Adrienne (1) avait un chevalier servant.

Le comte de Beynac (2) était de ces aristocrates aux solides attaches terriennes, aux vigoureuses moustaches, passionné de chasse à courre, et pourvu de cette pointe d'extravagance qui, tout en faisant de lui un personnage, constituait, aux yeux de ses familiers, l'essentiel de son prestige. Jamais on n'entendait parler des mots, des collections ni même des châteaux du comte de Beynac, moins encore de sa fortune, mais toujours de son, accent et de son originalité. Et si l'on se répétait quelque anecdote le concernant, c'était pour mieux mettre en valeur son pittoresque : M. de Beynac était ce Nemrod qui venait avec sa meute de forcer non point un cerf mais un loup, le dernier que l'on ait vu en Limousin; M. de Beynac était ce joueur qui, d'un seul coup de dés, avait gagné quatre danseuses du Casino de Paris à quatre de ses camarades, et qui, pour fêter sa victoire avait embarqué les demoiselles dans son break, puis, chantant à tuetête et en patois, avait fait remonter les Champs-Elysées à tout son monde, au grand galop de ses quatre anglo-normands; M. de Beynac, enfin, était ce gaillard qui, à quelque temps de là, ayant aussi joué ses chevaux et les ayant perdus, s'était vu contraint de regagner sa province à pied... ce qu'il avait fait comme en se jouant.

Tel était l'homme qui s'était épris d'Adrienne.

Plus qu'au trois quarts ruiné, il avait trouvé en la personne de son meilleur ami – le marquis de Jumilhac – une sorte de mécène, toujours prêt à lui faciliter ses frasques à condition d'y être associé. L'un et l'autre, tout en courtisant Adrienne, servaient de mentors au fils d'un châtelain de la région. Fort joli garçon, le jeune homme était déjà bon chasseur et excellent cavalier. En ce domaine ils n'eurent rien à lui apprendre. Mais ils s'attachèrent à le guérir du sérieux provincial. Sachant faire son profit de l'expérience de ses mentors, le jeune homme était devenu en peu de temps un club-man d'une élégance ébouriffante.

C'était donc un trio d'admirateurs qui se disputaient la compagnie d'Adrienne.

S'il ne faisait nul doute qu'en sa qualité d'aîné, c'était au comte de Beynac qui revenait le rôle de protecteur en titre, il ne semblait pas aussi évident qu'il fût le seul favori.

Notes :

1. Adrienne Chanel (1882-1955), tante de Coco Chanel.

2. Joseph de Las Escuras de Beynac, né le 8 octobre 1863 au château du Châtelard à Teyjat (Dordogne), décédé en 1951.

Source : L'irrégulière ou mon itinéraire Chanel, d'Edmonde Charles-Roux.