Les Pourtent, des bourgeois enrichis, se qualifiaient de nobles à la fin du XVIe siècle. Nous n'avons pu débrouiller leur généalogie : le 9 mai 1528, Hélie Pourtent, marchand, de Saint-Pardoux, sieur de la Barde, Aixe et Vaugoubert, cédait sa part dans le moulin du Gué de Jamaye à ses neveux, Pierre et Jean Pourtent. Un autre Hélie Pourtent, sieur d'Aixe, épousa Marie Pupuy qui lui donna Bonne, mariée en novembre 1559 à René de Jaubert, seigneur de Cumont.

Pierre Pourtent, sieur de la Barde et de Vaugoubert, qui assista au mariage de Bonne, laissa : 1° Marie, femme de Jean Dalvy, avocat; 2° Isabeau, mariée par contrat du 5 mars 1552 à Pierre Reynier, écuyer, sieur de Pondalsie (?); 3° Jeanne; 4° Marie, unie dans la maison de M. de la Barde, sis dans le fort de Saint-Pardoux, le 18 avril 1581, à Léonard du Mas, écuyer ; 5° Jean, licencie ès lois; 6° Etienne, écuyer, sieur de la Barde et de Vaugoubert, époux de Léonarde alias Narde Faure, qui vivait encore en 1601. Elle lui donna quatre enfants : Isabeau, mariée par contrat du 4 juin 1611 à François de Bart, écuyer, sieur du Cluzeau; Antoinette, qui épousa, le 26 juin 1594, Bertrand Audier, sieur de Moncheuil; Anne, femme de Jean de Ribeyreix, baron de Courbeffy; Antoinette, épouse de Jean Beaupoil, sieur de Quinsac, et peut-être aussi Jeanne, demoiselle de la Barde, en 1601.

Une autre branche de cette famille, qu'on ne peut souder à la précédente, commence à François Pourtent, avocat en parlement, juge de Saint-Pardoux, époux de Jeanne Darpes, dont entre autres François, écuyer, sieur de Magnac, né en 1619 ; il fui garde du corps du roi, compagnie, de Comminges, gentilhomme seyant près de S. M., puis maréchal des logis des gardes du corps de la reine-mère : il mourut le 1er novembre 1662, laissant Jean, sieur de la Jaunie; Pierre, sieur des Bellodies, et Jean, sieur du Breuil qui suivent : Jean, sieur de la Jaunie, reçut en novembre 1662 une commission de garde du corps en remplacement de son père; de Marie de Curmont il eut : 1° Jean, sieur de la Jaunie (1674-1710), époux, le 14 février 1708, de Françoise Fourichon, d'où Jeanne, mariée en 1781 à Jean Pastoureau, sieur de la Grange et de Lannet; 2° François, sieur de Magnac, écuyer, marié en 1721 à Guillemette Delarret et en secondes noces à Marie Mousnier; de ce second mariage vint Catherine, épouse en 1738 do Jean-Gautier de Londeix, chevalier, seigneur de Savallon.

Pierre Pourtent, écuyer, sieur des Bellodies, garde du corps de la reine-mère, testa, le 30 août 1678, ayant eu de Marie Pourtent, Jean, sieur des Bellodies, qui lui succéda dans sa charge, mort le 29 avril 1692, et Marie, femme de François de Champagnac.

(Bulletin de la Société historique et archéologique du Perigord, 1898)