Enquête pour l'érection de la terre de Montbron en comté, les 11-14 septembre 1767.

Simon Héraud, sieur du Coudour, bourgeois, agé de trente sept ans, demeurant au lieu du Coudour, parroisse de Vouzan, autre temoin assigné et produit à la mesme requeste que les precedents par exploit qu'il nous a representé en datte du douse de ce mois, signé dudit Sallée le jeune, huissier, ouy et enquis sur mesmes faits dont nous luy avons fait faire lecture, apres serment par luy fait de dire veritté, depose ne point connoistre Monseigneur le procureur général de la Chambre des Comptes à Paris, bien connoistre ledit procureur du Roy ainsy que led. sieur comte de Monbron et n'estre d'aucunne des partyes parent, allié, servitteur ny domestique, et dit que l'union proposée ne peut aporter aucunne incommodité des que les justices ne sont point reunies. La terre de Monbron releve pour partie d'icelle, le chasteau d'icelle et la ville du Roy, le surplus de l'esvesché d'Angoulême; elle a la justice sur vingt deux parroisses quy viennent par appel en ce siege; elle a droit de foires, marché, banalité, gué, bean, corvée, minage, peage, plassage, Vigerie, chasse et pesche, et environ cinquante vassaux; son revenu est d'environ six mille livres de rentes. La terre de Marthon a les mesmes droits que celle de Monbron et releve en entier du Roy; elle est composée de treize parroisses quy touchent immediatement celle de Monbron, plus de vingt homages, un beau chasteau et environ quatorze cents arpents de bois quy y touchent. La dame de Saint-Martin, ayeulle du sieurde Monbron, achepta par un seul acte en mil sept cents cinquante deux, pour la somme de quatre vingt quinze mille livres, les fiefs de La Forest d'Horte, La Faye, Reservat et Peribonnis; ils sont reunis à cette terre d'où ils relevoient auparavant. Le revenu, y compris tous les objets cy dessus reunis, est d'environ quatorze mille livres de rentes. Quy est tout ce qu'il a dit scavoir. Lecture à luy faitte de sa deposition, il a dit qu'elle contient veritté, qu'il y perciste. A signé avecq nous à chasque page et n'a requis taxe. — Signé : Héraud; Cazaud; Glaumont.

(Société archéologique et historique de la Charente, 1876)