La Laurencie de Charras et de Nevicq (François de), prévôt général. — Marquis de Charras et de Nevicq. Fils de messire Noël-Bertrand de la Laurencie, chevalier, seigneur marquis de Nevicq, Charras, etc., lieutenant des maréchaux de France en Angoumois, et de dame Marie Paulte. Né à Angoulême le 22 février 1741, baptisé à Charras (Saint-Vivien), diocèse d'Angoulême, le 11 juin suivant. Capitaine d'infanterie. Sert « environ vingt-cinq années » au régiment d'infanterie du Roi. Nommé prévôt général de la Connétablie, gendarmerie et maréchaussée de France et des camps et armées du Roi, par provisions du 24 août 1772, reçu au siège général de la Connétablie le 20 octobre ; « en cette qualité conseiller siégeant au dit siège, mestre de camp, premier colonel de la cavalerie légère, inspecteur général des maréchaussées du royaume, grand prévôt du dit siège ». Son office est saisi le 12 juin 1777 (1) et le 16 décembre 1782 (2). Mais, bien que La Laurencie eût abandonné ses fonctions à cette dernière date, la deuxième saisie, évoquée au siège, fut radiée le 27 janvier 1784, sur opposition de Joachim de Charton, survivancier et adjoint de M. de la Laurencie depuis 1778, désormais seul titulaire. Retiré en son château de Charras (3), La Laurencie obtint, le 15 septembre 1783, une pension de 5.000 livres sur le trésor royal « en considération de ses services et pour sa retraite (4) ».

1. A la requête du sieur Hedelin, receveur de la seigneurie de Bregy, faute de paiement par M. de la Laurencie d'un principal de 8.410 livres.

2. A la requête de Jean-Louis-Aynard, abbé de Clermont-Tonnerre, héritier pour un tiers du maréchal duc de Clermont-Tonnerre, à qui La Laurencie devait 13 773 livres de principal.

3. Charente, canton de Montbron.

4. Arch. de la guerre, trésor royal, dossier 4227 bis. Il avait été nommé chevalier de Saint-Louis le 13 décembre 1774 (Arch. de la guerre Ya 181).

(Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 1978)