Chasteigner (François Vicomte de), seigneur du Menix (en Gondeville) : fils de François de Chasteigner de La Rochepozay, seigneur de Fontenay, et de Thérèse-Bénigne des Bordes de Gensac - né à Cherves (Châtelars), 18 fév. 1750, bapt. ce jour - s.-lieut. au régt de Bretagne, 14 août 1767 - sous-aide-major, 20 mai 1771 - lieut. en 2d à la formation du 3 fév. 1776 - abandonne, 1776 - gratification extraordinaire 300 I, 10 sept. 1769. Notes : 1771 à 1774 : intelligent, actif, beaucoup de zèle, de la plus grande espérance - 23 juin 1773 : assurance d'une pension de 300 l sur le Trésor royal, pour n'en jouir qu'après le décès du seigneur de Teillé (Jean-François des Bordes de Teillé) son oncle, retiré aide-major de la 1ere Cie de Mousquetaires - électeur à Angoulême en 1789.

Emigré - inscrit en déc. 1791 au rassemblement des gentilshommes de Saintonge, Angoumois et Aunis - arrivé à Münster-Mayenfeld, 1er fév. 1792 - campagne de 1792, armée des Princes, 4e chef de section de la 2e Cie d'inf. - domicilié à Cognac - propriétaire à St-Même, Gondeville et St-Sulpice - porté, 3 juin 1792, sur la liste générale des émigrés - campagnes de 1794 et 1795 dans le régt de Montmorency au service de Hollande.

Rentré en France - en surveillance à Paris depuis le 11 fructidor an IX - lié avec le général Guyot-Durepaire et le citoyen Lemercier, membre du Sénat conservateur, demandait le 2e jour complémentaire an IX sa radiation de la liste des émigrés, déclarant en outre avoir résidé à Orléans du 1er mai 1792 au 25 fructidor an V - breveté cap. en 1816, rang du 3 juin 1795.

Il mourut à Angoulême, 17 jan. 1820.

Il épousa à Angoulême, église St-Antonin, 24 avril 1775, Marie-Geneviève d'Auray de Brie - morte à Angoulême, 29 sept. 1822 - fille de Joseph-Hector, comte de Brie, marquis de Gavaudun, seigneur d'Artigues, et de Marie-Gabrielle de Culant de Ciré.

A. G. : class. gén. - YB 184, 295 - A. N. : F7 4988 - O3 2640, 2655 - Abbé P. Bureau.

Source : L'émigration militaire, de Jean Pinasseau.