et, probablement, son neveu avait déjà recueilli son petit héritage, puisque, contrairement aux prévisions, Mme de Romainville avait disparu la première.

La dernière trace que nous trouvions d'Antoine, est dans l'Etat militaire de 1789 : il a près de vingt-cinq ans de services, est capitaine commaïadant au régiment de Bourgogne, alors en garnison à Huningue; il n'est pas encore chevalier de Saint-Louis, et, peut-être la Révolution l'empêcha-t-elle à jamais de recevoir cette croix, couronnement de la carrière modeste des officiers pauvres comme lui. Que devint-il dans la tourmente ? Rien hélas ! ne nous en donne un indice.

Si incomplet que soit ce tableau de la vie provinciale et militaire d'autrefois, il ne m'a pas paru sans intérêt de faire revivre pour un instant ces figures d'une famille aujourd'hui éteinte : j'avoue qu'il me semble, pour ma part, avoir connu l'excellent major peint si franchement dans sa correspondance.

Qu'il me pardonne d'avoir exhumé ses lettres, et de les avoir arrachées au profond sommeil dans lequel elles étaient plongées parmi les papiers de la famille de Brouzède !

Source : Henri du Mas.

Posté par ID348347 à 12:20 - Permalien [#]

19 mars 2020

La couronne comtale de François de Devezeau

Tous les nobles peuvent-ils prendre la qualité de messire, chevaliers ?
Qualités nécessaires pour prendre le titre de baron, comte ou marquis ?

Extrait des registres du parlement.

Entre François de Devezeau, écuyer, sieur de Laage, & de Chasseneuil, appellant d'une sentence donnée par le sénéchal d'Angoumois, où son lieutenant le 16 février 1663, par laquelle avant faire droit sur la fin de non-recevoir, & appel interjetté par ledit appellant de la sentence donnée par le juge du duché-pairie de la Rochefoucault, il a été ordonné qu'à la diligence d'icelui appellant, le fermier de ladite terre seroit appellé, & faisant droit sur les conclusions incidentes de l'Intimé, ordonné que les qualités de messire & de chevalier prises par l'appellant, seront rayées, & sera seulement appellé écuyer, sans qu'il puisse porter dans ses armes aucune couronne comtale, & ordonné qu'elle sera effacée des lieux où il se trouvera l'avoir fait empreindre, d'une part ; & messire François duc de la Rochefoucault, pair de France, intimé, d'autre ; après que de Montolon § l'appellant a conclu en son appel, & que Langlois pour ledit duc de la Rochefoucault a été oüi ; ensemble Bignon pour le procureur général du roi qui a demandé acte de ce qu'il prenoit le fait & cause pour son substitut, & requéroit la sentence être confirmée. La cour sur l'appel a mis & met les parties hors de cour & de procès sans dépens ; condamne néanmoins l'appellant en l'amende de douze livres envers le roi. Et faisant droit sur les conclusions du procureur général du roi, fait défenses à tous propriétaires de terre de se qualifier barons, comtes ou marquis, & d'en prendre les couronnes en leurs armes, sinon en vertu de lettres-patentes, bien & dûement ratifiées en la cour ; & tous gentilshommes de prendre la qualité de messire & de chevaliers, sinon en vertu de bons & légitimes titres, & à ceux qui ne sont pas gentilshommes de prendre la qualité d'écuyer, ni de timbrer leurs armes, le tout à peine de 1500 livres d'amende, aplicable le tiers aux pauvres de l'hôpital général de cette ville de Paris, le tiers au dénonciateur, & l'autre tiers aux pauvres des lieux. Fait en parlement le 13 août 1663.

Source : Arrests de règlement, de Louis-François de Jouy.

Posté par ID348347 à 20:44 - Permalien [#]


Le château d'Angoulême à la fin du XVIIIe siècle

Angoulême est dans l'apanage de M. le comte d'Artois. Déplorable usage que font de leur autorité les gens d'affaires de ce prince. Grand malheur pour les provinces d échoir ainsi à des princes. Ils n'en sont ni les protecteurs, ni les bienfaiteurs, et leurs employés en sont les petits tyrans. Chicanes, vexations, recherches, mauvaises difficultés de toute espèce, voilà pour les peuples. Quant aux princes, ils y sont pillés par ces employés de la manière la plus scandaleuse. A Angoulême, dans le château, qui étoit une petite forteresse, ils ont, sans la participation du ministre de la guerre, détruit deux bastions, et cela pour une spéculation de vente de terrain, et pour construire une maison qui a coûté à M. le comte d'Artois beaucoup plus qu'elle ne lui a rendu; sans doute Angoulême peut se passer de château, et le château surtout pourroit se passer de bastions; mais il y a cent autres forts dans le royaume, plus inutiles encore, et qui étoient surtout plus mauvais et plus délabrés. Le ministre hésite d'adopter, sur cela, le plan général que je lui propose. Il paroît ne pas oser toucher à aucun fort. M. Elie de Beaumont, avocat de Paris, intendant des finances de M. le comte d'Artois, prononce sur le sort du château d'Angoulême, et le fait démolir à grands frais pour son prince, sans le consentement du gouvernement, et sans aucun objet de profit réel; et le roi ne continue pas moins d'yentretenir un état - major. M. le marquis de Chauveron est à-la-fois comte, roi d'Angoulême et commandant de la province; il n'a jamais été que major de cavalerie; encore un abus : c'est par la protection de M. le duc d'Orléans, chez lequel il joue la comédie, qu'il a obtenu cette place. C'étoit autrefois celle d'un officier-général; on lui a composé un traitement de 10 à 12 mille francs, on lui a donné 11 mille francs de gratification pour un logement qu'il s'est fait arranger dans le château. En petit, en grand, en masse et dans les détails, dans la capitale, comme dans les provinces, au centre comme dans les extrémités, quels que soient les départemens, on ne peut faire un pas sans trouver un abus ou une faute. Ce seroit un gros recueil à former; mais malheureusement, il seroit plus piquant qu'utile ; ce seroit la satire du Gouvernement, le scandale des étrangers, et le désespoir de tout bon citoyen.

