Labrousse de Teyjat
Famille originaire de la ville de Nontron en Périgord.

Filiations suivies

§ I. — Branche de Mirebeau.

I. — Joseph de Labrousse, sieur de Brognac, juge de Javerlhac, marié avec Françoise Gaultier, d'où : 1° Joseph de Labrousse, qui suit ; 2° Jean de Labrousse, sieur de Brognac.

II. — Joseph de Labrousse, sieur de Brognac, marié d'après acte du 30 juillet 1644, avec Jeanne de Gaufreteau, fille de Guillaume de Gaufreteau, sieur de Montaigne, et Marie de Lalanne, d'où : 1° Joseph de Labrousse, qui suit ; 2° Louis de Labrousse, décédé en 1710, sieur de Vaubrunet ; 3° Jeanne de Labrousse, mariée d'après acte du 26 juillet 1689, avec Pierre Giroud, sieur de Peyrebrune ; 4° Françoise de Labrousse, mariée d'après acte du 18 octobre 1661, avec Jean de Lapeyre, sieur de Mensignac ; 5° Andrée de Labrousse, mariée d'après acte du 9 octobre 1684, avec de Étienne de Labrousse, sieur de Magnac ; 6° Marie de Labrousse, mariée avec Léger Brossard, sieur de Cuiville ; 7° Claire de Labrousse, célibataire.

III. — Joseph de Labrousse, sieur de Brognac, marié d'après acte du 26 septembre 1685, avec Marguerite de Labrousse, fille de Étienne de Labrousse, sieur de Magnac, et Marguerite Planeau, d'où : 1° Joseph de Labrousse, qui suit ; 2° François de Labrousse, prêtre ; 3° Jean de Labrousse, prêtre.

IV. — Joseph de Labrousse, né en 1687, décédé en 1772, sieur de Mirebeau, marié d'après acte du 24 janvier 1730, avec Catherine Valleteau de Mouillac, fille de Pierre Valleteau, sieur de Mouillac, vice-sénéchal d'Angoumois, maire d'Angoulême, d'où : 1° Joseph de Labrousse, qui suit ; 2° Jean de Labrousse, célibataire ; 3° Jean-Baptiste de Labrousse, négociant ; 4° Marie de Labrousse, mariée d'après acte du 4 mars 1763, avec Jean-Joseph de Marendat, chevalier, seigneur du Cousset.

V. — Joseph de Labrousse, né en 1731, décédé en 1824, sieur de Mirebeau, garde du corps du roi, capitaine du château de La Rochefoucauld, marié d'après acte du 6 février 1769, avec Marie Favret du Pommeau, fille de Michel Favret du Pommeau, sieur de Rochecorail, et Marguerite Pigornet, d'où : 1° Philippe-Joseph-Vincent de Labrousse, qui suit ; 2° Marie Labrousse de Mirebeau, mariée d'après acte du 4 décembre 1794, avec Jean Boissière, propriétaire ; 3° Jeanne Labrousse de Mirebeau, mariée d'après acte du 27 décembre 1802, avec Jean-Guy de Corgnol, propriétaire, maire de Vilhonneur.

VI. — Philippe-Joseph-Vincent de Labrousse, comte de Mirebeau, garde du corps de Louis XVIII, marié d'après acte du 10 janvier 1809, avec Marie-Catherine Paulet, fille de Pierre Paulet, président en l'élection d'Angoulême, et Marie Tabuteau, d'où : 1° Frédéric Labrousse de Mirebeau, officier de marine, sans postérité ; 2° Victoire-Hélène Labrousse de Mirebeau, religieuse ; 3° Marie-Anaïs Labrousse de Mirebeau, mariée d'après acte du 9 avril 1833, avec Émile-Pierre Boistaud, propriétaire ; 4° Marie-Alexandrine Labrousse de Mirebeau, mariée d'après acte du 11 juin 1827, avec Henri Arnaud, propriétaire, maire de Gondeville.

§ II. — Branche de Brognac.

I. — Mathieu de Labrousse, sieur du Mazet, marié d'après acte du 15 mai 1650, avec Marie de Labrousse, fille de Jean de Labrousse, sieur de Brognac, vice-sénéchal du Périgord, et Narde Vidal, d'où : 1° Louis de Labrousse, qui suit ; 2° Anne de Labrousse, mariée avec Léonard Ruben, sieur de La Mothe ; 3° Marguerite de Labrousse, mariée avec Élie Gourgousse, sieur de Puydoyeux ; 4° Antoinette de Labrousse, mariée avec François Baynaud, sieur de Fontmerle.

II. — Louis de Labrousse, sieur de Brognac, marié d'après acte du 29 avril 1686, avec Marguerite Favard, fille de Jean Favard, sieur de Germon, et Marie Eyriaud, d'où Jean de Labrousse, qui suit.

