L'autorisation de l'intendant était nécessaire pour « faire travailler aux fontaines », comme pour tous travaux de quelque importance engagés dans les villes. On retrouve partout le même processus : à la demande en général des habitants soucieux de ne pas manquer d'eau, les jurats, jugeant comme ceux de Blaye « la choze des plus nécessaires et l'on peut même dire indispensable », délibéraient pour décider des travaux à faire ; le subdélégué transmettait à l'intendant avec un avis généralement favorable ; l'intendant demandait le plus souvent des précisions sur le devis, sur les moyens de financement, et donnait ou non l'autorisation d'entreprendre les travaux après leur mise en adjudication. La procédure pouvait être relativement rapide, quelques mois, ou traîner beaucoup plus : le cas limite étant celui de Nontron où elle n'aboutit qu'après plus de vingt ans. Dans cette petite ville, la fontaine de la Cahue était restée totalement sans entretien, au point que cette négligence surprenait le subdélégué, pourtant averti du « peu de zèle des habitants pour le bien public ». Une première demande d'autorisation de réparations, dont le devis, approuvé par l'ingénieur des Ponts et Chaussées, s'élevait à 1 631 livres, est adressée à l'intendant Tourny par le subdélégué Labrousse du Boffrand en 1754. Malgré les réponses précises de ce dernier sur la nature du terrain, entre la source et la fontaine, la construction des conduites, les matériaux utilisés, après six ans d'aller-retour du dossier, l'intendant, considérant la « difficulté des temps » refuse son accord. Les officiers municipaux renouvellent leur demande en 1765 : cette fois la mise en adjudication des travaux est autorisée, mais il ne se trouve aucun entrepreneur intéressé. Il en est de même en 1773, et il faut attendre 1777 pour qu'un nouveau devis, chiffré cette fois à 3 118 livres, trouve preneur. Les travaux peuvent commencer en 1778 : jusque-là les deux tiers de la ville qu'alimente cette fontaine avaient connu, sinon la pénurie d'eau, du moins une réelle incommodité.

Source : L'Eau et la ville, de Raymond Regrain.