Source : Voyages de Guibert, dans diverses parties de la France et en Suisse.

Posté par ID348347 à 20:40 - Permalien [#]

L’enrôlement forcé sous Louis XIV

Le 2 décembre 1690, le lieutenant criminel reçut les plaintes de Jean Furaud, laboureur à boeuf du bourg de la Rochette et de Pierre Ferrand du même bourg et syndics de la paroisse : disent qu'Henri Duvignaud écuyer, seigneur de Fayolle en paroisse de Jauldes, leur voisin, était capitaine d'une compagnie depuis peu de ours. Qu'il avait quelques soldats recrues dans sa maison de Fayolle. Qu'il les envoyait de ça et là, faire plusieurs violences aux paysans, battre les uns, prendre les autres de force et les mener dans la dite maison de Fayolle en prison afin de leur faire signer un engagement. Les agresseurs toujours au nombre de six ou sept en armes lancent leurs attaques dans les zones proches des bois de la Combe à Roux vers le bois de Jauldes, les charbonniers, dans la vallée aboutissant à la Charmille de la Rochette. Le mercredi 22 novembre précédent le dit Furaud étant à son travail et revenant avec ses boeufs de laboureur entre le bois de Jauldes et La Rochette pour se retirer dans sa maison, il vit venir à lui six ou sept soldats du sieur de Fayolle, l'épée à la maison, lesquels se jetèrent sur lui, le renversèrent par terre, le bâtèrent, le laissant pour mort sur place. Le lendemain le 23 novembre 1690, le dit Pierre Ferrand, s'en allant commander quelques bouviers par ordre du roi, pour mener les bois de Sansac au port de l'Houmeau à Angoulême à destination de Rochefort pour le compte de la marine royale il fit la rencontre vers le bois de Jauldes de d'autres soldats du sieur de Fayolle, lesquels furent sur lui, le saisirent et l'amenèrent de force au dit seigneur de Fayolle, le mirent dans cachot de la maison de Fayolle, le menaçant de lui mettre les fers aux pieds s'il ne voulait pas signer l'engagement, au bout de trois jours il réussit à s'échapper. De nombreux témoins confirmèrent toutes ces violences. La plainte déposée le 2 décembre 1690 fut sans effet ou très peu. Le jugement qui fut rendu tiendra compte que l'action de Henri Duvignaud va dans l'ombre et le prolongement de la volonté du roy fournir des soldats pour l'armée royale.

Source : Pierre Tallon.

Posté par ID348347 à 20:37 - Permalien [#]

Les hameaux de Saint-Martin de Jauldes

La paroisse Saint-Martin de Jauldes, outre le bourg, comprenait vingt-trois hameaux, dont voici les noms : 1° Le Bois de Jauldes; — 2° Le Grand-Cherves; — 3° Le Petit-Cherves; — 4° Cussac ; — 5° Fayolle ; — 6° Glanges ; — 7° La Grenouillère ; — 8° La Jonchère ; — 9° L'Age; — 10° Margnac ; — 11° La Mercerie; — 12° Chez-Morand; — 13° La Mornière; — 14° La Motte; — 15° Nouailles ; — 16° Portal; — 17° Puy-Guichard ; — 18° Chez-Quillet; — 19° Chez-Renard; — 20° Les Rivauds ; — 2° Torsac; — 22° Treillis; — 23° Magnac de Jauldes.

Le bois de Jauldes.

Ce charmant petit hameau a été de tout temps richement encadré dans les plus beaux arbres de la Braconne. Il y a notamment à son entrée, du côté de la forêt, une clairière immense au milieu de laquelle paraissaient vivre en souverains de ces lieux des chênes séculaires. Malheureusement, la hache administrative a fait disparaître progressivement ces verdoyants témoins des temps passés. Il en reste peu de nos jours, et leur aspect a Tair plutôt triste que glorieux de leur ancienne origine. C'était sous l'ombrage épais du feuillage de tous ces géants décimés et sur les verts tapis qui s'étendaient à leurs pieds, que les habitants de toute la paroisse, accompagaés chaque année de leurs parents, de leurs voisins et de leurs amis, allaient joyeux célébrer la frairie de Jauldes, le jour de la Pentecôte. Ces usages ont disparu comme les vieux arbres, et, comme les anciens habitants, sont devenus victimes des révolutions ou des siècles. Je regarde comme un devoir de signaler au lecteur une famille vénérée qui habita longtemps ce hameau. L'exil et le martyre en même temps que sa parenté avec notre apôtre imposent désormais son nom à nos pieux souvenirs. C'est la famille de Crozant.

Concernant cette lignée, le premier nom que l'on rencontre dans les registres de la paroisse est celui d'un Léonard de Crozant, né vers 1652, mort en 1782 à soixante ans environ. Il laissa un fils, Maximin, qui épousa une demoiselle Jeanne de Lavergne. De ce mariage naquirent deux enfants : François et Anne. Anne devint l'épouse de Jean de La Brosse, frère de notre héros, et François fut le père de l'époux d'Anne-Marguerite Normand de La Tranchade, veuve de Crozant, guillotinée à Paris le 9 mesidor an II (28 juin 1794). La tradition rapportait que deux demoiselles de Crozant, de ce pays, après avoir fait pendant toute leur vie l'édification du peuple par leur charité, furent dénoncées comme conspiratrices en 1793. Arrêtées aussitôt par les ordres du district de La Rochefoucauld, elles furent conduites dans le château de cette ville et l'on n'entendit plus parler d'elles.