III. — Jean de Labrousse, né en 1688, décédé en 1765, sieur de Brognac.

1) Marié avec Madeleine de Masfrand, d'où Louis de Labrousse, né en 1713, décédé en 1775, prêtre.

2) Marié avec Jeanne de Curtal, d'où Marie de Labrousse, mariée d'après acte du 22 septembre 1738, avec Pierre Guillemin, sieur de Chaumont.

3) Marié avec Françoise de Brie, d'où : 1° Benoît de Labrousse, qui suit ; 2° Jean de Labrousse, sieur de Fromental.

IV. — Benoît de Labrousse, sieur de Brognac, marié d'après acte du 28 avril 1750, avec Marie de Verneuil, fille de Hélie de Verneuil, sieur de Sauveroche, et Françoise Millet, d'où : 1° Jean-Baptiste Labrousse-Brognac, qui suit ; 2° Jean-Ignace de Labrousse de Brognac, né en 1758, décédé en 1827, prêtre ; 3° Antoine de Labrousse de Brognac, bourgeois ; 4° Pierre de Labrousse de Brognac, né en 1762, décédé en 1832, prêtre ; 5° Autre Pierre de Labrousse de Brognac, propriétaire ; 6° Suzanne de Labrousse de Brognac, religieuse ; 7° Françoise de Labrousse de Brognac, mariée d'après acte du 12 novembre 1776, avec Pierre Desbordes, bourgeois ; 8° Marie de Labrousse de Brognac, mariée d'après acte du 15 septembre 1788, avec Pierre Aymard, notaire.

V. — Jean-Baptiste Labrousse-Brognac, né en 1752, décédé en 1816, maître de forges, maire de Dournazac, marié d'après acte du 9 octobre 1776, avec Thérèse Rozier, d'où : 1° Pierre Labrousse-Brognac, qui suit ; 2° Autre Pierre Labrousse-Brognac, vélite de la garde ; 3° Jean-Ignace Labrousse-Brognac, officier d'infanterie ; 4° Jeanne Labrousse-Brognac, mariée d'après acte du 1 février 1796, avec Jean Eyriaud, propriétaire.

VI. — Pierre Labrousse-Brognac, né en 1779, décédé en 1857, propriétaire, marié d'après acte du 6 octobre 1807, avec Marie Moulin-Lagrange, d'où : 1° Jacques-Émile Labrousse Brognac, notaire ; 2° Jean-Baptiste-Eugène Labrousse-Brognac, propriétaire ; 3° Jean-Baptiste Labrousse-Brognac, commis des contributions indirectes ; 4° Anne Labrousse-Brognac, mariée d'après acte du 24 février 1848, avec Françoise Delage, négociant ; 5° Jeanne-Eugénie Labrousse-Brognac, mariée d'après acte du 25 mars 1835, avec Pierre Teytut de La Jarrige, propriétaire.

Archives départementales

1700. — Transaction, après arbitrage du comte de Brassac, de MM. de Fleurac et Sauvo du Bousquet, conseiller au présidial, qui fixe à 4.010 livres ce qui reste dû à François de Gelinard, chevalier, comte de Varaize, seigneur de Malaville, colonel d'infanterie, demeurant au château de Malaville, comme ayant les droits de Marguerite de la Brousse, veuve d'Hercule de Crevant, marquis de Cingé, par Mathieu de la Brousse, sieur du Mazet, et Louis de La Brousse, sieur de Brognac, y demeurant, paroisse de Teyjat; sur la succession du père de ladite Marguerite.

1730. — Contrat de mariage entre Joseph de La Brousse, écuyer, seigneur de Veaubrunet, ancien garde du corps du roi, gouverneur de la ville de La Rochefoucauld, fils de Joseph, écuyer, seigneur de Veaubrunet, ancien officier au régiment de Bretagne, et de feue Catherine Valleteau de Nouillac; et Marie Favret de Rochecorail, fille de Michel Favret du Pommeau, seigneur de Rochecorail et de La Breuillerie, directeur général des aides en l'élection d'Angoulême, et de feue Marguerite Pigornet.

Bibliothèque généalogique

• Pierre Bureau, Les émigrés charentais, 1791-1814, 2003.

