XVIe siècle

1534/1540. — Etienne de Labrousse est condamné à bailler, dans quinzaine, à Marion de Labrousse, sa soeur, deux cents livres tournois qui lui ont été délaissées pour « son » dot et mariage par le testament de feu Simon de Labrousse, père des parties, et cinq sols pour son institution particulière, et de plus « la tierce partie et les trois quartes parties d'une autre tierce partie dung lict, de deux robbes, deux cothes, deux chaperons requis selon lestat de lad. Brousse et autres ornemens nubeiaulx. »

1557. — Adjudication après criées à Dauphin et Louis de Labrousse, frères, enfants et héritiers de feu Jean de Labrousse, en son vivant marchand de la ville de Nontron, des biens de Me Léonard Guyot, notaire, défendeur, qui sont mentionnés et confrontés au procès-verbal de saisie pour la somme de 60 livres tournois, sauf à déduire ce que ledit demandeur aura déjà payé.

1566. — Jean Boschaud, dit Dagnier, défendeur, est condamné à payer à Me Hélies et Jean de Labrousse, frères, et François Bonyer, « affermiers » des dames religieuses de Saint-Onzin d'Angoulême et du prieuré de Nontron et Saint-Martial de Vallette, son annexe, en l'année 1565, demandeurs, le droit de dîme des fruits produits en ladite année par sa vigne, après ordonnance de trois voisins que les parties choisiront.

XVIIe siècle

1673. — Dame Antoinette de Labrousse, veuve de feu messire Biaise d'Aydie, en son vivant chevalier seigneur de Vaugoubert et autres places, présente requête aux fins de se faire émanciper, d'agir et contracter comme une personne libre et sans l'autorité de son père Jean Labrousse duquel elle demeure éloignée ; le juge-mage, après avis du procureur du Roi, la déclare émancipée.

1675. — Sur le requis de monsieur Me Jean de Lagarde, prêtre chanoine et maître éeolâtre du chapitre cathédral de Saint-Etienne-Saint-Front de Périgueux, il est procédé par le lieutenant particulier à l'ouverture du testament de feu Nicolas de Labrousse, seigneur abbé de Peyrouse et chantre dans l'église cathédrale de Périgueux ; lequel testament a été confié audit de Lagarde et est représenté « entrelassé d'un ruban violet , cacheté cire rouge de dix cachés aux armes dudit feu seigneur abbé. »

1675. — Me François Rossignol, prêtre, promoteur de l'évêché de Périgueux, expose que, contrairement à l'interdit et à l'arrêt du parlement de Bordeaux, Me Jean de Labrousse de Bosfrand, chanoine régulier de l'ordre de St-Augustin, autrefois prieur curé de la paroisse de St-Apre, n'en continue pas moins à célébrer la messe, à faire des baptêmes, mariages, sépultures et autres fonctions curiales, et cause ainsi du scandale. Le plaignant demande qu'il soit informé.

1689. — Jean Salesse, bourgeois et habitant de la ville de Périgueux, au nom et comme agent général de messire Thibaud de Labrousse, chevalier, seigneur baron d'Atis, capitaine-lieutenant des cent suisses de la garde du corps de sa majesté, porte plainte à la justice contre les nommés Jean Delugin, maître chirurgien, et Annet Sabrier, du bourg de Vanxains. Ceux-ci sans aucun droit ni permission sont allés pêcher dans un grand étang, garni de poisson, au repaire noble de la Roche qui appartient au seigneur d'Atis, dans la paroisse de Lajemaye, dont il est seigneur haut justicier.

1692. — Sentence interlocutoire rendue sur le défaut, et ordonnant qu'avant de procéder à l'interposition de décret des biens saisis à Ithier Feydy à la requête de messire Thibaud de Labrousse, chevalier, seigneur baron d'Atis, capitaine-lieutenant des centsuisses de la garde du corps de sa majesté, affiches seront mises tant à la porte du parquet et auditoire royal de la sénéchaussée qu'aux portes principales des églises paroissiales où les biens saisis sont sis et situés, pour y demeurer quarante jours, temps prescrit par l'ordonnance, aux fins des enchères.

1686/1693. — Exemption de toutes charges publiques, est accordée sur requête à Louis de Labrousse sieur de Vaubrunet dans la paroisse de Saint-Barthélemy du Cheylard, chargé de faire la quête des aumônes et charités des fidèles pour le rachat des chrétiens esclaves.