Grâce à des recherches minutieuses, j'ai pu reconstituer cette légende. Il est probable que la première victime de ce nom fut Anne de Crozant, veuve de Jean de La Brosse. Les anciens du hameau m'ont affirmé que leurs ancêtres l'avaient vue partir pour la prison. Qu'est-elle devenue? On pense que, vu son grand âge (elle avait soixante-dix-huit ans), elle périt de suite de douleur et d'effroi dans le cachot où elle fut reléguée. Quant à la seconde, son histoire est en détail dans Les Victimes de la Terreur. J'extrais de cet ouvrage ce qui regarde le hameau du Bois, et j'y ajoute certains renseignements qui ne concordent pas absolument avec ceux de l'auteur.

Madame de Crozant de La Brosse était veuve et sans famille. Par respect pour sa mémoire, le domaine du Bois avec le logis fut acheté par un de ses neveux, Louis de La Brosse. Le nom du propriétaire saisi est Jean-François de Crozant, émigré, l'aîné des deux petits-fîls du frère d'Anne de Crozant.

Le fils de Louis de Labrosse qui ne signe alors que Louis Labrosse, Pierre dit Bellefond, se bâtit pour lui seul un hameau : l'Aiguille de Jauldes, qui n'est pas mentionné dans la nomenclature que nous avons faite parce que notre intention était surtout de parler des hameaux qui existaient au temps de notre missionnaire. Cette demeure, qui se compose d'une maison d'habitation, une des plus belles delà commune, et de vastes dépendances est gentiment située à 200 mètres du bourg, sur la route de Jauldes à Angoulême. M. Bellefond (c'est ainsi qu.'on appelait M. Pierre de La Brosse) y a laissé, comme dans toute la contrée, du reste, le souvenir d'une charité qui ne se lassait pour personne. Tous les jours, on entend répéter encore, par des personnes reconnaissantes ou sympathiques, qu'il a sauvé par ses soins assidus du jour et de la nuit, là, un père, ici, une mère, ailleurs un fils, quelqu'un partout, plusieurs personnes dans chaque partie de la commune. Aussi ses funérailles furent-elles l'occasion de la manifestation d'un deuil général et son nom reste-t-il dans le pays avec le souvenir toujours vivant de son dévouement et de son grand cœur. J'ai eu la douleur d'être devancé par la mort auprès de son fils unique, M. Gustave Labrosse, ancien notaire à Cognac, le donateur du vitrail de Saint-Martin ; mais la pieuse épouse qu'il a laissée et ses deux filles, qui rappellent, dans la paroisse, les souvenirs de vertus des demoiselles de Crozant, auront, par leurs mérites anticipés, disposé le cœur du bon Dieu en faveur du père et de l'époux.

Le Grand-Cherves et le Petit-Cherves de Jauldes.

Le Grand-Cherves de Jauldes et le Petit-Cherves ne formaient autrefois, habituellement, qu'un seul hameau; il est même très rare, avant 1830, de trouver un acte sous le nom particulier de Tun d'eux. Ces hameaux doivent l'importance qu'ils ont prise, surtout depuis un demi-siècle, à la prospérité des vignes et au commerce qu'elle favorisait. C'est de ce temps d'abondance que datent les coquettes habitations aperçues le long des routes d'Angoulême et de la Braconne, ainsi que dans l'intérieur des hameaux. Il existe encore dans le Grand-Cherves une maison dont les fenêtres indiquent l'époque de la Renaissance ; c'était peut-être la demeure des de Zherces, une des plus importantes et des plus anciennes familles connues.

Cussac.

Cussac, autrefois Cussat, a toujours été un petit hameau. Il fut habité par une sœur du P. de La Brosse, Anne de La Brosse, qui épousa Briand, sieur du Courret. Elle y mourut en 1769, à l'âge de cinquante ans. Le sieur Briand, déjà beau-frère de notre apôtre, épousa en secondes noces Anne Duboiscuvier, cousine du bon Père. Elle mourut à Cussac en 1789, à l'âge de quarante-neuf ans, et son mari en avait soixante-quinze quand il la suivit dans la tombe, la même année. Ce hameau est à cent mètres de la route de Chasseneuil à Saint-Cybardeaux et à 1,500 mètres du bourg de Jauldes.

Fayolle.