Labrousse de Mirebeau Joseph Philippe, fils de Joseph et de Marie Favret du Pommeau, né le 16-12-1773 à Teyjat (Dordogne). Le 9 prairial an X, devant le préfet de la Charente, sa mère déclara «qu'ayant quitté la maison paternelle au commencement de la Révolution, il avait été prévenu d'émigration et inscrit sur la liste des émigrés du département de la Dordogne ou il résidait alors avec ses père et mère ; que n'ayant point reçu de ses nouvelles depuis un laps de temps assez considérable, elle avait lieu de croire, et après des nouvelles particulières, qu'il était décédé, sans cependant en avoir aucune certitude, et qu'elle faisait la présente déclaration en vue d'obtenir acte d'amnestie pour sondit fils». Le 30 nivôse an XI, le ministre de la Police générale écrivait au préfet de la Charente : si le fils est vivant, c'est à lui de faire sa déclaration ; s'il est mort, qu'on fournisse la preuve de son décès - rien de plus au dossier (Q XII/33 - F7/5979). Joseph Labrousse de Mirebeau, père du précédent, dt à Angoulême et inscrit sur la liste des émigrés du département de la Gironde, fut rayé définitivement de cette liste par arrêté du Directoire exécutif du 4 messidor an V (F7/5979).

• Louis Desgraves, Inventaire des documents manuscrits des fonds Montesquieu de la Bibliothèque municipale de Bordeaux, 1998.

Extrait (30 juin 1644) d'une reconnaissance consentie en faveur de Jean de Labrousse, seigneur de Miribaut, à Martillac. Baptême de Joseph, fils de Jean de Gaufreteau, écuyer, et de Gratienne Darriet; parrain : Joseph de Labrousse, écuyer, sr de Broignac ; marraine : Jeanne Darriet (1er décembre 1668). Dénombrement (23 août 1669) rendu par Etienne de la Brousse, seigneur de Magnac, en qualité de sieur de la maison noble de Mirebaut située à Martillac. Acte de blâme (18 février 1719) adressé par Montesquieu à Joseph Delbrousse, sieur de Brogniat, habitant de la paroisse de Texjat en Périgord, relatif au dénombrement de la maison noble de Mirebaut à Martillac à lui signifié le 1er février 1718.

• Jacques Dubourg, La révolte des croquants, les chefs des révoltes populaires dans le Périgord du XVIIe siècle, 2010.

Jean Pineau, chef croquant, est parfois désigné dans certains textes comme « Pineau le Jeune » ou même parfois comme Pierre Pineau. En 1638, alors qu'il était condamné comme criminel de lèse-majesté et auteur de sédition, il fut fait prisonnier par le vice-sénéchal de Périgord, Jean de La Brousse, seigneur de Brougnac. Ce dernier fut averti qu'on devait l'attaquer alors qu'il se dirigeait vers Périgueux ; il changea d'itinéraire pour éviter tout danger, mais alors qu'il traversait une zone boisée, il fut assailli de toutes parts et roué de coups, tout comme plusieurs de ses archers, dans le hameau de la Papussonne, commune de Marsaneix. Ceux qui l'accompagnaient crurent leur prisonnier mort. Ils perdirent tout courage et l'abandonnèrent. Ainsi, Pineau, qui n'était que blessé, en profita pour s'enfuir, mais il fut bientôt rattrapé et condamné comme « criminel de lèse-majesté, auteur de sédition » ayant participé aux expéditions menées par « les voleurs et les croquants ». Il fut supplicié en 1638 et décapité à Périgueux. L'intendant de justice Foullé, qui avait assisté à son procès, prétendit qu'en mourant il avait abjuré le protestantisme et d'huguenot était devenu catholique. Voici ce qu'en effet Pierre de Bessot, contemporain, disait de ces événements dans son livre de raison : « En 1638, Mons. Le vice-sénéchal nommé Brinniac fut tué à La Papussonne, bien proche d'Égliseneuve-du-Souc, conduisant un prisonnier nommé Pineau, fils d'un ministre de Bergerac, lequel s'évada pour lors mais fut bientôt après supplicié, ayant été condamné comme criminel de lèse-majesté, comme auteur de sédition et participant avec les voleurs et croquans. M. de Foullé, intendant de justice, étant à son procès dans la chambre et croit-on que d'huguenot en mourant il se fit catholique. »

• Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, 1874.

Le 26 avril 1793, devant Gaboriaud, notaire à Jarnac, Charlotte de Raynaud, tant en son nom que comme fondée de procuration de son mari, vendit la terre et le château de Gondeville, moyennant deux cent trois mille livres, à Pierre Marchais de La Berge et Jean Marchais de La Berge, son fils aîné, négociants à Angoulême. Après ceux-ci, Gondeville passa en 1820 à Meunier, négociant à Jarnac, en 1825 à Philippe-Joseph-Louis-Vincent-Hercule Labrousse de Mirebeau, ancien garde du corps du roi, domicilié à Angoulême, en 1837 à Gabriel de Frétard, demeurant à Vibrac. Le possesseur actuel, M. Raby, a acquis en 1865 de Mme Marie-Anne-Agalhe-Adèle-Estelle de La Charlonnie, veuve de Gabriel de Frétard, demeurant à Gondeville, et de sa fille Mlle Anne Gabrielle de Frétard, épouse de M. François-Eusèbe Piet.

Liens web

- La paroisse de Teyjat.