Rocquard des Dauges, avec Généalogie Charente Périgord
D'azur au pairle d'or et au chevron du même entrelacés.

Filiation suivie

I. — François de Rocquard, seigneur de Saint-Laurent-de-Céris, marié d'après acte du 28 janvier 1636, avec Marie Laurent, d'où : 1° François de Rocquard, qui suit ; 2° Catherine de Rocquard, mariée en 1678 avec Joachim de Chauveron, seigneur du Claud.

II. — François de Rocquard, seigneur de Saint-Laurent-de-Céris, marié d'après acte du 28 avril 1658, avec Henriette Regnauld de Vitrac, d'où : 1° François de Rocquard, qui suit ; 2° Pierre de Rocquard, seigneur de Saint-Laurent-de-Céris, marié en 1693, avec Anne de Lambertie, d'où Jean de Rocquard, seigneur de Saint-Laurent-de-Céris, marié avec de Ribeyreys, d'où Marie-Françoise de Rocquard, mariée en 1744, avec Joachim Regnauld de La Soudière, seigneur de Rochebrune.

III. — François de Rocquard, seigneur des Dauges, marié d'après acte du 25 février 1680, avec Catherine Caillou de Beaulieu, d'où : 1° René de Rocquard ; 2° Françoise de Rocquard, mariée en 1709, avec Roch du Rousseau, seigneur de Coulgens.

IV. — René de Rocquard, né en 1685, décédé en 1745, marié d'après acte du 29 novembre 1708, avec Marie de La Salmonie, d'où : 1° Joachim de Rocquard, qui suit ; 2° Anne de Rocquard, mariée en 1741, avec Léonard de Chasteigner, seigneur de Sauvagnac.

V. — Joachim de Rocquard, né en 1709, décédé en 1775, chevalier, seigneur de Pressac, marié d'après acte du 28 mai 1746, avec Anne Aultier du Chaslard, d'où : 1° Marguerite-Esther de Rocquard, mariée avec François-Joseph de Chasteigner, seigneur de La Courière ; 2° Marie de Rocquard, mariée avec Charles de La Ramière, chevalier, seigneur de Puycharnaud ; 3° Pierre-Aignan de Rocquard (1752-1797), officier dans l'armée de Condé, chevalier de Saint-Louis, marié d'après acte du 13 juin 1797, avec Henriette Chausse de Lunesse.

Archives départementales

1. — Constitution de 166 livres 13 sous 4 deniers de rente par messire François de Rocquard, chevalier, seigneur de La Cour-St-Maurice, Saint-Laurent-de-Céris, demeurant audit Saint-Laurent, et Jean Dupré, sieur de Gandry, au profit de demoiselle Marguerite Fèvre, veuve de maître Antoine Castain, vivant conseiller du Roi, receveur des décimes d'Angoumois.

2. — Quittance par Joachim de Rocquart, chevalier, seigneur des Dauges, Pressac et autres lieux, et dame Anne Aultier, sa femme, demeurant en leur logis noble des Dauges, paroisse de Chassenon, à Joseph-Philippe Guillet, écuyer, seigneur de Saint-Martin, Le Plessis, Landolle, Le Breuil-Marmant, demeurant en la ville de Cognac, de la somme de 5,066 livres 13 sous 4 deniers déléguée être payée par ledit seigneur de S'-Martin auxdits seigneur et dame de Rocquart, aux termes de la vente consentie audit Guillet par dame Jeanne Dexmier, veuve de Jacques Allenet, écuyer, seigneur de Dizadon, conseiller du Roi, lieutenant-général criminel au siège de Cognac, et ses filles.

3. — Transaction entre Jean de Rocquard, écuyer, sieur de La Cour de Saint-Maurice-des-Lions, demeurant audit lieu noble de La Cour, d'une part; et Joseph D'Assier, écuyer, sieur des Brosses, d'autre part; au sujet de ce que procès s'était mû entre Jacques Barbarin, écuyer, sieur de La Borderie, demeurant au lieu noble des Chambons, et ledit de Rocquard, à l'occasion de ce que ledit Barbarin ayant été injustement troublé par ledit D'Assier dans la possession et jouissance d'une rente que ledit de Rocquard lui avait transportée, il l'avait fait appeler devant le juge de Confolens en garantie de ladite jouissance.

Bibliothèque généalogique

• Pouvoir, justice et société : actes des XIXèmes Journées d'histoire du droit, 1999.

Ainsi Jeanne Dorat de Faugeras, petite fille de bourgeois marchand, fille d'un conseiller secrétaire du Roi et Président au Présidial, est devenue de par les décès fauchant sa famille un très beau parti, bien qu'elle ait un frère survivant. Elle épouse le 18 février 1783 Messire Jérôme de Roquart, chevalier seigneur des Dauges (paroisse de Chassenon), de vieille noblesse militaire. Affectée par les deuils qui l'ont frappée, sa mère, née Léonarde de Douhet, dame de la Courtaudie, souhaite vivement garder sa fille auprès d'elle...

• Pierre Bureau, Les émigrés charentais, 1791-1814, 2003.

Rocquart Pierre Aignan, dit le chevalier de, capitaine au régiment d'Artois, fils de Joachim, chevalier, sgr de Pressac, les Dauges, etc..., et d'Anne Aultier du Chalard, sa première femme - né 20, bapt. 21-11-1752 à Chassenon - + sans alliance, à Dijon (Côte-d'Or) le 17 frimaire an VI - condamné à mort par la commission militaire séante à Dijon comme convaincu d'émigration, et exécuté le 17 frimaire an VI (J. Brelot, La vie politique de Côte-d'Or sous le Directoire, p. 121 - et Journal de la Côte-d'Or du 20 frimaire an VI) - sur réclamation de sa sœur, Marie Julie de Rocquart, qui justifia de son décès devant le préfet de la Charente, le 4 germinal an XI, il fut amnistié le 15 fructidor an XI (Q XVII/48 - F7/6072 - Pin. III/79).

• Stéphane Calvet, Dictionnaire biographique des officiers charentais, 2010.

Rocquard Joseph de. Fils de Jérôme, chevalier seigneur des Dauges, et de Jeanne Ledorat, il est né le 2 octobre 1785 à Chassenon (Chabanais). Il entre à l'École Spéciale militaire de Fontainebleau en décembre 1804 avant d'être nommé sous-lieutenant au 79e régiment d'infanterie de ligne en avril 1806 (20 ans). Il sert en Italie, puis en Dalmatie jusqu'en 1807. Nommé lieutenant au 120e régiment d'infanterie de ligne le 27 octobre 1808, il combat en Espagne de 1808 en 1813. Capitaine depuis le 15 octobre 1811, il est blessé d'un coup de feu qui lui fracture le bras à Irun le 31 août 1813. Le roi lui accorde la Légion d'honneur le 8 octobre 1814. En 1816, il obtient un emploi dans la légion départementale des Côtes du Nord. Il semble cependant abandonner rapidement l'armée. En 1823, il est domicilié à Limoges.

Liens web

- Journal de la Côte-d'Or, 20 frimaire an VI.