Ce hameau appartenait tout entier à la plus riche famille du pays. Le beau château qui s'y trouvait et qui ne fait plus voir depuis longtemps que des ruines, a gardé pour lui seul tous les souvenirs de Fayolle. Les anciens parlent encore avec un certain enthousiasme de l'aspect imposant de ses tourelles et de ses tours comme les décrivaient leurs pères, de ses portes bardées de fer et soulevées par des chaînes puissantes, des fossés profonds, des arbres gigantesques qui l'entouraient, de ses prairies immenses, des larges avenues bordées d'arbres de toute essence, qui conduisaient, l'une à l'immense étang qui subsiste encore, l'autre à l'église de la paroisse. Il ne reste de cette magnifique construction que des pans de murs et des ronces, mais ces débris sont encore importants. On peut les apercevoir de presque tous les points de la commune. Les visiteurs, qui ont la hardiesse de gravir ces restes que la Révolution et la rapacité n'ont pu descendre encore de leur base, ont devant eux la magnifique vallée qui s'étend jusqu'aux portes d'Anais et de Tourriers et à leur gauche la ville d'Angoulême où l'on peut distinguer et les arbres de Beaulieu et les flèches les plus élevées des édifices de la ville. Le soir, le coup d'œil est féerique, quand la cité s'éclaire des milliers de feux de ses gaz. Fayolle était un arrière-fief dépendant de la baronnie de La Rochefoucauld. Il appartint dans le principe aux Tizon d'Argence, qui ont donné leur nom à une rue d'Angoulême. Il fut légué par eux à Foulques de Lubersac, qui le laissa en héritage à son fils, un capitaine de Fayolle qui mourut au siège de Metz en 1552. En 1662, un François Duvignaud, sieur de Vaucaise, et son frère, Fayolle Duvignaud, possèdent le château de Fayolle. Ils avaient épousé les deux sœurs de Guitard : Fayolle, l'aîné, avait épousé Marie, et François épousa Louise, en 1668. En 1672, Vaucaise a un fils Henry, qui a pour parrain un de Feydeau, sieur de La Rochebertier, et pour marraine Marie de Curzay, de Jauldes. En 1673, de Feydeau épouse Marie de Curzay, et, parmi leurs témoins, figurent C. de France, Dassier, de Nesmon, etc.. Un autre capitaine de Fayolle mourut à Mantoue en 1702. On trouvera à la fin du volume copie d'une pièce qui l'atteste. En 1714, Henry Duvignaud, seigneur de Fayolle et Sigogne, épouse une demoiselle Elisabeth-Charlotte de Montbron. De ce mariage naquirent deux enfants : 1° Marie-Louise, le 17 janvier 1715, et 2° François, le 26 janvier 1717. A cette époque, vivait à Fayolle une famille alliée aux de La Brosse : Samuel Briand, sieur de Montplaisir, marié avec Anne Duboiscuvier. Briand y meurt en 1722, et sa veuve s'y remarie en 1724 avec un marchand d'Anais, Vouillat, parent des Duboiscuvier. En 1733, un d'Andignac est bailliste de Fayolle. Entin un acte daté du 20 avril 1789 indique, comme dernier propriétaire du château et de ses dépendances, Marc-René Bareau de Girac, chevalier et seigneur de Fayolle. On raconte tous les jours que ce de Girac émigra, que son château fut dévasté et incendié et que les terres furent vendues comme biens de la nation, l'an II de la République.

Glanges.

Ce hameau est en pleine Braconne. La route qui le traverse depuis quelques années et qui va aboutir au château de La Rochefoucauld, lui a donné un aspect moins sauvage. On y trouve des restes de voie romaine. La tradition rapporte, et l'histoire du pays semble lui donner raison, que les Huguenots, en 1568, établirent à Glanges leur quartier général, pendant quelque temps, et que de là ils portèrent répouvante et la dévastation dans toute notre contrée, ils avaient une armée formidable évaluée à cent mille hommes et ils marchaient sous les ordres de François III de La Rochefoucauld, comte de Rouey, qui périt dans les massacres de la Saint-Barthélémy en 1576, sous la conduite de Henri de Navarre, qui devint Henri IV, et sous celle du prince de Condé, qui périt à Bassac. Au XVIe siècle, il y avait à l'entrée de ce hameau, près du chemin de Jauldes à la Braconne, une maison importante habitée par une puissante famille, les de Corgnol. Ce qui reste de cette demeure sert de maison de chasse à mon cher condisciple de Richemont, Ernest Robert, de Ruelle. Elle s'appelait, cette habitation, le Vallon-de- Glanges; en 1681, y mourut nonagénaire Isaac de Corgnol, qui fut inhumé dans le chœur de notre église. Il avait eu, avant de mourir, la consolation de marier sa fille Marguerite avec Florent de Raymond, sieur du Peyrat, originaire de Saint-Angeau, et d'assister au baptême d'une petite-fille en compagnie de toute la noblesse des environs : les de Raymond, les de Mascureau, les le Querroy, les de Crozant, les de La Grèze, les de Torsac de Jauldes, les Callière, etc. Je pensais à cette réunion princière, un matin que je visitais là mon ami, en remarquant dans l'ancien vestibule, à la place des vêtements supplémentaires des hôtes d'autrefois, soixante peaux de lièvres suspendues en rang pour attester les succès du chasseur. Ainsi s'en vont la gloire et les hommes. Les deux familles les plus anciennes et les plus importantes après les de Corgnol étaient les Bourabier et les Rondeau. Le camp de la Braconne, qui avoisine ce hameau et qui s'étend de plus en plus de ce côté, donne à penser aux habitants qu'ils sont appelés à abandonner quelque jour leurs maisons et leurs terres.

La Grenouillère.

Ce hameau a disparu sans laisser de traces.

La Jonchère.

Grâce à l'obligeance de M. le vicaire général Nanglard, j'ai appris que ce hameau s'appelait La Bunzachiera à la fin du XIIIe siècle. La Jonchère a toujours été un hameau de peu d'importance, si l'on ne tient compte que du nombre des habitants. De nos jours, il se réduit à trois ou quatre feux. Les familles qui s'y fireni remarquer furent celle des Prévot-Desvalins, et celle des Clément.

L'âge.

