6 février 1884. Mariage de la châtelaine de Nontron ; réception de trois jours. Mademoiselle Marie Lagorsse (Sclaffer de Lagorsse), nièce de M. de Mazerat, épouse un cousin du comte de Laugardière, le vicomte de Laparre de Saint-Sernin, sous-lieutenant instructeur à l'école de cavalerie de Saumur. Il apporte avec son panache les rayons du soleil Toulousain. Et l'imprimerie Réjou, place de l'Hôtel de ville, nous a conservé les 19 couples scintillants du vicomte Lionel de Barbot qui, après les toasts protocolaires, suscitèrent un étonnement charmé et un si délicieux cliquetis de rires, de bagues et de cristal ; « ronrons » en chœur. En voici quelques-uns :

Il était une blond' fille
Et ron ron ron petit patapon
Il était une blond' fille
Au château de Nontron, ron ron.

La belle au cheveux blonds « r'toque en rond » tous ses prétendants ! Pourtant un jour arrive :

Un jeune gentilhomme
Et ron ron ron petit patapon
Un jeune gentilhomme
Du pays des Gascons, ronron

Bien pris : fier de tournure...

Ah ! ma foi ! se dit-elle,
Et ron ron ron petit patapon
Ah ! ma foi ! se dit-elle,
Il s'ra châtelain d'Nontron, ronron

Mes amis, voilà comme
Et ron ron ron petit patapon
Mes amis, voilà comme
Au château de Nontron, ron ron

Théo, quel joli rêve,
Et ron ron ron petit patapon
Théo, quel joli rêve,
Vint mettre le menton, ron ron.

Le comte de Laparre de Saint-Sernin, père du marié, était un ancien zouave pontifical, un des héros de Castelfidardo et de Montana avant de défendre avec l'armée de l'Ouest la frontière française ; son second fils, Fernand, jeune lieutenant s'étant distingué en Tunisie, épousera à Puyraseau le 30 septembre 1886, mademoiselle Félicie de Verneilh.

(Nontron dans l'Histoire)