Vieille famille bourgeoise qui avait pris pour armoiries : "D'argent au créquier de Sinople". Elle est issue de Thomas Maistre qui vivait à St-Ciers à la fin du XVIème siècle. De lui descendent les branches de Courpaillet, des Brangeries, des Angelières (implantée à Mouton) et du Chambon, demeurée à St-Ciers.

Cette famille d'où sont sortis des hommes de loi, des prêtres, des écrivains, des militaires de carrière, a contracté de brillantes alliances avec les meilleures avec les meilleures familles de la région, notamment les Barraud de Lagerie, les Deschamps de Romefort, les Fradin du Cluzeau, les Touzaud, les Fougerat, les Desmier d'Olbreuse. Nous nous bornerons à donner une généalogie succincte de la branche "Du Chambon", la seule qui intéresse directement Saint-Ciers.
 
I - Thomas Maistre, décédé avant 1629, à Saint-Ciers. Avait épousé Marie Gaudon. Trois enfants dont :

•••

II - Pierre Maistre, sieur de la Combe, notaire, tabellion royal et garde-notes héréditaire. Marié à Anne Girard, et mort avant 1662, laissant :

1. Jean Maistre, sieur de Ravellot.

2. Jacques Maistre, sieur de la Courrière.

3. Pierre qui suit...

•••

III - Pierre Maistre, sieur de Courpaillier (1632-2 Janvier 1702). Inhumé dans l'église de St-Ciers. Marié à Jacquette Greaud, dont :

1. Jean, sieur de Saint-Michel, avocat au parlement.

2. Jacques, qui suit...

3. François, sieur des Brangeries, dont postérité (de cette branche est sortie celle des Angelières).

4-5. Et deux filles.

•••

IV - Jacques Maistre, sieur de la Combe (1657-16 février 1710). Inhumé dans l'église de St-Ciers. Marié le 16 février 1700, en l'église St-Cybard de la Rochefoucauld, avec Anne Fournier (1659 - St-Ciers le 6 juin 1734). Huit enfants, dont :

1. Pierre, curé de Bayers de 1730 à 1758.

2. Antoine, prieur de St-Michel de Nanclars (1735), curé de Juillé en 1738 et démissionnaire en 1772. Mort le 22 septembre 1781.

3. Anne (1704-1779) marié en 1737 à Jean Deschamps, écuyer seigneur de Romefort.

4. André, qui suit...

•••

V - André Maistre, sieur du Chambon (1703 - † St-Ciers le 29 mars 1774). Marié à St-Ciers, le 6 mai 1739, à sa cousine germaine Madeleine Maistre (des Brangeries) qui lui donnera 13 enfants dont :

1. Jean (1740-1820), qui fut maire de Juillé en 1790. Deux fois mariés, il fut père d'un fils : Antoine (1772), mort sous les drapeaux en 1795, et de trois filles.

2. Jean, sieur de la Combe, né et mort à St-Ciers (1751-1810). Marié à Marguerite Mourou-Dumas qui lui donna 8 enfants.

3. Autre Jean, né à St-Ciers en 1754, mort à Angoulême en 1814. Prieur de Nanclars en 1775, puis curé de Fontclaireau (1783). Prêtre jureur, il rétracta son serment et fut réinvesti dans sa cure en 1803. Vicaire de St-Jacques de Lhoumeau en 1805, il en démissionna en 1810 et fut affecté comme aumônier à l'Hôpital général d'Angoulême.

VI - François Maistre du Chambon, sieur de St-Michel, né et mort à St-Ciers (1756-1833). Marié à Chassiecq le 3 novembre 1779 avec Françoise Fradin du Cluseau (1760-1832). Adjoint au maire de St-Ciers sous la Restauration, il fut révoqué le 21 septembre 1830 à cause de ses opinions politiques. Ce fut lui qui se rendit propriétaire du logis de St-Ciers. De son mariage, naquirent 7 enfants, dont :

1. Marie (1784-1826). religieuse de la congrégation des filles de Ste Marthe d'Angoulême.

2. Pierre (1785-1810), officier de santé de la marine sur "L'algésiras", puis chirurgien en chef
sur la flûte "La Loire" coulée par les Anglais le 15 novembre 1809 au large de Basse-Terre
(Guadeloupe); il se sauvât à la nage mais décéda le 10 février 1810, des suites de ce naufrage.

3. Autre Pierre, qui suit...

•••

VII - Pierre Maître du Chambon. Né à St-Ciers le 11 septembre 1824 et y décéda le 15 août 1900. Longtemps, maire cette commune. Marié le 1er août 1848, à Bessé, avec Marie Touzaud, dont 4 enfants :

1. Anatole, qui suit...

2-3. Edith (1849-1922) et Valérie (1855-1922) restées célibataires.

•••

VIII - Jean-Charles Anatole Maître du Chambon, né à St-Ciers le 20 octobre 1849, mort à la Chaudellerie (en St-Amant de Bonnieure) le 10 juin 1918. Avocat à Ruffec, puis avoué au tribunal d'Angoulême. Conservateur, il collabora à de nombreuses feuilles monarchistes. De 1894 à 1896, il anima le "balai" journal satirique qui lui valut de solides inimitiés. De 1910 à 1913, il dirigea "Le Franc Parler", autre pamphlet plus modéré. Anatole du Chambon avait épousé à Poitiers, le 19 février 1883, Claire-Joséphine-Alix Marie Brault (1857-1921). Cinq enfants, dont :

1. Charlotte (1885-1948). Mariée à St-Ciers le 8 janvier 1906 à Ernest Fougerat, tombé au champ d'Honneur à Cappy (Somme), le 19 février 1906, laissant 5 enfants.

2. Marie-Daniel-Joseph André, né le 25 juin 1887. Marié à Bordeaux à Anita Champion (1894-1939), qui lui donna une fille et deux fils : Jacques (1920) et Henri (1922) qui sont mariés. Il avait séjourné au Sénégal puis au Dahomey pendant plusieurs années.

Source : Histoire de Saint-Ciers-sur-Bonnieure, de Marcel Reible.