Il y eut dans ce hameau un prieuré, saint... de L'Age-Monjau, Sanctï...de Agïa-Monaccdi, dépendant de l'abbaye de Saint-Cybardd'Angoulême. Ce prieuré était une des plus anciennes possessions de l'abbaye. Il fut conventuel à l'origine et jusqu'au XIIe siècle. Une bulle du 17 septembre 1337, dont l'exécution est confiée à l'abbé de La Chaise-Dieu (Clermont) l'unit à La Chambrerie. En 1449, il est représenté comme ayant été ruiné par les guerres et la mortalité, et le chambrier en abandonne la jouissance, qui ne lui impose que des charges sans profil. L'abbé le confère cependant, le 21 août de la même année, à un Nicolas Aubert, régulier. Mais, peu après, celui-ci, y voyant trop de ruines à relever, l'abandonne à son tour. Ce bénéfice, ayant perdu sa chapelle et ses bâtiments, est transféré à Tourriers. L'Age, qu'on écrivait aussi Lâge et Laage, est près de Fayolle. Ce hameau était en quelque sorte absorbé par le château. Il l'a bien absorbé à son tour. C'est, en effet, après la Révolution que ses terres élargies et ses coteaux bien cultivés l'ont enrichi par le vin délicieux qu'ils se sont mis à produire, et que des constructions plus élégantes et plus vastes se sont élevées à côté des anciennes toutes basses et confondues les unes dans les autres. Les voyageurs qui le regardent de la route de Jauldes à Anais le prennent toujours pour un hameau très important. Les deux familles les plus anciennes sont les Piffre et les Jonquet.

Margnac.

Ce hameau est formé par un joli groupe de maisons qu'on rencontre en amphithéâtre, à 1,500 mètres du bourg de Jauldes, quand on suit la route d'Angoulême. La plus ancienne famille de Margnac est celle des Bois. La plus importante de nos jours est celle de notre aimable adjoint, M. Pierre Bois-Roulet.

La Mercerie.

La Mercerie, autrefois si bien habitée, est de nos jours un des hameaux les plus réduits de la commune de Jauldes. Quand, sur la route de Chasseneuil, on se trouve en face de L'Age, on peut apercevoir, à gauche d'un chemin qui conduit de Fayolle à Magnac, quelques pans de murailles envahis par les ronces et trois ou quatre maisons qui composent les deux feux actuels du hameau. C'est toute la Mercerie. Là, pourtant, fut autrefois une des plus grandes familles du pays, les Briand dont quatre frères : le sieur du Courret, le sieur de Monplaisir, le sieur des Essarts et le sieur des Vallons, étaient alliés aux autres familles importantes de la contrée : aux Duboiscuvier, aux de La Brosse, aux Gervais, et qui invitaient à leurs fêtes les châtelains de Fayolle, les de Corgnol de La Touche et les de Crozant du Bois-de-Jauldes.

Chez-Morand.

Ce hameau, qui est près du Bois de Jauldes en Braconne, est de date récente.

La Mornière.

La Mornière est un de nos hameaux les plus anciens. Je trouve en effet qu'au XIIe siècle un sieur de La Mornière (de La Mourineyra) vendit une propriété au sieur Audoin de Magnac. Traversé de nos jours par la route de Jauldes à Angoulême, ce hameau a perdu beaucoup de son importance d'autrefois. La famille ancienne la plus distinguée a été celle des Mayoux dont un fils épousa une demoiselle de La Lande. Cette famille, qui a donné plusieurs prêtres à l'église, parmi lesquels, trois curés à Agris, a fourni aussi la marraine de notre apôtre, Jeanne Mayoux, entrée au couvent de l'hospice de La Rochefoucauld où elle est conseillère en 1716, et où elle meurt le 9 mars 1753 à l'âge de soixante-cinq ans. Elle avait trente-six ans quand elle fut marraine de Jean-Baptiste.

La Motte.

La Motte, qu'on écrivait aussi La Mothe, était au commencement du xiif siècle un des hameaux les plus populeux de la paroisse. Les familles Bonvaslet, Fougerat et Lavenat y donnaient alors l'exemple des patriarches par le nombre de leurs enfants et par la bonne entente qui régnait entre toutes les personnes de chaque maison. Un Moreau et un Favreau épousèrent deux filles Bonvaslet en 1734 et en 1736. Au milieu de ces bonnes familles vivaient celle des Constantin et celle des de Bort. Ces derniers étaient parents des de La Brosse. Constantin, notaire royal, avait succédé, dans cette charge, à son père Jacques Constantin. Il épousa une demoiselle Boissier, fille du Sieur des Combes, dont il eut plusieurs enfants qui s'établirent dans la paroisse de Jauldes et dans les environs. Un Constantin de Villars a été maire de Jauldes et convoquait son conseil à La Motte, dans sa maison. Cette demeure et les terres qui en dépendent appartiennent aujourd'hui à M. Georgeon, le célèbre avocat d'Angoulême. La famille Fougerat survit encore dans celle de notre excellent maire M. François Bois-Boulet.

Nouailles.

Ce hameau, beaucoup plus rapproché d'Anais que de Jauldes, était, surtout à l'époque qui nous occupe, bien peuplé. Une demoiselle Marie de La Glaye de Nouailles fut enterrée dans l'église de Jauldes, devant l'autel de Saint-Eutrope « environ deux brasses dudict ». Elle avait épousé un Lair, dont la maison reste importante pendant de longues années, et se partage ensuite par des alliances entre les Basset et lesFradet. Des Basset sont parrains d'enfants de la famille de La Brosse et réciproquement, et un Fradet Pierre épouse une Marguerite de La Brosse, le 6 février 1769. Nouailles est un des hameaux de Jauldes qui présentent le mieux le mélange du contemporain et du passé. Il n'est pas rare d'y rencontrer des constructions modernes adossées à d'anciennes maisons qu'elles semblent soutenir ; image touchante de souvenirs bien conservés et d'une bonne entente entre les deux âges. Avec cela, Nouailles est encore un grand et beau hameau, qui se tourne de plus en plus vers la route de Chasseneuil. Ses pieds se baignent sans cesse dans les eaux murmurantes et limpides de sa fontaine précieuse, de son beau lavoir et de son fécondant ruisseau.