1689/1694. — Procès de Me Pierre Laulanie, procureur au siége de Périgueux, comme syndic des dames religieuses de Notre-Dame de Périgueux, demandeur le délaissement de Brognac, contre Marie de Labrousse, damoiselle, femme séparée quant aux biens de Mathieu de Labrousse, sieur Dumazet.

1693/1724. — Dépôt au greffe de la sénéchaussée, par damoiselle Madeleine-Angélique de Labrousse damoiselle de Verteillac, de trois pièces originales de 1687 concernant les droits honorifiques dus à sa famille dans l'église de Saint-Front de Champniers.

XVIIIe siècle

1700/1704. — Procès de Antoine Fanty sieur de Lescure, conseiller du Roi, commissaire aux revues et logement des troupes dans Nontron, contre Louis de Labrousse sieur de Brogniat.

1723/1728. — Sentence civile et criminelle rendue sur le vu de pièces, et condamnant François de Labrousse, écuyer, sieur des Granges, un des gens d'armes de la garde du roi, à demander pardon à l'audience, les plaids tenants, à Lazare Agard, notaire de la chatellenie de Varaigne, procureur d'office et syndic des pauvres de la juridiction de Bussière, des injures qu'il a proférées contre sa réputation.

1726/1732. —  Enregistrement des provisions de gouverneur et sénéchal de Périgord, octroyées au sieur Thibault de Labrousse comte de Verteillac.

1732. — Plainte de François de Labrousse, sieur de Laudonnie, soldat dans le régiment de Gâtinais, compagnie colonelle, contre les nommés Jean Bonniton dit Lapradelle, Madelaine Bonniton, sa femme et autres, qu'il accuse d'avoir commis des excès réels sur sa personne.

1738. — Le lieutenant particulier condamne Louis Borie, écuyer, seigneur du Repaire, à payer à Monsieur Me Jean de Labrousse la somme de 3,500 livres pour le montant de cent milliers de fonte de fer.

1744/1746. — Plainte de Marie Cholet, relicte (veuve) de sieur François de Labrousse et à présent épouse de M. Elie Eyriaud, sieur Demansy, contre Pierre Delabrousse, sieur de Fontenelle, son fils, qu'elle accuse d'injures, menaces et d'enlèvement de bois fait en la ville de Nontron et dans l'auberge d'Anne Boyer, où pend pour enseigne l'image de La Grosse Demoiselle.

1746/1747. — François-Joseph Lanquine de Laval, bourgeois de Paris, au nom et comme tuteur du seigneur marquis de Verteillac, accepte, sous bénéfice d'inventaire, l'hérédité de Suzanne-Andrée de Labrousse, demoiselle d'Atis, quant aux biens situés dans le pays de droit écrit.

1748. — Information à la requête du procureur du roi contre François de Marandat sieur de Lisle, Élie de Labrousse sieur de Belleville et autres, accusés d'excès et violences commises la nuit sur la personne du sieur Arondeau, curé de Busserolles.

1751/1756. — Eregistrement des provisions de sénéchal des juridictions de la ville et baronnie de Nontron et du marquisat du Bourdeix, octroyées à Me Pierre de Labrousse, sieur du Bosfrand, avocat en Parlement.

1772/1773. — Prestation de serment de Jean de Labrousse sieur de Lagrange, nommé à l'office de maire de la ville de Nontron créé par édit du mois de novembre 1771.

1786. — Sentence civile condamnant messires Elie-Marie et Isaac de Labroussc Duboffrand, demoiselle Anne-Thérèse de Labrousse Duboffrand et autres, frères et soeurs, à rembourser à la dame Françoise Dereix, leur mère, veuve de messire Pierre de Labrousse Duboffrand, sa dot de la somme de 40,000 livres, à leur choix, en argent ou en fonds de l'hérédité de Jean de Labrousse, leur aïeul.

1781/1787. — Dépôt du greffe pour Joseph de Labrousse sieur du Claud, bourgeois, intimé, contre Joseph de Labrousse sieur de Vaubrunet, gouverneur de la ville de La Rochefoucauld, appelant de sentence de l'ordinaire du Bourdeix.

