Guy Tachard est le premier enfant de Léonard Tachard et Françoise Clergeon, que Léonard a épousée en secondes noces en 1647. Le couple est installé à Marthon même, modeste bourgade de cent vingt feux et six cents habitants. La baronnie dans son ensemble comprend plusieurs autres paroisses dans un périmètre d'une dizaine de lieues. Elle est attachée depuis ses origines à la prestigieuse famille des La Rochefoucauld, et c'est sans doute ce qu'elle a de plus remarquable. Dans ce contexte paisible et banal, Léonard Tachard, maître apothicaire, appartient de par son métier à la bourgeoisie locale. Celle- ci doit à la sénéchaussée une certaine consistance. Ici s'arrêtent déjà les certitudes. Nous ne connaissons guère en effet les activités de Léonard Tachard en dehors de son officine. Père de huit enfants dont des jumeaux, il a dû face à d'importantes responsabilités familiales. Il est probable néanmoins que nombre de ses enfants moururent en bas âge. Nous n'avons trace après leur baptême que de Guy et de sa sœur Paule. Léonard Tachard n'a pas exercé de rôle public comme en témoigne le silence des archives. Cependant le jeu des alliances laisse à penser qu'il jouissait d'une position sociale tout à fait honorable. Il avait épousé en premières noces, en 1646, Françoise Delagarde, sans doute apparentée à la grande famille locale des Delagarde, sénéchaux de père en fils avec Jean et Guy, et détenteurs immuables de la cure avec Elie, curé de Marthon de 1638 à 1684. Le second mariage de Léonard est également intéressant, puisque Françoise Clergeon pourrait être la fille de Guy Clergeon, maître apothicaire lui aussi. Léonard Tachard se serait donc contenté de prendre la succession de son beau-père. Il reprend le prénom de ce dernier — suivant une pratique courante — pour baptiser son premier fils. Ces hypothèses ancrent assez solidement Guy Tachard dans le terroir de Marthon, aux confins de l'Angoumois et du Périgord. La seule fille de Léonard Tachard que nous pouvons suivre jusqu'à son mariage confirme cette impression. Paule Tachard, quatrième enfant de la famille, se marie très honorablement à Nicolas Mesnard, avocat à Marthon. Elle y demeure jusqu'à sa mort à l'âge de cinquante-sept ans, en 1710.

Source : Un Jésuite à la Cour de Siam, de Raphaël Vongsuravatana.