Portal.

Il est mieux de dire Portail. C'était un tout petit hameau dont il ne reste pas la moindre pierre. Il était près de L'Age, sur la route de La Clavière où l'on trouve toujours les champs du Portail. Ce hameau fut habité par la famille Jamain, dont le chef Nicolas mourut à quarante-cinq ans et dont la fille Marie épousa un Jean Blanchet, d'Anais, en 1702.

Puy-Guichard.

Puy-Guichard, qu'on trouve aussi écrit Puy-Quichard, était dans la direction de Jauldes à Fayolle, par le chemin du château. Il ne reste plus de ce nom qu'un bois, appelé par corruption Pïchard, et le chemin de Puy-Guichard mentionné sur le cadastre. Le premier propriétaire de ce hameau paraît être un de Guichard, dont une fille épousa un Constantin de La Jonchère. Le dernier est un Jean Mesnard, marié à une Paquet, dont la fille unique mourut le 5juin 1787.

Chez-Quillet.

Ce hameau de très petite importance était situé entre Chez-Renard et Treillis. Il a disparu sans laisser autre chose que les noms de deux familles qui l'habitaient : les du Theil et les Galloux.

Chez-Renard.

C'est un des hameaux qui est resté le plus longtemps stationnaire dans la simplicité de ses maisons d'autrefois. Il paraît prendre son essor et nous fait voir depuis quelque temps des constructions vastes et bien bâties. Les familles les plus anciennes sont les du Theil, les Galloux, les Billat et les David.

Les Rivauds.

Je n'ai trouvé ce nom que deux fois dans les anciens registres de la paroisse. Ce hameau ne comprenait en effet qu'une demeure sur le territoire de Jauldes. La plus grande partie appartenait à Anais. La situation est la même aujourd'hui.

Torsac.

Le nom de ce hameau est presque toujours écrit Torsat. Il s'étendait entre le Grand-Cherves et Magnac. Il ne reste plus rien des demeures qui le composaient et qui abritèrent dans le passé des familles remarquables. Quelques murailles, qu'on dit les ruines d'un château, de grandes plaines et de vieux chemins disent seuls encore son nom. Ce fut là que se maria un ancêtre de notre apôtre avec une Marthe de La Croix. Un Pierre de La Brosse y épousa aussi une Jane Séguin en 1702. Les de La Croix, les Tison et les Séguin sont les plus anciennes familles; puis viennent les Constantin, sieurs de Romefort, et les Sïbilet ou Cibïlet. Anne Constantin a pour marraine, en 1726, une Marguerite de Chalais. En 1733, a lieu le solennel mariage de Jean Bouniceau, de Saint-Amant-de-Boixe, et de Marie Frotier-Tison, de Torsac-de-Jauldes. Et puis, plus rien que quelques noms rares et sans importance en attendant le silence définitif, preuve évidente d'une complète dispersion des habitants de ce hameau dès le milieu du XVIIe siècle.

Treillis.

Vu du chemin de Jauldes à une certaine distance. Treillis présente l'aspect d'un village important et bien bâti. Il est resté un des hameaux les plus habités de la commune. Il a paru de tout temps un des plus aisés, en ce sens que l'ensemble des familles a montré plus de bien-être que la généralité des autres.

Au XIe siècle (1038-1043), d'après une charte que l'on trouvera à l'Appendice de ce volume, Guillaume Guichard et ftier, son frère, avec plusieurs membres de leur famille, donnent à Saint-Pierre-d'Angoulême des biens qu'ils ont à Tresliz et qui proviennent de leur aïeul, Eblon de Tresliz. Treillis est appelé Yïlla dans cette charte, et ce hameau dépendait alors de la Vicairie de Montignac-Charente. Après ces noms, les premiers qui se rencontrent dans les actes concernant Treillis sont ceux des de Villemandy, venus du bourg, des de Bort, venus de La Mothe, des Bonamy, des Mesnard, des Blanchard et des de Dieu. En 1 702, un Jean de Dieu, praticien de la paroisse de Saint-Jacques de L'Houmeau, épouse à Treillis une Françoise de Bort. Ce Jean de Dieu, devenu procureur fiscal de la juridiction de Jauldes et Fayolle, fut surpris par la mort, n'eut que le temps de recevoir l'Extrême-Onction et fut enterré dans l'église de Saint-Martin de Jauldes devant l'autel de la Sainte-Vierge (septembre 1725). Son beau-père, Jacques de Bort, l'y avait précédé en 1716. En 1727, un Pierre de La Brosse, d'Aussac, se marie, à Treillis, avec Marguerite Joubert, née en 1703, de Pierre Joubert et de Marguerite Beaudet. Ce mariage, qui fut très solennel, attira dans ce hameau plusieurs nobles familles. Les Joubert avaient leur sépulture dans l'église de Jauldes, du côté de l'autel de la Sainte-Vierge. Marguerite Beaudet et son époux Pierre Joubert y furent enterrés : la première en 1723 et le second en 1726. En 1728, il se fit à Treillis un autre mariage remarquable : Pierre Fureau, sieur des Fontenelles, qui habitait ce hameau avec son père venu de La Rochette, y amena comme épouse une demoiselle Magdeleine Frottier-Tison, de ïorsac-de-Jauldes. Puis ce sont les Sérier, les François, les Chambaud et les Basset qui continuent avec les autres descendants des familles précédentes l'histoire très intéressante de Treillis. De nos jours, cet endroit est encore plein de vie, d'une vie agricole surtout. La route de Saint-Amant-de-Boixe, qui le traverse, permet au vovasreur d'admirer sa belle fontaine avec sa source abondante et mystérieuse, ses lavoirs toujours occupés, son charmant petit ruisseau et les hauts peupliers qui en protègent les bords.

