Beaussac est une pépinière de châteaux. Au nord-est, La Garde fut aux de Hautmont. Au nord, Poutignac est un pittoresque manoir qui dresse les coiffes de ses tours et tourelles des XVI e et XVIIe siècles au-dessus des frondaisons ; il était aux Villars. Au nord-ouest, Bretanges est une gentilhommière du XVIIe siècle avec des échauguettes d'angle casquées de pierre. Le fils de la maison, Alain de Moneys d'Ordières, fut, le 16 août 1870, l'objet d'une tragédie aussi atroce qu'inexplicable. Agé de vingt et un ans, il allait partir aux armées comme volontaire ; il se rendit à Hautefaye le jour de la foire. Des paysans avinés, pris d'une subite rage sanglante, le traitèrent de Prussien, l'assommèrent à coups de sabots et d'aiguillons, le portèrent dans un four pour l'y brûler vif. Quelques mois après, la justice s'abattit sur les assassins incapables d'expliquer une telle folie. Au nord-ouest, La Côte, face à Bretanges, est un manoir solitaire que guette la ruine ; il fut aux Reclus puis aux Dereix de Laplane. Non loin de là, Malut, repaire noble du XVe siècle, a été agrémenté de bretèches au XVIIe siècle, mais partiellement étêté. C'était la demeure des Villars, puis des Campniac. A un quart de lieue au nord de l'église de Beaussac, Coulouneys était aux Du Reclus. Au couchant, mais sur une roche forée de grottes, Aucors, fief des Conan puis des Dupin de Saint-Cyr, garde une tour polygonale, des poivrières, un curieux dallage de galets. En aval, surveillant la Nizonne, Lacombe était aux Maillard. Dominant la petite église romane de Puyrenier, une demeure du XVIIe siècle très retouchée, Bellevue, fut aux de Livron.

Source : Jean Secret, 1966.