Abjat.

M. Jean-Baptiste Masfranc de la Domaise, prêtre en 1744, curé en 1748, homme de condition, d'une bonne figure, de l'esprit et de la politesse, très aimé dans sa paroisse et méritant de l'être.

Vicaire : M. J.-B. Cheyrou, prêtre en 1761; il a du talent, de la douceur, de la régularité, mais il a manqué de prudence en quittant son frère, curé de Peyrilhac, pour venir à Abjat.
Communians : 925.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé par moitié; Mme Dedie un quart et M. de Villejaleix l'autre.
Seigneurs : Mme Dedie de la paroisse; M. le curé du bourg
et M. Defrugie.
Gentilshommes : Point.

Auginiac.

M. Pierre Rousset, prêtre en 1742, curé en 1748, frère du curé de Grenord (?) et aussi inquiet que lui; intéressé et faisant servir les fonctions les plus sacrées de son ministère à son intérêt; litigieux, processif, peu aimé et encore moins estimé dans sa paroisse; il refuse depuis deux ans d'entendre en confession et même de donner la permission de se confesser ailleurs à un père et un fils, sous prétexte que la femme du premier avoit chargé son mary solidairement avec son fîls, au lit de la mort, de lui remettre à lui curé, qui étoit le confesseur de lad. femme, qui passoit pour être aliennêe d'esprit, la somme de 120 livres.

Vicaire : Point.
Communians : 500.
Sénéchaussée : Pêrigueux.
Patron : Monseigneur.
Seigneur : M. Dalman-Dubost.
Décimateur : M. le curé est seul décimateur.
Gentilshommes : Point.

Bussière-Badil.

M. Jean Verneuil, prêtre en 1727, curé en 1733, bon prêtre, bon curé, visiteur; il dèsireroit une meilleure cure et il la mérite; il commence à se casser et à se faire vieux.

Vicaire : M. Eyriaud absent, ancien Cordelier défroqué, d'une santé très foible, talens fort médiocres.
Communians : 800.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : M. le prieur de Bussiére-Badil.
Décimateur : Id.
Seigneur : Id.
Gentilhomme : M. Labrousse.

Etouars.

M. Antoine-Léonard de Létang, prêtre en 1751, curé en 1753, médiocre au séminaire, curé commun dont on ne dit rien.

Vicaire : Point.
Communians : 280.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron: M. le prieur de Bussière-Badil.
Décimateur : M. le curé.
Seigneur : Madame de Coursillon.
Gentilshommes : Point.

Hautefaye.

M. François Farceas, prêtre en 1751, curé en 1762, bon prêtre, fort charitable, talens médiocres.

Vicaire : Point.
Communians : 250.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé et M. de Conneizat.
Seigneur : M. Deconan.
Gentilshommes : M. Deconan.

Javerlhac.

M. J.-B. Duroux, prêtre en 1751, curé en 1757, caractère assés singulier, chasseur à toute outrance, ce qui occasionne des plaintes contre lui. Je lui ai déjà donné des avis à ce sujet; il convient de les lui renouveler très sérieusement. Il a du talent et s'est très bien comporté pendant qu'il étoit vicaire à Saint-Michel.

Vicaire : Point.
Communians : 700.
Sénéchaussée : Pêrigueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé, M. le comte de Javerlhac et M. de Verseillac.
Seigneurs : M. de Javerlhac et M. de Verseillac.
Gentilshommes : M. Puygombert de Jomelière, M. de Couhet.

La Chapelle-Saint-Robert.

M. Louis de Labrousse, prêtre en 1743, curé en ?, homme de condition, très infirme, l'esprit dérangé, mais assès tranquille; il est retiré dans la paroisse de Teyjat, chez Mme sa mère; il conserve le titre de son bénéfice qui est si médiocre qu'à peine peut-il suffire à payer les honoraires du vicaire régent; ce qui a engagé la Chambre à lui accorder une pension. M. François Eyriaud, prêtre en 1750, vicaire régent en 1750.

Communians : 200.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : M. le prieur de la Chapelle Saint-Robert.
Décimateur : M. le prieur.
Seigneur : M. de Lambertie.
Gentilshommes : Point.

