27 août 2015

Guimbelot

Chronique familiale de François GUIMBELOT de MONPLAISIR

L'histoire de François et de ses descendants a été établie sur 7 générations.

Génération.1

François GUIMBELOT voit le jour vers 1645. Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Sieur de La Tour et d'Anne SAUVO. François sera Avocat. Il s'unit avec Anne BENOIST -, la fille légitime de Roch BENOIST et de Françoise JOLLY. Ce couple aura cinq enfants : - Catherine née en 1682. - François né en 1684. - Jeanne née vers 1694. - Jean né en 1699. - Marie née à une date inconnue. Ils se marient le mardi 22 novembre 1678 à Angoulême (16). François GUIMBELOT est décédé le mardi 1 juillet 1710, à l'âge de 65 ans environ, à Montbron (16).

Génération.2

1

Catherine GUIMBELOT est née le jeudi 5 mars 1682 à Périgueux (24). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Avocat, âgé de 37 ans environ et d'Anne BENOIST. Elle s'unit avec Pierre EYMARD (-1743), Docteur en médecine, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 10 mai 1718 à Périgueux (24). Catherine GUIMBELOT est décédée le lundi 25 avril 1740, à l'âge de 58 ans, à Périgueux (24).

2

François GUIMBELOT voit le jour le lundi 28 février 1684 à Périgueux (24). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Avocat, âgé de 39 ans environ et d'Anne BENOIST. A sa naissance, il a une soeur Catherine (née en 1682). François sera Avocat. Il s'unit avec Jeanne DUROUSSEAU -, la fille légitime de François DUROUSSEAU et de Renée DECOURSELLE. Ce couple aura deux enfants : - Anne née en 1726. - Elisabeth née à une date inconnue.

3

Jeanne GUIMBELOT est née vers 1694. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Avocat, âgé de 49 ans environ et d'Anne BENOIST. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Catherine (née en 1682), François (né en 1684). Elle s'unit avec Jean DOUDET (~ 1683-1763), Sieur des Sous, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Jacques né vers 1723. Ils se marient le mercredi 1 février 1719 à Eymouthiers (16). Jeanne GUIMBELOT est décédée le mardi 20 mai 1732, à l'âge de 38 ans environ, à Eymouthiers (16).

4

Jean GUIMBELOT voit le jour le lundi 2 mars 1699 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Avocat, âgé de 54 ans environ et d'Anne BENOIST. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Catherine (née en 1682), François (né en 1684), Jeanne (née vers 1694). Jean sera Sieur de Monplaisir. Il s'unit avec Anne SARDAIN (~ 1707-1739), la fille légitime de Mathieu SARDAIN et de Catherine AULTIER. Ce couple aura deux enfants : - Gabriel né en 1726. - Anne née en 1729. Ils se marient le mardi 21 août 1725 à Montbron (16). Jean GUIMBELOT est décédé en 1730, à l'âge de 30 ans.

5

Marie GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Avocat et d'Anne BENOIST. Elle s'unit avec Pierre de LAPEYRE (1676-1742), Avocat, le fils légitime de Jean de LAPEYRE et de Françoise de LABROUSSE. Ce couple aura quatre enfants : - Thibaud né en 1716. - Marie née vers 1720. - Jeanne née vers 1725. - Anne née à une date inconnue. Ils se marient le jeudi 4 février 1712 à Eymouthiers (16).

Génération.3

2.1

Anne GUIMBELOT est née le vendredi 11 janvier 1726 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Avocat, âgé de 41 ans et de Jeanne DUROUSSEAU. Elle s'unit avec Nicolas DUROUSSEAU (~ 1724-1792), Docteur en médecine, le fils légitime de Laurent DUROUSSEAU et de Marie CRESPIN de SAINT-ROMAIN. Ce couple aura quatre enfants : - Marie née vers 1751. - Jean né vers 1755. - Catherine née vers 1759. - Jean Martial né à une date inconnue. Ils se marient le lundi 26 février 1748 à Eymouthiers (16). Anne GUIMBELOT est décédée le jeudi 8 février 1776, à l'âge de 50 ans, à Montbron (16).

2.2

Elisabeth GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Avocat et de Jeanne DUROUSSEAU. Elle s'unit avec Gabriel GUIMBELOT (1726-1761), Bourgeois, le fils légitime de Jean GUIMBELOT et d'Anne SARDAIN. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 8 février 1747 à Eymouthiers (16).

3.1

Jacques DOUDET voit le jour vers 1723. Il est le fils légitime de Jean DOUDET, Sieur des Sous, âgé de 39 ans environ et de Jeanne GUIMBELOT, âgée de 28 ans environ. Jacques sera Sieur des Sous. Il s'unit avec Catherine d'ALBIAC -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura trois enfants : - François né en 1749. - Anne née à une date inconnue. - Anne née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 27 janvier 1745 à Meilhac (87). Jacques DOUDET est décédé le samedi 10 mai 1783, à l'âge de 60 ans environ, à Ladignac-le-Long (87).

