Pierre Pasquet, sieur de Cloulas (ou de Closlas)

D'une famille originaire d'Angoumois, Pierre Pasquet est encore arrivé au service des Condé par la médiation de Jean Hérauld de Gourville, auquel il était apparenté. Les parents de Gourville avaient signé en qualité de parents au contrat de mariage (1631) de ses père et mère Jean Pasquet et Catherine Lousmeau. Gourville l'avait associé à ses affaires de finances puisqu'il était, en 1659, le sous-fermier des droits sur les papiers et bières, pour l'élection de Saint-Quentin. Solliciteur en 1664, Pierre Pasquet arbora ensuite le titre de conseiller du prince de Condé, ce qui ne rend pas compte de sa réelle activité, qui était celle d'un homme d'argent et d'affaires. Le financier Arnaud de Saint-Amans le substitua ainsi à la recette des droits des poids de Normandie qu'il était chargé de faire pour le compte du prince. Pierre Pasquet géra aussi les intérêts de Henri-Achilles de La Rochefoucauld, qui lui confia le soin de régir en son nom les revenus temporales des abbayes de Frontfroide et de La Chaisse-Dieu. Enfin, il administrait les terres que ses cousins du Riou ou Gourville possédaient en Angoumois. Il avait épousé, en 1666, Marie de Saunières, la fille aînée de Pierre, sieur de l'Hermitage, cousin de Gourville. Le publicain avait utilisé Pierre de Saunières comme prête-nom pour ses activités financières et l'avait commis à la recette général des finances de Montauban, ce qui lui avait valu d'être arrêté au moment de la chambre de justice. Pierre Pasquet était protestant, comme plusieurs de ses parents, notamment les Garoste, une famille en laquelle Anne Hérauld, sœur de Gourville, était entrée par son mariage. La noblesse des Pasquet, contestée, fut vérifiée en 1701. Un rapport de l'intendant de Limoges, en 1698, les dénonçait encore, avec les Garoste, comme des hérétiques. Marie de Saunières lui donna trois enfants : Henri, Catherine et Renée. Ses deux filles se marièrent avec des Angoumoisins. Henri devint en 1701 lieutenant d'un régiment d'infanterie et mourut en 1750 colonel et chevalier de Saint-Louis.

Source : Les princes de Condé, de Katia Béguin.