Le Bourdeix.

M. Jean Gaultier, prêtre en 1746, curé en 1757, très bon curé, instruit et parlant bien de son ministère.

Vicaire : Point.
Communians : 270.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé et le seigneur par moitié.
Seigneur : M. le président Lavie.
Gentilshommes : Point.

Lussas.

M. Jacques Lartigues, prêtre en 1712, curé en 1713; vieux curé, infirme, dont on ne dit ni bien ni mal. On croit qu'il pense à se donner un successeur.

Vicaire : Point.
Communians : 460.
Sénéchaussée : Pèrigueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé et quatre de ses voisins.
Seigneur : Mme de Saint-Projet.

Gentilshommes : Mme de Saint-Projet, morte.

Moutier-Ferrier.

M. François Maisondieu, prêtre en 1728, curé en 1742, bon prêtre, bon curé, talens médiocres, fort attaché.

Vicaire : Point.
Communians : 512.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : M. l'abbé de Saint-Martial.
Décimateur : Le chapitre de Saint-Martial.
Seigneur : Est le même que celui de Varaigne.
Gentilshommes : M. Dulau de Chambon.

Nontron.

M. J.-B. Turcat, prêtre du diocèse d'Angoulème en 1750, curé en 1752, de l'esprit, mais beaucoup d'hauteur, de vanité; inquiet et processif, d'une grande vivacité qui ne lui donne pas le temps de la réflexion. Il a eu plusieurs procès très désagréables et dans lesquels il a succombé. Il a journellement des mortifications; il est peu aimé, ce qui fait craindre qu'il ne fera jamais aucun bien. Il faut cependant convenir que tous les tors ne sont pas de son côté et que le caractère d!es habitans est porté à la méchanceté et à la chicanne, principallement le juge du lieu. Ils se déchirent entre eux et ne se réunissent que contre leur curé qui n'a pas assés de prudence ni assès de sang froid pour se posséder et ne pas donner prise sur lui.

Vicaire : M. Louis Crozettière, prêtre en 1754, vicaire en 1754; il a de l'esprit et du zèle et un assés bon maintien ecclésiastique; il porte la parole avec aisance et avec dignité. On rend justice à son talent et il n'a d'autre crime que aétre trop lié et d'entrer trop dans les affaires de son curé, ce qui lui a attiré les mêmes ennemis.
Communians : 2,300.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Mad. l'abbesse de Sainte- Ausonne.
Décimateurs : M. le prieur et M. le curé.
Seigneur engagiste : M. Delavie.
Gentilshommes : Madame Lagarde de Saint-Angel, la mère, Madame Asselet de Puygoubert.

Le service ordinaire de la paroisse se fait dans l'église du Moutier, située au milieu de la ville et qui appartient au prieur de Nontron. L'ancienne église paroissiale, située hors de la ville et dans l'emplacement du château, d'un accès très difficile et escarpé, est toujours sensée la véritable église paroissiale, et les principales cérémonies, telles que les bénédictions et exposition du Saint-Sacrement et les grandes messes solennelles des annuelles et des quatrièmes dimanches du mois, s'y font.

Il y a encore une très grande et vaste chapelle de dévotion dèdièe à la Vierge, sous le nom de Notre-Dame, riche et bien entretenue, dans laquelle il y a une confrérie très fréquentée qui vient d'être interdite par le parlement de Bordeaux, jusqu'au rapport des lettres patentes; à côté de ladite chapelle est une autre chapelle de dévotion sous l'invocation de Saint-Roch. Cette chanelle est à la tète du cimetière, lequel est interdit faute de clôture.

Il y a une communauté d'Urbanistes de Saint-François, composée de 22 religieuses de chœur et de 3 converses et 6 pensionnaires, dirigées par les Cordeliers et sous leur jurisdiction. Cette communauté est pauvre et ses bâtiments en très mauvais état; malgré cela elles ont plus de sujets qu'elles n'en veulent, quoique les dotes (sic) qu'elles exigent soient de 3,500 livres sans les meubles. Elles n'ont que 22 celules, ce qui fait qu'elles sont obligées de doubler quelques religieuses. Leur église annonce bien leur pauvreté; la supérieure est à son quatrième triennat.

