Inventaire des meubles appartenant à Monsieur le Comte de Montbron en sa maison d'Angoulême
Par Albertine Cadet

Cet inventaire non daté et non signé a eu lieu après le décès, le 21 novembre 1758, de Madame de Saint-Martin, née Madeleine Husson, veuve en premières noces d'Etienne Chérade, Comte de Montbron (1) et en deuxièmes de Monsieur de Saint-Martin.

L'héritier n'est pas l'aîné de ses fils Etienne Adrien Chérade décédé en 1742, mais son petit-fils Adrien, Alexandre, Etienne né en 1731, époux de sa cousine Elisabeth Le Musnier, qui habite pour l'heure en son hôtel Cul de sac de Notre Dame des Champs, Faubourg St Germain Paris, et qui mourra émigré à Lograno (Espagne) le 7 mai 1795.

Il fait donc état de :

— Premièrement, dans la Salle une tapisserie de verdure de Flandre contenant neuf aunes et demie de court sur deux aunes et demi de haut en trois pièces ; dix fauteuils de tapisserie, les uns de point et les autres d'Aubusson, un soffa, le millieu de petit point (2), le bois à la Reine ; une glace entre les deux fenêtres avec un tableau au-dessus ; une commode de bois de noïer avec ses garnitures de cuivre ; en couleur le portrait de Monsieur ; trois tables de jeux que Monsieur a fait faire ; une thèse (3) au-dessus de la cheminée avec un cadre doré ancien, deux autres portraits, une autre thèse de satin, un parravent de papier doublé de toille en 6 feuilles, un écran de point ; le bois sculpté, deux chaises communes de paille, deux chenets et une pincette de fer.

Estimé le tout : 650 livres

— Dans la chambre de Monsieur une tapisserie d'indienne contenant quatre aunes et demi de court, dont Monsieur le Comte a fourni la doublure et payé la façon ; un lit à baldaquin (4) aussi d'indienne garnie de ses tringles grandes et petites pantes, la couchette, deux matelas, un lit de plume avec son traversin, une couverture de laine et une paillasse ; un secrétaire de bois de noïer et une table à écrire toute nue, un fauteuil et quatre chaises communes de paille, un petit miroir de toilette, une thèse de satin avec un cadre doré et ancien, une grille à feu de fer, une pincette et un soufflet.

Estimé le tout : 280 livres

— Plus, dans l'antichambre à côté, deux demi-cabinets de peuplier et un cabinet de bois de noïer à quatre battants estimés 24 livres avec deux chaises communes de paille.

Plus dans la chambre au-dessus du salon, une tapisserie verdure contenant cinq aunes trois quarts de verdure Flandre pareil à celle de la Salle et quatre autres de verdure felletin (5), un lit à impériale (6) le dedans d'étoffe à fond blanc encadré avec du satin vert et autre satin blanc avec des bouquets, les grandes et petites pentes de tapisserie de point à fond blanc et des ornements cramoisi (7) sans bonnes grâces (8) les tringles en dessus, les rideaux de cadis (9) vert, la couche composée de deux matelas, lits de plume, traversin, couverte de laine, deux couvrepié et la courte-pointe (10) pareille au dedans du lit, la paillasse, un lit à tombeau (11) dans la dite chambre, le bord garni d'une housse bleu très mauvaise, galonnée autour d'un ruban jaune, d'un matelat, lit de plume, traversin, une méchante couverte d'étoffe ; un grand miroir à chapiteau et bordure de glace avec des ornements dorés, une commode de bois de noïer au-dessous sans garniture, un confessionnal de tapisserie de point à fond rouge, quatre fauteuils aussy de point, bois à la capucine (12), deux chenets de fer garnis de cuivre, une pelle, un soufflet et une chaise commune de paille, une petite table à écrire.

Estimé le tout 600 livres

— Dans la garde robe de la dite chambre, un lit de sangle (13) garni d'un lit de plumes, traversin, couverture de laine, une table à écrire, un fauteuil et une chaise de paille, une autre table à écrire.

