Les Gardes suisses ont été logés dans le bourg de La Rochette, diocèse d'Angoulême, du 31 décembre 1615 au 2 janvier 1616, à l'occasion du séjour de Louis XIII et de sa nombreuse suite dans les environs de la ville de La Rochefoucauld, anecdote rapportée par le curé Chaulme. L'hôte se nomme Roch Frotier-Tizon, chevalier, seigneur de La Rochette et de Sigogne. Le grand-père Roch Tizon a été officier au Gardes françaises. Nous devons à ce dernier la construction du château de La Rochette au XVIe siècle.

Clément Boissier, bourgeois d'Angoumois, a été soldat au régiment des Gardes suisses, né le 30 novembre 1722, baptisé le jour suivant, dans l'église Saint-Sébastien de La Rochette. Il est le fils de Roch Boissier, officier au régiment de Ponthieu, et Madeleine Lériget. Il sert 27 ans dans les troupes du baron d'Erlach. Sa compagnie est cantonnée dans le canton de Bâle. Le 8 octobre 1789, il est reçu avec une pension à l'hôtel des Invalides à Paris, et y finit ses jours jusqu'à son décès le 13 janvier 1800, célibataire.

Uniformes de l'armée royale française Illustration : uniforme de Garde suisse, circa 1780.

Source : Généalogie Charente Périgord.