Voici l'état des régents dans le Nontronnais en 1771, donné par Jean de Labrousse du Bosfrand, subdélégué pour l'intendance de la généralité de Bordeaux :

Nontron... 4 donnent l'enseignement de la grammaire; 1 médiocre; 3 apprennent à lire et à écrire.

Mareuil... 2 enseignent la grammaire; 1 médiocre.

La Rochebeaucourt... 1 enseigne à lire et à écrire; médiocre.

Saint-Pardoux... 2 enseignent à lire et à écrire; 1 mauvais.

Abjat... 1 enseigne à lire et à écrire; médiocre.

Saint-Saud... 1 enseigne à lire et à écrire.

Augignac... 1 enseigne à lire et à écrire.

Champniers... 1 enseigne à lire et à écrire; mauvais.

Bussières... 2 enseignent à lire et à écrire; passables.

Busserolles... 2 enseignent à lire et à écrire.

Miallet... 1 enseigne à lire et à écrire; 1 enseigne la grammaire.

Avec la note suivante : « Il manque beaucoup de régents pour apprendre à lire et à écrire, l'arithmétique, car dès que les enfants savent un peu lire, écrire, et les deux ou trois premières règles d'arithmétique, ce qui est appris dans autour d'une année, ils ne vont plus aux écoles, et de bons régents de cette espèce gagnaient considérablement pendant les trois ou quatre premières années, ensuite ils n'ont plus de quoi vivre. »

Source : La vie intellectuelle en Périgord, 1550-1880.