Paris, le 2 prairial, l'an 6e de la République françoise, une et indivisible.

Citoyens administrateurs,

Je m'empare, ainsi que je l'avois promis, du premier instant disponible pour vous annoncer que je suis à mon poste. Hier, j'ai eu l'honneur de siéger au Conseil avec les députés de l'an 6, et nous avons prêté ce serment qui sera toujours fatal et aux vils partisans des rois et aux sectaires immoraux de l'anarchie. L'organisation de notre bureau et de celui des Anciens est selon moi d'un heureux présage : il paroit qu'on fait ici quelque cas de ces exconventionnels tant déchirés, tant calomniés depuis trois ans. Le Directoire s'avise même de donner des fonctions très importantes à ceux qui ne sont pas réélus au Corps législatif; et de tout cela, mes amis, vous en conclurez ce qu'il appartiendra. Bellegarde qui s'avise aussi d'avoir quelque confiance en ces mêmes conventionnels, va beaucoup mieux, et avec du ménagement sa santé sera bientôt rétablie.

On attend l'ex conventionnel Threillard qu'on s'est encore avisé de porter au Directoriat et l'ex conventionnel Syeis est aussi envoyé à Berlin, de manière que cette race au lieu de s'éteindre semble pulluler plus que jamais. Elle a dans les deux Conseils des ramifications très étendues. Comment voulez vous donc que les incroyables et les exclusifs puissent parvenir à leur but ? Non, ils n'y parviendront pas, j'en jure par le génie de la liberté. La Constitution de l'an 3 résistera à toutes les attaques. Je n'ai point encore assez examiné la phisionomie du nouveau Corps législatif pour en porter un jugement solide, mais les amis de la République ont beaucoup d'espoir.

La loi relative aux élections vous donne quelque idée des principes qui ont dirigé les Conseils et le gouvernement, et qui vraisemblablement seront à l'ordre du jour pendant cette session; au surplus, vous en verrez les développemens et l'applications. Il est temps que les factions disparoissent et que le peuple françois ne soit plus dupe et victime de ses adulateurs royaux, ou démaguogues. La Constitution de l'an 3, voilà l'unique but et l'unique objet des désirs républicains.

Continuez, administrateurs patriotes, à faire aimer la République par une administration sage; et de l'énergie et de la prudence, justice égale pour tous, et vous trouverez dans la tranquillité commune et le bonheur de vos administrés la seule récompense qu'il vous soit permis de désirer et glorieux d'obtenir.

Salut et fraternité.

Crévelier.

Mon adresse : Au représentant du peuple Crévelier, député par le département de la Charante au Conseil des Cinq Cents, Rue Honnoré, n° 52.

Source : Revue des bibliophiles.