Il y a de plus une communauté de Cordeliers autrefois très nombreuse, réduite aujourd'hui à cause de la disette des sujets et de la misère des temps à neuf pères ou frères. On a beaucoup de dévotion à se faire enterrer chez eux.

L'hôpital. On ne scauroit exprimer jusqu'à quel point cet hôpital est mal tenu et mal administré. En lui-même, c'est une très villaine maison, malsaine, humide, qui n'a ni portes ni fenêtres et dont les couvertures ne sont point entretenues. Il n'y a qu'une seule et unique pauvre qui est une femme âgée de quatre-vingts ans, laquelle par marché fait avec le fermier du ménage qui appartient aud. hôpital, est nourrie à raison de quatre sols par jour; il y a aussi un estropié qui ne loge point dans ledit hôpital et auquel on fait donner depuis plus de sept ans la somme de 132 livres par an; ce çiui est contre toutes les règles. Les lits sont au nombre de six, très mauvais, extrêmement malpropres, en lambeaux et à demy pourris. Je ne voudrois pas donner de tous les meubles dud. hôpital 50 livres.

Quant à l'administration, elle ne peut pas être plus mal gérée. Par la connoissance que j'ai pris des comptes j'y ai reconnu le plus grand désordre dans la perception et la défense et les arrérages considérables dus par les plus notables de la ville, dont plusieurs sont administrateurs. Il y a même des créances qui sont périmées par leur négligence et des mèna^emens mal entendus. En un mot, le principal vice de l'administration c'est que tout s'y fait par compère et par commère et que l'intérêt de l'hôpital est ce qu'on y considère le moins. Leurs comptes m'ont paru en si mauvais ordre que je n'ai pu ni voulu les arrêter. Par l'examen superficiel que j'en ai fait, les revenus fixes m'ont paru monter de 6 à 700 livres par an, en y comprenant le minage que l'on prétend n'être pas affermé la moitié de sa valeur, ce qui a fait soupçonner de mauvaises manœuvres dans cette adjudication.

Le dit hôpital peut avoir actuellement de fonds d'avance environ 1,300 livres et ses arrérages montent au moins à 4,000 livres. Il conviendroit d'instruire le ministre ou M. le procureur général du parlement de l'état de cette maison et de la nécessité d'y envoyer un commissaire pour faire rendre les comptes depuis 50 ans.

Nontroneau.

M. Louis Moulinier, prêtre en 1753, curé en 1755; sujet très commun et très médiocre, qui aime beaucoup la dissipation et surtout le jeu; il cherche toutes les occasions de jouer le plus OTOS jeu. On m'a même assuré qu'il avoit perdu jusqu'à 50 écus dans une seule séance. Je lui ai donné des avis en conséquence, et il m'a promis de se corriger.

Vicaire : Point.
Communians : 120.
Sénéchaussée : Pèrigueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateurs : M. le curé.
Seigneur : M. le comte de Verteilhac.
Gentilshommes : M. Asselet.

Pluviers.

M. Jean Basset des Rivailles, prêtre en 1743, curé en 1759, bon prêtre, bon curé et capable.

Vicaire : Point.
Communians : 600.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateur : M. le curé.
Seigneur : M. Dalmand.
Gentilshommes : M. de Vassal, M. Demasfranc de la Domaize.

Saint-Barthélémy.

M. François Lidonne, prêtre, chanoine régulier de la congrégation de Chancelade, prêtre en 1732, curé en 1741; il m'a paru bonhomme et assés instruit; il commence à avoir des infirmités oui lui font désirer un successeur de ses confrères avec le()uel il put vivre.

Vicaire : Point.
Communians : 535.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : M. le prieur des Salles.
Déeimateur : M. le curé.
Seigneur : M. le marquis d'Allemand.
Gentilshommes : Point.

Saint-Estèphe (autrement Saint-Etienne-le-Droux).

