Laurent Deviau
Chazelles 22 mai 1756 - Marthon 17 août 1836.

Fils de François de Viaud, écuyer, sieur de La Charbonnière, et de Marguerite du Lau. Une famille noble, seigneurs de plusieurs lieux à l'intérieur de la baronnie de Marthon, que l'on suit sur sept générations. Aucun électeur de la noblesse en 1789 ne répond à ce nom en Angoumois. A seize ans, en 1772, Laurent de Viaud entrait comme sous-lieutenant au régiment de Bassigny. Il semblait mener une carrière lente et laborieuse puisqu'il était promu capitaine seulement en 1791. Chef de bataillon en 1793, il faisait les campagnes du Rhin, puis servait dans l'armée de l'Ouest où il était blessé grièvement à la bataille de Cholet. Successivement adjudant-général, chef de brigade à titre provisoire, puis définitif dans différentes affectations : 14e division militaire, l'armée d'Angleterre, celle de Mayence et du Danube, armée du Rhin, 9e division militaire. En l'an VIII, il est général de brigade, confirmé dans son grade par le Premier Consul. En l'an XII il est nommé dans l'ordre de la Légion d'honneur, commandeur dès l'année suivante. En 1806, à la disposition du vice-roi d'Italie, il est envoyé dans les Provinces illyriennes. Mis à la retraite sur sa demande en 1810-1811, il se retire dans sa propriété de La Couronne, sur la commune de Marthon. Il n'a rempli aucune fonction publique durant sa longue retraite.

Il figure en bonne place sur la liste des soixante-douze les plus marquants du département de 1812, et le préfet le désigne comme l'un des candidats susceptibles de présider le collège du département. Un militaire de carrière de l'Ancien Régime qui apparemment n'a pas eu de problème de conscience et a servi la République. Resté célibataire, il a légué ses biens à une petite nièce ; biens estimés à 13 180 F en mobilier et 60 000 F en immobilier.

Source : Grands notables du Premier Empire, de Jean Jézéquel.