4.1

Gabriel GUIMBELOT voit le jour le samedi 9 novembre 1726 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Jean GUIMBELOT, Sieur de Monplaisir, âgé de 27 ans et d'Anne SARDAIN, âgée de 19 ans environ. Gabriel sera Bourgeois. Il s'unit avec Elisabeth GUIMBELOT -, la fille légitime de François GUIMBELOT et de Jeanne DUROUSSEAU. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 8 février 1747 à Eymouthiers (16). Il s'unit avec Magdeleine de LABROUSSE (1726-1794), la fille légitime de Jean de LABROUSSE et de Magdeleine DUPEYROUX. Ce couple aura deux enfants : - François né en 1750. - Jeanne née en 1751. Ils se marient le lundi 4 août 1749 à Nontron (24). Gabriel GUIMBELOT est décédé le mardi 1 décembre 1761, à l'âge de 35 ans, à Eymouthiers (16).

4.2

Anne GUIMBELOT est née le lundi 1 août 1729 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de Jean GUIMBELOT, Sieur de Monplaisir, âgé de 30 ans et d'Anne SARDAIN, âgée de 22 ans environ. A sa naissance, elle a un frère Gabriel (né en 1726). Elle s'unit avec Guillaume MAZIÈRE (1724-1798), Bourgeois, le fils légitime de Dauphin MAZIÈRE et de Marie BOYER. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 9 janvier 1748 à Javerlhac (24). Anne GUIMBELOT est décédée le mardi 26 janvier 1751, à l'âge de 21 ans, à Nontron (24).

5.1

Thibaud de LAPEYRE voit le jour le vendredi 30 octobre 1716 à Javerlhac (24). Il est le fils légitime de Pierre de LAPEYRE, Avocat, âgé de 40 ans et de Marie GUIMBELOT. Thibaud sera Sieur de Mensignac. Il s'unit avec Marie DUPORT (~ 1727-1817), la fille légitime de Pierre DUPORT et de Françoise CULTAL. Ce couple aura quatre enfants : - Marie née vers 1746. - Thibaud né en 1752. - Marie née vers 1756. - Pierre né vers 1756. Thibaud de LAPEYRE est décédé le dimanche 17 janvier 1768, à l'âge de 51 ans, à Javerlhac (24).

5.2

Marie de LAPEYRE est née vers 1720. Elle est la fille légitime de Pierre de LAPEYRE, Avocat, âgé de 43 ans environ et de Marie GUIMBELOT. A sa naissance, elle a un frère Thibaud (né en 1716). Elle s'unit avec Pierre GIROUD -, Sieur Desmaret, le fils légitime d'Annet GIROUD et de Catherine ROUSSEAU. Ce couple aura quatre enfants : - Thibaud né vers 1743. - Sicaire né vers 1747. - Françoise née à une date inconnue. - Madeleine née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 8 janvier 1742 à Saint-Martin-le-Pin (24). Marie de LAPEYRE est décédée le dimanche 9 juin 1765, à l'âge de 45 ans environ, à Nontron (24).

5.3

Jeanne de LAPEYRE est née vers 1725. Elle est la fille légitime de Pierre de LAPEYRE, Avocat, âgé de 48 ans environ et de Marie GUIMBELOT. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Thibaud (né en 1716), Marie (née vers 1720). Elle s'unit avec Charles FEUILLADE -, Maître de forges, le fils légitime de Jean FEUILLADE et de Jeanne BELLIQUET. Ce couple aura un enfant : - Pierre né vers 1749. Ils se marient le mardi 7 novembre 1747 à Javerlhac (24). Jeanne de LAPEYRE est décédée le lundi 7 juillet 1777, à l'âge de 52 ans environ, à Nontron (24).

5.4

Anne de LAPEYRE est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Pierre de LAPEYRE, Avocat et de Marie GUIMBELOT. Elle s'unit avec Jean FORESTIER -, Bourgeois, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 17 mai 1735 à Périgueux (24).

Génération.4

2.1.1

Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE est née vers 1751. Elle est la fille légitime de Nicolas DUROUSSEAU, Docteur en médecine, âgé de 27 ans environ et d'Anne GUIMBELOT, âgée de 24 ans environ. Elle s'unit avec Jacques Antoine THIBAUD -, Maître de forges, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Marie née à une date inconnue. - Jacques né à une date inconnue. Ils se marient le mardi 25 octobre 1774 à Montbron (16). Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE est décédée le dimanche 4 mars 1827, à l'âge de 76 ans environ, à La Rochefoucauld (16).