1789. — Messire César-Pierre-Thibault de Labrousse, chevalier, marquis de Verteillac, comte de Saint-Mayme, baron de La Tour-Blanche, seigneur de Saint-Martin-le-Pin, de Saint-Front-de-Champniers, de la Bourière et autres lieux, nommé gouverneur et grand sénéchal de la province de Périgord, après la démission de son père, requiert l'enregistrement de ses provisions au greffe.

1786/1790. — Emprisonnement du sieur Brouniac de Labrousse, fils ainé, négociant et maître de forge, habitant au château de Firbeix.

Procès au siège présidial de Périgueux

1703/1718. — Catherine Barbot, veuve de Me André Tusset, avocat au Parlement de Paris, demanderesse en criées, contre messire Thibault de Labrousse, chevalier, seigneur baron d'Athis, capitaine-lieutenant des cent Suisses de la garde du corps de S. M., défendeur.

1711/1715. — Messire Thibault de Labrousse, seigneur abbé de Peyrouze, prêtre, chantre et chanoine de l'église cathédrale Saint-Etienne Saint-Front de Périgueux, contre François Pradier, marchand.

1736/1738. — Monsieur Me Jean de Labrousse sieur du Bosfrand, avocat en la cour, et messire Jean Verneuil, prêtre, curé de la paroisse de Bussière-Badil.

1727/1728. — Messire Thibault de Labrousse, comte de Verteillac, grand sénéchal et gouverneur de Périgord, demandeur, contre Joseph Boulle, sieur du Maynot, défendeur.

Comparutions au greffe royal de Périgueux

1672. — Achille de Royère, sieur du Masvieux, venu de dix lieues pour faire écrire son avocat contre Thibault de Labrousse, sieur de Lavergne.

1673. — Etienne de Labrousse, seigneur de Mirabeau, bourgeois de Bordeaux, venu de vingt lieues pour son procès contre François Eyriaud, Louis Marquet, sieur de Farges.

1686/1687. — Madeleine Gros, damoiselle, femme de Me Pierre Brouet, greffier en chef de Sarlat, venue de Nontron pour porter ses pièces contre Me Étienne de Labrousse, prêtre, prieur de Saint-Robert, et curé de Lussas.

1703/1704. — Messire Léon Chasteau de Lestang, prêtre, prieur du Chalard et son annexe N.-D. de Verteillac, venu de St-Astier pour lever le défaut contre messire Thibault de Labrousse, seigneur baron d'Atis.

1712/1714. — Messire dom Jean de La Monneraye, prêtre, prieur de l'abbaye de N.-D. de Gros-Bos en Angoumois, venu de neuf lieues pour faire juger son procès contre Me Jean de Labrousse, soi-disant curé de Souffreniac.

1714/1716. — Antoine Fantit sieur de Lescure, lieutenant de maire et commissaire pour le Roi aux revues des troupes de la ville de Nontron, venu de six lieues pour faire dresser sa requête en intervention, dans l'instance pendante en la Cour de la sénéchaussée contre damoiselle Madeleine-Angélique de Labrousse de Verteillac.

1722/1723. — Messire Antoine-Augustin Albert, prêtre, docteur en théologie, curé de la ville et paroisse de Nontron et de Saint-Martial-de-Vallette, son annexe, et Mathieu Faye, l'un de ses marguilliers et sacristains, venus de six lieues, pour rendre leur plainte en Cour criminelle contre le sieur Boyer de La Borderie, ses deux enfants aînés, et le sieur de Labrousse de Beaulieu.

1725/1727. — Lazare Agard, sieur de Roumejoux, notaire et procureur d'office de Bussière, venu de neuf lieues, pour faire appointer sa plainte en la Cour criminelle contre François de Labrousse sieur des Granges.

1734/1735. — Elie-François de Labrousse, écuyer, seigneur de Belleville, porte-étendard des gens d'armes de la garde, chevalier de l'ordre militaire de St-Louis, venu de Bussière-Badil, pour retirer du greffe la.grosse des décrets obtenus contre le sieur Sauvo des Versannes.

1764/1765. — Pierre-Guy de Lajamme, comme syndic de la confrérie des pauvres honteux de Bussière-Badil, venu de dix lieues, pour porter son exploit contre Elie de Labrousse, seigneur de Belleville.

Source : Archives départementales de la Dordogne.