M. Pierre Laforest, prêtre en 1739, curé en 1754, bon sujet, paroisse bien tenue et bien instruite, jolie église bien ornée et bien entretenue. Le curé a beaucoup d'ordre et d'arrangement dans sa maison et dans son église; très honorable.

Vicaire : M. Laforest, son frère, ancien curé de Roussine, fait les fonctions de vicaire dans ladite paroisse, autant que ses infirmités et la faiblesse de sa vue peuvent lui permettre; c'est un très honnête homme et un bon prêtre; il a une pension du clergé.
Communians : 560.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Seigneur : M. le président de Laire.
Décimateurs : M. le curé et M. le président.
Gentilhomme : M. de la Ramière.

Saint-Martial de La Valette.

M. Jean de la Brunie, prêtre en 1743, curé en 1756, bon sujet; il est en procès avec un pourvu par Mad. l'abbesse de Sainte-Ausonne, mais on le laisse tranquile, soit que l'on doute du bon droit ou qu'on craigne la dépense.

Vicaire : Point; cependant, il y seroit bien nécessaire; mais j'ai cru qu'il ne convenoit pas d'yen établir un dans la circonstance du procès avec Mad. l'abbesse de Sainte-Ausonne, de peur qu'elle n'imaginât que c'étoit encore un moyen de la chagriner et de la constituer en dépense.
Communians : 800.
Sénéchaussée : Pêrigueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateur : Mad. l'abbesse de Sainte-Ausonne.
Seigneur : M. de Villegealeix, trésorier de France.
Gentilshommes : M. Beaupoil de Saint-Aulaire et Moreau de Villegealeix.

Saint-Martin-le-Peint.

M. Elie Soursac de Lacombe, prêtre en 1742, curé en 1749.

Vicaire : Point.
Communians : 400.
Sénéchaussée : Pèrigueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateur : M. le curé.
Seigneur : M. le comte de Verteilhac, gouverneur du Périgord.
Gentilshommes : Point.

Savignac.

M. Jean Martial, prêtre en 1754, curé en 1763, fort simple et fort modeste dans son maintien; on pourroit même ajouter un peu trop négligé, mais très bon prêtre et estimé dans son canton.

Vicaire : Point.
Communians : 200.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateur : M. le curé.
Seigneur : Mad. Dedie de Javerlhac.
Gentilshommes : Point.

Soudac.

M. Jean Devoisin, prêtre en 1730, curé en 1755, d'une belle figure, d'un maintien fort honnête et fort décent, jouit d'une bonne réputation et passe pour avoir du talent; il m'a paru instruit; on pourroit en faire un bon visiteur par la suite.

Vicaire : Point.
Communians : 260.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Mr le prieur de Bussiére-Badil.
Décimateurs : M. le curé.
Seigneur : La terre est en décret.
Gentilshommes : Point.

Teyjat.

M. Joseph Nadaud, prêtre en 1736, curé en 1754, très bon sujet, bon prêtre, bon curé, des mœurs fort simples, excellent caractère, fort régulier; il s'est adonné par un gout particulier d'érudition à la recherche de toutes les antiquités avec un zéle infatigable à déchiffrer et dépouiller les vieux titres et les anciennes inscriptions; il seroit à désirer qu'il y eut un peu d'ordre et de suite dans les notes qu'il ramasse de tous côtés.

Vicaire : M. Barthélémy Lepage, prêtre en 1755, vicaire id., bon prêtre, bon sujet, caractère doux, talens médiocres.
Communians : 520.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Seigneur: M. le président de Lavie.
Décimateur : M. le curé en partie.
Gentilshommes : Point.

Varaignes.

M. Martial Bardinet, prêtre en 1741, curé en 1747, bon prêtre, bon curé et a du talent.

Vicaire : Antoine Dupuy, prêtre en 1755, vicaire en 1761, très bon su|et à, tous égards.
Communians : 600.
Sénéchaussée : Périgueux.
Patron : Monseigneur.
Décimateur : M. le curé.
Seigneur : La terre est en décret.
Gentilshommes : M. Guillemin de Chaumont, M, Maraudat de Cousset.

Source : Chartes chroniques et mémoriaux pour servir à l'histoire de la Marche et du Limousin, d'Alfred Leroux.