2.1.2

Jean DUROUSSEAU-LAGRANGE voit le jour vers 1755. Il est le fils légitime de Nicolas DUROUSSEAU, Docteur en médecine, âgé de 31 ans environ et d'Anne GUIMBELOT, âgée de 28 ans environ. A sa naissance, il a une soeur Marie (née vers 1751). Jean sera Médecin, agent municipal d'Eymouthiers. Il s'unit avec Thérèse Rose GLACE (~ 1763-1833), la fille légitime de Charles GLACE et de Marie de LACOUR. Ce couple aura deux enfants : - Marie née vers 1781. - Charles François né en 1781. Ils se marient le lundi 30 août 1779 à Angoulême (16). Jean DUROUSSEAU-LAGRANGE est décédé le mercredi 13 mai 1801, à l'âge de 46 ans environ, à Montbron (16).

2.1.3

Catherine DUROUSSEAU-LAGRANGE est née vers 1759. Elle est la fille légitime de Nicolas DUROUSSEAU, Docteur en médecine, âgé de 35 ans environ et d'Anne GUIMBELOT, âgée de 32 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie (née vers 1751), Jean (né vers 1755). Elle s'unit avec Louis SAUVO (1767-1836), Propriétaire, le fils légitime de Simon SAUVO et d'Elisabeth BLANCHARD. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le dimanche 7 août 1796 à Montbron (16). Catherine DUROUSSEAU-LAGRANGE est décédée le dimanche 30 juillet 1809, à l'âge de 50 ans environ, à Montbron (16).

2.1.4

Jean Martial DUROUSSEAU-LAGRANGE voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Nicolas DUROUSSEAU, Docteur en médecine et d'Anne GUIMBELOT. Jean sera Prêtre.

3.1.1

François DOUDET voit le jour le dimanche 20 avril 1749 à Meilhac (87). Il est le fils légitime de Jacques DOUDET, Sieur des Sous, âgé de 26 ans environ et de Catherine d'ALBIAC. François sera Bourgeois. Il s'unit avec Marguerite FLEURAT (1755-1793), la fille légitime de Pierre FLEURAT et de Françoise VIDAUD. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 24 août 1772 à La Chapelle-Montbrandeix (87). François DOUDET est décédé en 1794, à l'âge de 44 ans.

3.1.2

Anne DOUDET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jacques DOUDET, Sieur des Sous et de Catherine d'ALBIAC. Elle s'unit avec Michel MAUD -, Bourgeois, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 14 janvier 1772 à Meilhac (87).

3.1.3

Anne DOUDET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jacques DOUDET, Sieur des Sous et de Catherine d'ALBIAC. Elle s'unit avec Pierre ROUX -, Bourgeois, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 3 mars 1783 à Ladignac-le-Long (87).

4.1.1b

François GUIMBELOT voit le jour le samedi 2 mai 1750 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Gabriel GUIMBELOT, Bourgeois, âgé de 23 ans et de Magdeleine de LABROUSSE, âgée de 24 ans. François sera Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers. Il s'unit avec Jeanne PLANTY (1758-1797), la fille légitime de François PLANTY et de Jeanne LÉGIER. Ce couple aura dix enfants : - François Nicolas né en 1776. - Jacques Abraham né en 1779. - Jeanne née en 1781. - Jacques né en 1782. - Nicolas né en 1784. - Anne Julie née en 1785. - Nicolas né en 1786. - Françoise née en 1790. - François né en 1791. - Jacques né en 1792. Ils se marient le mardi 9 janvier 1776 à Saint-Germain-de-Montbron (16). François GUIMBELOT est décédé le mercredi 29 novembre 1815, à l'âge de 65 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.2b

Jeanne GUIMBELOT est née le lundi 5 avril 1751 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de Gabriel GUIMBELOT, Bourgeois, âgé de 24 ans et de Magdeleine de LABROUSSE, âgée de 25 ans. A sa naissance, elle a un frère François (né en 1750). Elle s'unit avec Jacques Abraham PLANTY (1762-1831), Aubergiste, le fils légitime de François PLANTY et de Jeanne LÉGIER. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 8 janvier 1782 à Eymouthiers (16). Jeanne GUIMBELOT est décédée le jeudi 10 mai 1798, à l'âge de 47 ans, à Eymouthiers (16).

5.1.1

Marie LAPEYRE-MENSIGNAC est née vers 1746. Elle est la fille légitime de Thibaud de LAPEYRE, Sieur de Mensignac, âgé de 29 ans environ et de Marie DUPORT, âgée de 19 ans environ. Elle s'unit avec Pierre BOURINET (~ 1742-1787), Sieur des Combes, le fils légitime de François BOURINET et de Françoise de MASFRAND. Ce couple aura un enfant : - Pierre Bonaventure né à une date inconnue. Ils se marient le mardi 26 septembre 1780 à Montbron (16). Marie LAPEYRE-MENSIGNAC est décédée le mardi 13 mai 1828, à l'âge de 82 ans environ, à Varaignes (24).