Magnac de Jauldes.

Magnac est le hameau remarquable entre tous, celui où naquit l'homme distingué qui donne de la gloire à tous les autres. Son nom brillera désormais avec celui de Jauldes à côté du nom du célèbre compatriote que les siècles mieux informés n'oublieront plus. Je voudrais le décrire avec des expressions de particulière piété. Il me semble que les sentiers qui y conduisent sont plus bénis, que ses fleurs sont plus belles, que sa verdure est plus douce, que ses eaux sont plus limpides, que son aspect est plus riant qu'ailleurs, parce que ses souvenirs sont plus sacrés. J'ai interrogé le plus possible le passé, relativement à ce hameau, il ne m'a rien fourni au-delà du XIIIe siècle, mais au déclin de cette centurie des âges, j'ai trouvé qu'une famille Audoin habitait Magnac. Deux autres familles importantes se sont greffées sur celle-là et ont donné dans la suite naissance à notre héros : les de La Brosse et les Duboiscuvier. Au moment où naquit Jean-Baptiste de La Brosse, le hameau tout entier appartenait à ces deux derniers noms et les autres habitants n'étaient que des serviteurs. Mais quelle fut précisément la maison où l'apôtre reçut le jour, il n'est pas possible de l'indiquer aujourd'hui, puisque le vaste logis des de La Brosse a été divisé et remplacé par deux habitations, depuis longtemps indépendantes l'une de l'autre. Il est presque sur cependant, et c'est l'avis des anciens de la famille, que ce fut dans la partie occupée de nos jours par les Garraud. Il reste en effet dans cette demeure une chambre qui date du temps de cette naissance. Tandis que dans la partie qui est aujourd'hui la propriété de M. Louis Lesenne, il n'y a qu'une salle voûtée, qui rappelle plutôt une ancienne servitude qu'une maison d'habitation. Le principal corps du logis des de La Brosse était donc dans les immeubles partagés aujourd'hui entre Théophile Garraud et Chopinard. Il n'y a pas de doute que ces immeubles viennent tous des de La Brosse. Le père de Théophile Garraud en a acheté la première moitié des héritiers de cette famille et l'autre moitié leur appartenait aussi. Les Lesenne sont eux-mêmes des héritiers par leur grand-père qui épousa une de La Brosse en 1793. Les Duboiscuvier habitaient la maison de M. Victorien Lesenne.

Magnac est un des hameaux les mieux situés de la paroisse. Le voyageur qui suit la route de Chasseneuil à Saint-Cybardeaux, après avoir laissé le bourg de Jauldes à deux kilomètres derrière lui, aperçoit, à sa gauche, ce petit nid, encore plein des plus anciens et des plus touchants souvenirs, largement établi sur un mamelon bordé de murailles et qui se perd en pentes douces dans de vastes et fraîches prairies. Les constructions les plus importantes sont aujourd'hui celles de x\l. Claude Lesenne, (dit M. Numa), notre dévoué président du bureau de la Fabrique. M. Claude Lesenne est aussi un descendant des de La Brosse par sa grand'mère, au même titre que M. Victorien et M. Alexis Lesenne. Son fils, M. Maurice, ancien officier d'infanterie, a épousé, il y a quelques années, Mme Thérèse Lesenne, sa cousine. Les bénédictions du ciel sur cette union des mieux assorties et des plus heureuses se sont épanouies dans trois charmants enfants : Léonide, Ludovic et Henri. Si ces chers petits n'ont pas le nom de leur grand-oncle, ils seront à même d'acquérir assez de mérites pour devenir les dignes héritiers de sa gloire et de ses vertus.

Mes chers paroissiens, glorieux de leurs ancêtres, et mes lecteurs du Canada, si avides de tout ce qui rappelle le bon P. de La Brosse, ne me reprocheront pas la petite histoire de Jauldes qui fait l'objet de cette première partie. C'est du reste pour les intéresser les uns et les autres que je l'ai entreprise. Il m'a semblé aussi qu'en présentant, émaillée de ces grands noms du passé et de ces beaux souvenirs, cette paroisse devenue plus humble, je la rendrais aux yeux de tous, plus digne encore du grand personnage dont elle fut le berceau, au temps de sa gloire.

Source : Un grand apôtre du Canada, originaire de l'Angoumois, d'Alexandre Chambre.

Posté par ID348347 à 20:35 - Permalien [#]

17 mars 2020

Jauldes vu par Alcide Gauguié

290

La commune de Jauldes s'enfonce comme un coin dans le canton de Saint-Amant. Elle est très étendue (2,559 hectares), mais le sol est de médiocre qualité; on y élève cependant beaucoup de bétail, et tout le territoire est semé de villages qui se groupent sur le flanc des collines et au fond des vallées, car le pays est très accidenté et coupé de routes dont quelques-unes sont d'affreuses fondrières; il en est une surtout, menant de Tourriers à Fayolle, que je recommande au touriste amateur d'émotions. C'est un escalier presque à pic, où l'on a vingt chances pour une de verser, si l'on a le courage de rester en voiture durant le trajet. Il est vrai que, parvenu au sommet, le voyageur jouit d'un spectacle qui n'est pas trop payé par les inquiétudes qu'ont pu faire naître les sinuosités capricieuses du sentier. — Sur ces hauteurs se dressent les murs déchiquetés d'un château qu'on aperçoit de dix lieues à la ronde. Ses épaisses murailles donneraient à penser qu'on se trouve en présence d'une ruine féodale qui a dû voir la guerre de Cent-Ans; ce qui complète l'illusion, c'est qu'il est entièrement isolé et que l'œil se promène au loin dans les vallées qui l'entourent avant de rencontrer un toit de maison, un village. Et pourtant cette construction est plus récente qu'on ne le supposerait d'abord; elle date de la Renaissance.

