« Monsieur de Villeneuve-la-Comtesse, j'ai su du sieur de Malicorne, gouverneur de mon pays de Poitou, le bon devoir que vous faites de conserver soigneusement votre château de Villeneuve, et d'empêcher que mes adversaires ne s'en emparent au préjudice et désavantage de mon service; à quoi je vous prie de continuer et comme à chose où il ne va pas moins de votre bien particulier que de mondit service, vous assurant que je vous en saurai très-bon gré et y entretiendrai, l'année prochaine, un nombre d'hommes suffisant pour la garde d'icelui, que je ferai employer sur l'état des garnisons de Poitou, afin de vous donner plus de moyen de me faire ce service, et à vous-même le bien de profit que vous en devez attendre ; priant Dieu, Monsieur de Villeneuve-la-Comtesse, qu'il vous ait en sa garde. De Paris, le VIIe jour de novembre 1585. Henri. »

Source : Vie de Mlle Pauline de Saint-André de La Laurencie de Villeneuve, de Saint-Jean-d'Angély.