5.1.2

Thibaud LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour le jeudi 27 janvier 1752 à Javerlhac (24). Il est le fils légitime de Thibaud de LAPEYRE, Sieur de Mensignac, âgé de 35 ans et de Marie DUPORT, âgée de 25 ans environ. A sa naissance, il a une soeur Marie (née vers 1746). Thibaud sera Notaire, juge de paix. Il s'unit avec Anne BERNARD-DESJARTRES (1771-1864), la fille légitime de Thomas BERNARD et de Marie Simone RABY. Ce couple aura un enfant : - Pierre né en 1796. Ils se marient le mardi 25 mars 1794 au Bourdeix (24). Thibaud LAPEYRE-MENSIGNAC est décédé le lundi 11 décembre 1826, à l'âge de 74 ans, à Javerlhac (24).

5.1.3

Marie LAPEYRE-MENSIGNAC est née vers 1756. Elle est la fille légitime de Thibaud de LAPEYRE, Sieur de Mensignac, âgé de 39 ans environ et de Marie DUPORT, âgée de 29 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie (née vers 1746), Thibaud (né en 1752). Marie sera Religieuse. Marie LAPEYRE-MENSIGNAC est décédée le dimanche 17 mai 1840, à l'âge de 84 ans environ, à Montbron (16).

5.1.4

Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour vers 1756. Il est le fils légitime de Thibaud de LAPEYRE, Sieur de Mensignac, âgé de 39 ans environ et de Marie DUPORT, âgée de 29 ans environ. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Marie (née vers 1746), Thibaud (né en 1752). Pierre sera Propriétaire, célibataire. Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC est décédé le mercredi 10 septembre 1851, à l'âge de 95 ans environ, à Montbron (16).

5.2.1

Thibaud GIROUD-DESMARET voit le jour vers 1743. Il est le fils légitime de Pierre GIROUD, Sieur Desmaret et de Marie de LAPEYRE, âgée de 23 ans environ. Thibaud sera Prêtre. Thibaud GIROUD-DESMARET est décédé le mercredi 3 octobre 1827, à l'âge de 84 ans environ, à Chevanceaux (17).

5.2.2

Sicaire GIROUD-DESMARET voit le jour vers 1747. Il est le fils légitime de Pierre GIROUD, Sieur Desmaret et de Marie de LAPEYRE, âgée de 27 ans environ. A sa naissance, il a un frère Thibaud (né vers 1743). Sicaire sera Prêtre. Sicaire GIROUD-DESMARET est décédé le mardi 3 avril 1827, à l'âge de 80 ans environ, à Saint-Médard (64).

5.2.3

Françoise GIROUD-DESMARET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Pierre GIROUD, Sieur Desmaret et de Marie de LAPEYRE. Elle s'unit avec Jean de LAJAMME (1748-1809), Sieur de Belleville, le fils légitime de Guy de LAJAMME et de Marguerite THOMAS. Ce couple aura cinq enfants : - Thibaud né en 1777. - Charlotte née en 1778. - Simon né en 1788. - Jean né en 1793. - Catherine née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 8 novembre 1775 à Bussière-Badil (24).

5.2.4

Madeleine GIROUD-DESMARET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Pierre GIROUD, Sieur Desmaret et de Marie de LAPEYRE. Madeleine sera Célibataire.

5.3.1

Pierre FEUILLADE voit le jour vers 1749. Il est le fils légitime de Charles FEUILLADE, Maître de forges et de Jeanne de LAPEYRE, âgée de 24 ans environ. Pierre sera Avocat. Il s'unit avec Jeanne PASTOUREAU -, la fille légitime de François PASTOUREAU et de Marguerite BOYER. Ce couple aura deux enfants : - Marguerite née en 1794. - Adèle née en 1795. Ils se marient le mardi 24 avril 1787 à Nontron (24). Pierre FEUILLADE est décédé le jeudi 7 septembre 1826, à l'âge de 77 ans environ, à Nontron (24).

Génération.5

2.1.1.1

Marie THIBAUD est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jacques Antoine THIBAUD, Maître de forges et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE. Elle s'unit avec Laurent BÉRAUD -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 24 septembre 1805 à La Rochefoucauld (16).

2.1.1.2

Jacques THIBAUD voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Jacques Antoine THIBAUD, Maître de forges et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE. Jacques sera Propriétaire.

2.1.2.1

Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE est née vers 1781. Elle est la fille légitime de Jean DUROUSSEAU-LAGRANGE, Médecin, agent municipal d'Eymouthiers, âgé de 26 ans environ et de Thérèse Rose GLACE, âgée de 18 ans environ. Elle s'unit avec Gabriel MONGIN (~ 1780-1862), Receveur des domaines, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura cinq enfants : - Richard né vers 1806. - Jean Astolphe né vers 1812. - Charles François né à une date inconnue. - Elise née à une date inconnue. - Gabrielle née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 17 décembre 1804 à Montbron (16). Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE est décédée le dimanche 5 juin 1853, à l'âge de 72 ans environ, à Poitiers (86).