— Un paysan que nous trouvâmes là, par hasard, nous dit la tradition : « Un seigneur de Fayolle, très riche et renommé dans la contrée, paria qu'il bâtirait un château plus beau que celui du comte de La Rochefoucauld. Il y serait parvenu, mais le seigneur de La Roche l'en empêcha. Alors, ne pouvant décorer l'extérieur à sa fantaisie, il épuisa toutes les magnificences à l'ornementation de l'intérieur. Il y avait surtout une chambre, dite la chambre dorée, qui était une merveille. »

Nous avons donné la légende, voici l'histoire : Fayolle formait au moyen âge un arrière-fief relevant de la baronnie de La Rochefoucauld.

Ce fief appartint à la famille Tison d'Argence jusqu'en 1535, époque où il passa dans une famille noble du Limousin, par le mariage d'une Tison avec un sire de Lubersac établi dans le comté de La Rochefoucauld. — Foulques de Lubersac laissa en mourant son héritage à son fils, Pierre de Lubersac, célèbre dans nos guerres avec la maison d'Autriche, sous le nom de capitaine Fayolle, un des plus vaillants hommes de son temps. En 1552, il se trouvait, ainsi que son suzerain François III de La Rochefoucauld, parmi les défenseurs de Metz, assiégé par Charles-Quint. Un seigneur espagnol, avec la forfanterie habituelle à sa nation, défia en combat singulier les plus braves d'entre les chevaliers français.

Le duc de Guise, le vaillant gouverneur de la place, voulut qu'on relevât le gant, et le cri général désigna le capitaine Fayolle comme le plus capable de punir le matamore castillan de son arrogance. Pierre de Lubersac sort armé de la ville, court à l'Espagnol, et renverse du premier choc le cavalier ennemi et son cheval. Cette victoire ne fit que grandir sa réputation de force et de vaillance; malheureusement, dans une sortie, le brave chevalier fut atteint d'un boulet de canon et resta sur place.

Ce fut son neveu, Lionel de Lubersac, qui entreprit la construction du château dont les ruines couvrent une vaste étendue de terrain sur le coteau abrupte dont nous parlions tout à l'heure. Le plan en était par trop régulier; c'était un carré de près de cent mètres de côté; à chaque angle se dressait une tour ronde très élevée. Ces tours sont rasées au niveau du sol, à l'exception de l'une d'elles, dont les flancs éventrés laissent passage au vent qui siffle horriblement en s'engouffrant à l'intérieur. Au centre s'élevait le logis, dont il ne reste que de grands pans de murailles toutes déchiquetées. — Lionel de Lubersac se ruina dans cette construction gigantesque et fut forcé de vendre sa seigneurie à Benoît de L'Age-Bâton, président au parlement de Bordeaux, vers 1580. Depuis, la négligence des propriétaires a amené la ruine de l'édifice. Le temps a accompli son œuvre de destruction, aidé parla main des paysans des environs qui, suivant leur coutume, trouvant là une carrière commode, y ont puisé largement pour élever leurs granges et leurs maisons. — La commune contient 1,150 habitants, répartis entre le bourg (142 h.), à treize kilomètres de La Rochefoucauld et à dix-neuf d'Angoulême; Chez-Renard (139 h.), Treillis (163 h.), Nouailles (62 h.), la Mornière (64 h.), Glange (64 h.), le Petit-Cherves (50 h.), le Bois (55 h.), le Grand-Cherves (118 h.), la Motte (49 h.), etc.

Jauldes est relié à La Rochefoucauld, à Anais, à La Rochette par de fort belles routes bien entretenues. — Son église n'a rien de remarquable. — C'était un archiprêtré avant la première République; lors de l'organisation des départements, il devint chef-lieu d'un canton de l'arrondissement de La Rochefoucauld, et garda ce titre jusqu'à l'an VIII. Le canton fut alors démembré; partie fut réunie au canton de Saint-Amant-de-Boixe et partie à La Rochefoucauld. Jauldes, déchu de sa grandeur précaire, ne fut désormais qu'un simple chef-lieu de commune.

Source : La Charente communale illustrée, d'Alcide Gauguié.

Posté par ID348347 à 19:52 - Permalien [#]

Les enclaves d'Angoumois

Enclaves d'Angoumois (Cass.). — On donnait ce nom à des territoires situés en Périgord, relevant du comté d'Angoulême pour le temporel, mais étant pour le spirituel sous la juridiction de l'évêque de Périgueux. La principale enclave était la châtellenie de la Tour-Blanche.

Le pape Pascal, confirmant en 1110 les possessions de l'évêque d'Angoulême, comprenait dans la bulle les églises de Born, Pillac, Saint-Romain, la châtell. de Bourzac, et les églises d'Auriac, Nanteuil, Vandoire, Champagne, Vieux-Mareuil (fonds de Baluze, 5,288).

L'évêché d'Angoulême avait, au XIIe siècle, de grandes possessions en Périgord. Par son hommage de 1213, le vicomte de Limoges reconnaît tenir de l'évêque d'Angoulême les châtell. d'Ans et de Nontron et la moitié de celles de Mareuil et de Bruzac (Lesp. 78, p. 39).

Source : Dictionnaire topographique du département de la Dordogne, d'Alexis de Gourgues.

Posté par ID348347 à 12:15 - Permalien [#]