Baud de Saint-Gelais, naquit dans une famille au service des comtes d'Angoulême.

Seigneur des fiefs d'Antigny en Poitou, de la Tranchade en Angoumois et de Ciré en Aunis.

D'abord panetier ordinaire, puis sénéchal d'Angoumois, il passa ensuite au service de Louis XI.

Son père, Mérigot de Saint-Gelais, était maître d'hôtel.

Il épousa Marguerite de Pressac, puis Jeanne de Payré.

Au moins trois enfants naquirent de la première union : Son fils Guyot de Saint-Gelais, seigneur de la Tranchade, épousa Antoinette de Payré, d'où une fille mariée à Clément d'Alloue, seigneur des Adjots; sa fille Amice de Saint-Gelais, épousa Pierre de Polignac, seigneur d'Escoyeux; une autre fille Marguerite de Saint-Gelais, épousa Robert de Sousmoulins, seigneur d'Allas.

En 1463, il occupe la charge de panetier ordinaire du comte d'Angoulême. L'année précédente, il avait acquis de l'abbaye de Saint-Cybard le fief de la Tranchade, situé près d'Angoulême.

La famille de Saint-Gelais joua un rôle militaire, politique et religieux pendant la révolution catalane et la seconde moitié du XVe siècle.

Le 14 juillet 1474, Baud de Saint-Gelais fut l'un des deux commissaires du roi pour la trève de Canet entre la France et l'Aragon. Louis XI ratifia la trève le jour suivant à Elne.

Celui-ci le nomma capitaine du château de Perpignan, en remplacement de Charles des Mares.

Son frère, Charles de Saint-Gelais, fut évêque du diocèse d'Elne de 1470 à 1475.

Et son autre frère, Jean de Saint-Gelais, capitaine d'une compagnie de gendarmes.

Après la paix dans le Roussillon, il fut envoyé au fort de Tombelaine dans la baie du Mont-Saint-Michel, en Normandie, et y était encore en 1491.

Sources :

Urbain Legeay, Histoire de Louis XI, 1874.
Édouard de Fouchier, Un Poitevin en Roussillon au XVe siècle, 1877.
Gustave Dupont, Histoire du Cotentin et des îles, 1885.
Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 1886.
Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane 1461-1473, 1903.