2.1.2.2

Charles François DUROUSSEAU-LAGRANGE voit le jour le mercredi 27 juin 1781 à Montbron (16). Il est le fils légitime de Jean DUROUSSEAU-LAGRANGE, Médecin, agent municipal d'Eymouthiers, âgé de 26 ans environ et de Thérèse Rose GLACE, âgée de 18 ans environ. A sa naissance, il a une soeur Marie (née vers 1781). Charles sera Capitaine d'infanterie, chevalier de la Légion d'honneur. Charles F. DUROUSSEAU-LAGRANGE est décédé le vendredi 11 décembre 1857, à l'âge de 76 ans, à Angoulême (16).

4.1.1b.1

François Nicolas GUIMBELOT voit le jour le mardi 17 décembre 1776 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 26 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 18 ans. François sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie GUERRY-LASSAIGNE (1776-1823), la fille légitime de Jacques GUERRY et de Mauricette LÉRIGET. Ce couple aura quatre enfants : - Marie Mauricette née en 1807. - Anne Julie née vers 1809. - Madeleine née vers 1811. - Anne née en 1815. Ils se marient le mardi 2 décembre 1806 à Eymouthiers (16). François N. GUIMBELOT est décédé le vendredi 19 avril 1833, à l'âge de 56 ans, à Saint-Sornin (16).

4.1.1b.2

Jacques Abraham GUIMBELOT voit le jour le jeudi 7 janvier 1779 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 28 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 20 ans. A sa naissance, il a un frère François Nicolas (né en 1776). Jacques sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie Madeleine LÉRIGET (~ 1777-1837), la fille légitime de Pierre LÉRIGET et de Madeleine SAUVO. Ce couple aura un enfant : - Pierre né vers 1810. Ils se marient le dimanche 28 juillet 1805 à Montbron (16). Jacques A. GUIMBELOT est décédé le jeudi 27 juin 1861, à l'âge de 82 ans, à Rancogne (16).

4.1.1b.3

Jeanne GUIMBELOT est née le mercredi 9 mai 1781 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 31 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 23 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779). Elle s'unit avec Jean ALLAFORT (1784-1828), Aubergiste, le fils légitime de Léonard ALLAFORT et de Catherine BOURINET. Ce couple aura un enfant : - Léonard né en 1817. Ils se marient le lundi 19 août 1816 à Eymouthiers (16). Jeanne GUIMBELOT est décédée le vendredi 24 mai 1833, à l'âge de 52 ans, à Étouars (24).

4.1.1b.4

Jacques GUIMBELOT-MONPLAISIR voit le jour le lundi 22 avril 1782 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 31 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 24 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781). Jacques sera Propriétaire, agriculteur, maire d'Eymouthiers. Il s'unit avec Marie Minette DURAND (1800-1859), la fille légitime de Jean DURAND et de Marie POITEVIN. Ce couple aura trois enfants : - Marie Adeline née en 1819. - Étienne né en 1824. - François né en 1828. Ils se marient le mardi 7 janvier 1817 à Chazelles (16). Jacques GUIMBELOT-MONPLAISIR est décédé le samedi 31 janvier 1857, à l'âge de 74 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.5

Nicolas GUIMBELOT voit le jour le dimanche 4 avril 1784 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 33 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782). Nicolas sera Chef de bataillon, maire d'Eymouthiers, chevalier de la Légion d'honneur. Il s'unit avec Marie DEREIX (1796-1859), la fille légitime de Jean DEREIX et de Simone RENON. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 27 juillet 1819 à Garat (16). Nicolas GUIMBELOT est décédé le samedi 18 octobre 1862, à l'âge de 78 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.6

Anne Julie GUIMBELOT est née le samedi 4 juin 1785 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 35 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 27 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782), Nicolas (né en 1784). Elle s'unit avec Antoine LABRÉGÈRE (1783-1852), Propriétaire, le fils légitime de Léonard LABRÉGÈRE et de Françoise DEGORCE. Ce couple aura un enfant : - Pierre né vers 1817. Ils se marient le mercredi 5 juin 1816 à Eymouthiers (16). Anne J. GUIMBELOT est décédée le vendredi 27 janvier 1843, à l'âge de 57 ans, à Vitrac (16).

4.1.1b.7

Nicolas GUIMBELOT-PLANTILLET voit le jour le dimanche 28 mai 1786 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 36 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 28 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782), Nicolas (né en 1784), Anne Julie (née en 1785). Nicolas sera Célibataire. Nicolas GUIMBELOT-PLANTILLET est décédé le jeudi 26 août 1819, à l'âge de 33 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.8

Françoise GUIMBELOT est née le samedi 8 mai 1790 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 40 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 32 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782), Nicolas (né en 1784), Anne Julie (née en 1785), Nicolas (né en 1786). Elle s'unit avec Jean Baptiste DEGORCE (1789-1838), Propriétaire, le fils légitime de Louis DEGORCE et de Françoise POITIER. Ce couple aura un enfant : - Françoise née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 20 janvier 1817 à Eymouthiers (16). Elle s'unit avec Joseph GENEUVRE -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le jeudi 3 décembre 1846 à Marillac-le-Franc (16). Françoise GUIMBELOT est décédée le vendredi 9 novembre 1866, à l'âge de 76 ans, à La Rochefoucauld (16).