Estimé 36 livres

— Dans la chambre où est décédée Mme de Saint Martin, une tapisserie de verdure felletin contenant dix aunes de court, un lit à impériale d'un raz (14) de Sicile à fond brun et quelques bandes de satin rayé, les petites pantes pourvues de tapisserie et parties de satin rouge et blanc, les grandes pantes de tapisserie, la courtepointe pareil au dedans, la couchette garnie d'un matelas lit de plume, traversin, couverte de laine et paillasse ; trois fauteuils et trois chaises de tapisserie de point, une espèce de coffre, quatre chaises de paille communes, un demi-cabinet de noïer, deux chenets de fer garni de cuivre, estimé le tout : 380 livres.

— Dans la chambre des officiers de cuisine, deux lits à tombeau dont l'un garni de bazin (15) brun et l'autre de damas (16) de cauté chaqu'un un matelas lit de plumes, traversin et couverte de laine et paillasse ; un grand cabinet de peuplier et une caisse au-dessus, deux méchantes chaises, un grand coffre en bois de noïer, le tout estimé 130 livres.

— Dans le salon à manger, une tapisserie de cuir doré contenant cinq aunes environ de court sur deux aunes un tiers de haut ; un grand cabinet de bois de noïer, un bas de buffet de peuplié, une grande et une petite table à manger de peuplié avec deux tréteaux une fontaine de fayence avec sa cuvette et support de fer ; deux fauteuils et un écran de tapisserie de point, un fauteuil de paille et neuf chaises de paille communes estimé le tout : 130 livres plus un fauteuil et une chaise de paille : 30 sols.

— Dans l'office une table de bois blanc estimée 40 sols.

— Dans la chambre au bout de l'escalier, un lit de domestique garni d'un matelas lit de plume, traversin, deux méchantes-couvertes de laine, une paillasse et deux petites cassettes.

Estimé le tout 36 livres.

— Dans la cuisine, 8 casseroles et leurs couvercles tant grandes que petites, une casserolle sans queue, une tourtière, une poissonnière, un grand passoir et 2 petits écumoires, 2 marmites de cuivre, 5 couvre plats de fer blanc, 2 poêlions, un four de campagne avec son dessus ; une braisière, 4 flambeaux de cuisine, 5 autres flambeaux, un chaudron de taulle et un petit chaudron de cuivre, une marmitte de fer, un gril, une cuillère à pot de fer, une broche, 2 chenets, une pelle plus 26 plats de fayence, 6 autres plats à feu, 18 assiettes d'étain fin, 5 douzaines d'assiettes de fayence, 200 bouteilles...

Notes :

(1) Ses parents étaient marchands de soie à Angoulème où il était né en lfi63. Il était lieutenant général d'Angoumois, maire en 1693. Laborieux et actif, il acquit en peu de temps Montbron. Marthon, Blanzac, La Rochandry, Clarvaux, etc.

(2) Nom de plusieurs ouvrages de tapisserie.

(3) feuille ae papier ou de satin sur laquelle on imprimait autrefois les thèses, c'est-à-dire les propositions que l'on avance, que l'on soutient.

(4) Edifice de tapisserie ou d'architecture destiné à servir de couronnement à un lit.

(5) Tapisserie.

(6) Pas de définition dans le Larousse.

(7) Rouge foncé, vieux rose.

(II) 7

(9) Tissu de laine étroit et léger.

(10) Couverture de lit rnauée.

(11) ?

(3) feuille ae papier ou de satin sur laquelle on imprimait autrefois les thèses, c'est-à-dire les propositions que l'on avance, que l'on soutient.

(12) Surmonté d'un talon.

(13) Châssis pliant et portatif dont le fond est garni de sangles ou d'une grosse toile.

(14) Sorte d'étoffe de laine ou de soie dont le poil ne paraît point.

(15) Etoffe croisée dont la chaîne est de fil et la trame de coton.

(16) Etoile de soie à fleurs autrefois fabriquée à Damas.

Source : Archives départementales de la Charente — Série E.66 papiers de famille.