Juin 1790. Une rumeur fâcheuse court le district. Il est question de fixer à Montbron le siège royal de justice accordé au nouveau district de La Rochefoucauld. Requête jugée ridicule par l'assemblée municipale de Saint-Projet. Géographiquement, Montbron, à l'est du district, est mal choisi ; au contraire, La Rochefoucauld se trouve au centre, et puis, "la petite ville ou plutôt le bourg de Montbron est trop peu important par lui-même pour être susceptible de l'établissement d'un siège royal".

Même son de cloche à Montembœuf : La Rochefoucauld est desservie par des chemins "superbes" :

... parfaitement bien placée pour la commodité et l'avantage de toutes les communautés qui en forment le territoire, qui y ont déjà leurs habitudes, leurs relations d'affaires, et contentieuses et de commerce.

Le choix de Montbron "est un projet aussi ridicule que contraire à l'intérêt général des habitants du district", Montbron, "petite ville, ou plutôt un bourg, trop peu important par lui-même pour être le siège du district. Situé à son extrémité, il touche le Périgord".

Tiens ! Tiens ! On a déjà entendu ce langage, alors on pétitionne, on lance une adresse à l'Assemblée nationale. Il se trouve que Jean Marchais, l'un de ses membres, appuyé par le duc de La Rochefoucauld, verrait sans plaisir l'exil du siège à Montbron, aux portes de la sierra limousine.

Source : La Rochefoucauld au péril du bonnet rouge, d'Yvon Pierron.