4.1.1b.9

François GUIMBELOT-DUMAINE voit le jour le samedi 13 août 1791 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 41 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 33 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782), Nicolas (né en 1784), Anne Julie (née en 1785), Nicolas (né en 1786), Françoise (née en 1790). François sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie Estelle DESTHÈVES (~ 1800-1867), la fille légitime de Jacques DESTHÈVES et d'Anne MOREAU. Ce couple aura cinq enfants : - Clarice Rose née vers 1822. - Anne née en 1824. - Nicolas Alfred né en 1835. - Marie née à une date inconnue. - Anne née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 17 février 1819 à Videix (87). François GUIMBELOT-DUMAINE est décédé le vendredi 26 avril 1850, à l'âge de 58 ans, à Videix (87).

4.1.1b.10

Jacques GUIMBELOT voit le jour le mardi 25 septembre 1792 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT, Bourgeois, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 42 ans et de Jeanne PLANTY, âgée de 34 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : François Nicolas (né en 1776), Jacques Abraham (né en 1779), Jeanne (née en 1781), Jacques (né en 1782), Nicolas (né en 1784), Anne Julie (née en 1785), Nicolas (né en 1786), Françoise (née en 1790), François (né en 1791). Jacques sera Propriétaire, rentier. Il s'unit avec Marie Guillermine GROS-DESVAUD (~ 1790-1859), la fille légitime de Léonard GROS-DESVAUD et de Thérèse de MASFRAND. Ce couple aura cinq enfants : - Michel Numa né en 1821. - Charles François né en 1825. - Frédéric Nicolas né en 1828. - Marie Adèle née vers 1831. - Anne née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 27 décembre 1820 à Montemboeuf (16). Jacques GUIMBELOT est décédé le jeudi 16 octobre 1856, à l'âge de 64 ans, à Bussière-Badil (24).

5.1.1.1

Pierre Bonaventure BOURINET voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Pierre BOURINET, Sieur des Combes et de Marie LAPEYRE-MENSIGNAC. Pierre sera Percepteur. Il s'unit avec Jeanne Guillemine BOYER (~ 1784-1833), la fille légitime de Geoffroy BOYER et de Marie PASTOUREAU. Ce couple aura quatre enfants : - Geoffroy né vers 1801. - Thomas né vers 1804. - Geoffroy né à une date inconnue. - François né à une date inconnue. Ils se marient le lundi 13 mai 1799 à Varaignes (24).

5.1.2.1

Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour le jeudi 20 octobre 1796 à Javerlhac (24). Il est le fils légitime de Thibaud LAPEYRE-MENSIGNAC, Notaire, juge de paix, âgé de 44 ans et d'Anne BERNARD-DESJARTRES, âgée de 24 ans. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Françoise Pauline MACARY-LAGRELIÈRE (1806-1879), la fille légitime de Jean Baptiste MACARY-LAGRELIÈRE et de Catherine TOUYERAS-LATROUBADIE. Ce couple aura deux enfants : - Pierre Armand né en 1829. - Jean Baptiste Édouard né à une date inconnue. Ils se marient le mardi 19 avril 1825 à Étouars (24). Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC est décédé le dimanche 25 juillet 1880, à l'âge de 83 ans, à Javerlhac (24).

5.2.3.1

Thibaud de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le vendredi 7 février 1777 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jean de LAJAMME, Sieur de Belleville, âgé de 28 ans et de Françoise GIROUD-DESMARET. Thibaud sera Percepteur. Il s'unit avec Magdelaine GROS-DESVAUD (~ 1795-1844), la fille légitime de Michel GROS-DESVAUD et de Marie Anne DAVID de BOISMORAND. Ce couple aura trois enfants : - Elisabeth Elise née en 1811. - Jacques Hector né en 1812. - Marie Clara née en 1822. Ils se marient le mardi 15 mai 1810 à Busserolles (24).

5.2.3.2

Charlotte de LAJAMME de BELLEVILLE est née le mercredi 18 février 1778 à Bussière-Badil (24). Elle est la fille légitime de Jean de LAJAMME, Sieur de Belleville, âgé de 29 ans et de Françoise GIROUD-DESMARET. A sa naissance, elle a un frère Thibaud (né en 1777). Elle s'unit avec Bernard MOUMIET (1785-1859), Chirurgien militaire, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Françoise née à une date inconnue. - Augustin Sicaire né à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 26 octobre 1814 à Saint-Médard (64). Charlotte de LAJAMME de BELLEVILLE est décédée le dimanche 17 mars 1833, à l'âge de 55 ans, à Saint-Médard (64).

5.2.3.3

Simon de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le samedi 20 décembre 1788 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jean de LAJAMME, Sieur de Belleville, âgé de 40 ans et de Françoise GIROUD-DESMARET. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Thibaud (né en 1777), Charlotte (née en 1778). Simon sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie DEREIX (1786-1865), la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 14 août 1813 à Léguillac-de-Cercles (24).

5.2.3.4

Jean de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le mardi 3 septembre 1793 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jean de LAJAMME, Sieur de Belleville, âgé de 44 ans et de Françoise GIROUD-DESMARET. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Thibaud (né en 1777), Charlotte (née en 1778), Simon (né en 1788). Jean sera Propriétaire. Il s'unit avec Catherine BOISSIER-DESCOMBES (~ 1793-1821), la fille légitime de Roch BOISSIER-DESCOMBES et de Jeanne OVY. Ce couple aura un enfant : - Roch Antoine né en 1819. Ils se marient le mercredi 20 août 1817 à Mansle (16). Il s'unit avec Marie Anne Aminthe BEAUMIER (1798-1873), la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Joseph né à une date inconnue. Ils se marient le mardi 8 février 1825 à Benest (16). Jean de LAJAMME de BELLEVILLE est décédé le mercredi 30 avril 1879, à l'âge de 85 ans, à Malétable (61).

5.2.3.5

Catherine de LAJAMME de BELLEVILLE est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jean de LAJAMME, Sieur de Belleville et de Françoise GIROUD-DESMARET. Elle s'unit avec Jean GROS-DESVAUD -, Propriétaire, le fils légitime de Michel GROS-DESVAUD et de Marie Anne DAVID de BOISMORAND. Ce couple aura un enfant : - Thibaud né vers 1811. Ils se marient le lundi 19 mai 1806 à Busserolles (24).

5.3.1.1

Marguerite FEUILLADE est née le vendredi 25 juillet 1794 à Nontron (24). Elle est la fille légitime de Pierre FEUILLADE, Avocat, âgé de 45 ans environ et de Jeanne PASTOUREAU. Elle s'unit avec Jean Baptiste Guillaume PASTOUREAU (1783-), Greffier, le fils légitime de Guillaume PASTOUREAU et de Marie MARCHAPT. Ce couple aura un enfant : - Pierre Guillaume né en 1814. Ils se marient le samedi 22 mai 1813 à Nontron (24).

5.3.1.2

Adèle FEUILLADE est née le lundi 2 novembre 1795 à Nontron (24). Elle est la fille légitime de Pierre FEUILLADE, Avocat, âgé de 46 ans environ et de Jeanne PASTOUREAU. A sa naissance, elle a une soeur Marguerite (née en 1794). Elle s'unit avec Guy LAPEYRONNIE (1787-), Médecin, le fils légitime de Jean LAPEYRONNIE et d'Elizabeth CULTAL. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 7 février 1816 à Nontron (24).

Génération.6

2.1.2.1.1

Richard MONGIN voit le jour vers 1806. Il est le fils légitime de Gabriel MONGIN, Receveur des domaines, âgé de 26 ans environ et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE, âgée de 24 ans environ. Richard sera Homme de lettres. Il s'unit avec Françoise Louise Philippine WÜRTH -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Augustin né en 1843. Ils se marient le dimanche 26 septembre 1841 à La Rochefoucauld (16). Richard MONGIN est décédé le lundi 16 juillet 1883, à l'âge de 77 ans environ, à Paris (75).

2.1.2.1.2

Jean Astolphe MONGIN voit le jour vers 1812. Il est le fils légitime de Gabriel MONGIN, Receveur des domaines, âgé de 31 ans environ et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE, âgée de 30 ans environ. A sa naissance, il a un frère Richard (né vers 1806). Jean sera Négociant. Il s'unit avec Françoise CONDAMY -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Charles François né à une date inconnue. - Marie Elisa née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 2 mars 1840 à Angoulême (16). Jean A. MONGIN est décédé le jeudi 26 novembre 1874, à l'âge de 62 ans environ, à Civray (86).

2.1.2.1.3

Charles François MONGIN voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Gabriel MONGIN, Receveur des domaines et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE. Charles sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie Léontine BOITEAU -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le dimanche 16 février 1834 à Eymouthiers (16).

2.1.2.1.4

Elise MONGIN est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Gabriel MONGIN, Receveur des domaines et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE. Elle s'unit avec Jean JÉMOT -, Instituteur, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 3 août 1830 à Angoulême (16).

2.1.2.1.5

Gabrielle MONGIN est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Gabriel MONGIN, Receveur des domaines et de Marie DUROUSSEAU-LAGRANGE. Elle s'unit avec Jean Baptiste BÉGOLE (1811-1869), Médecin, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le dimanche 18 mars 1838 à Eymouthiers (16).

4.1.1b.1.1

Marie Mauricette GUIMBELOT est née le mercredi 30 septembre 1807 à Saint-Sornin (16). Elle est la fille légitime de François Nicolas GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 30 ans et de Marie GUERRY-LASSAIGNE, âgée de 31 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Thomas (né en 1798), Marie Simone (née vers 1801). Elle s'unit avec Jean LABROUSSE-LESSARD (1804-1877), Propriétaire, le fils légitime de Léonard LABROUSSE-LESSARD et de Françoise BERNARD-DESJARTRES. Ce couple aura un enfant : - Anne née à une date inconnue. Ils se marient le mardi 27 novembre 1832 à Saint-Sornin (16). Marie M. GUIMBELOT est décédée le jeudi 18 août 1870, à l'âge de 62 ans, à Bussière-Badil (24).

4.1.1b.1.2

Anne Julie GUIMBELOT est née vers 1809. Elle est la fille légitime de François Nicolas GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 32 ans environ et de Marie GUERRY-LASSAIGNE, âgée de 32 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie Mauricette (née en 1807), Thomas (né en 1798), Marie Simone (née vers 1801). Elle s'unit avec Michel PARCELLIER -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 15 janvier 1840 à Saint-Sornin (16). Anne J. GUIMBELOT est décédée le lundi 13 octobre 1873, à l'âge de 64 ans environ, à Grassac (16).

4.1.1b.1.3

Madeleine GUIMBELOT est née vers 1811. Elle est la fille légitime de François Nicolas GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 34 ans environ et de Marie GUERRY-LASSAIGNE, âgée de 34 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie Mauricette (née en 1807), Anne Julie (née vers 1809), Thomas (né en 1798), Marie Simone (née vers 1801). Elle s'unit avec Guillaume LECLERC -, Marchand, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Françoise née en 1845. Ils se marient le mardi 13 juin 1843 à Marillac-le-Franc (16). Madeleine GUIMBELOT est décédée le jeudi 12 novembre 1885, à l'âge de 74 ans environ, à La Rochefoucauld (16).

4.1.1b.1.4

Anne GUIMBELOT est née le vendredi 10 février 1815 à Saint-Sornin (16). Elle est la fille légitime de François Nicolas GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 38 ans et de Marie GUERRY-LASSAIGNE, âgée de 38 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie Mauricette (née en 1807), Anne Julie (née vers 1809), Madeleine (née vers 1811), Thomas (né en 1798), Marie Simone (née vers 1801). Elle s'unit avec Jean BLANCHON -, Propriétaire, le fils légitime de Pierre BLANCHON et d'Elisabeth GUERRY. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 24 janvier 1838 à Saint-Sornin (16). Anne GUIMBELOT est décédée le mardi 24 mai 1892, à l'âge de 77 ans, à Mazerolles (16).

4.1.1b.2.1

Pierre GUIMBELOT voit le jour vers 1810. Il est le fils légitime de Jacques Abraham GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 30 ans environ et de Marie Madeleine LÉRIGET, âgée de 32 ans environ. Pierre sera Propriétaire, célibataire. Pierre GUIMBELOT est décédé le dimanche 30 juillet 1893, à l'âge de 83 ans environ, à Rancogne (16).

4.1.1b.3.1

Léonard ALLAFORT voit le jour le samedi 7 juin 1817 à Étouars (24). Il est le fils légitime de Jean ALLAFORT, Aubergiste, âgé de 33 ans et de Jeanne GUIMBELOT, âgée de 36 ans. Léonard sera Propriétaire. Il s'unit avec Jeanne COUSSY (1814-1879), la fille légitime de Pierre COUSSY et de Jeanne LAVOIX. Ce couple aura deux enfants : - Jeanne Ernestine née en 1843. - Léonard né à une date inconnue. Ils se marient le lundi 1 août 1842 à Javerlhac (24). Léonard ALLAFORT est décédé le mercredi 25 octobre 1893, à l'âge de 76 ans, à Javerlhac (24).

4.1.1b.4.1

Marie Adeline GUIMBELOT est née le dimanche 15 août 1819 à La Rochefoucauld (16). Elle est la fille légitime de Jacques GUIMBELOT-MONPLAISIR, Propriétaire, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 37 ans et de Marie Minette DURAND, âgée de 19 ans. Elle s'unit avec Thomas LABROUSSE-LESSARD (1810-1879), Propriétaire, le fils légitime de Léonard LABROUSSE-LESSARD et de Françoise BERNARD-DESJARTRES. Ce couple aura cinq enfants : - Jacques né en 1842. - Marie née en 1844. - François né en 1847. - Léonard né en 1849. - Jacques né en 1851. Ils se marient le mardi 2 juin 1840 à Eymouthiers (16). Marie A. GUIMBELOT est décédée le jeudi 27 décembre 1866, à l'âge de 47 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.2

Étienne GUIMBELOT-BEAUPRÉ voit le jour le jeudi 17 juin 1824 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Jacques GUIMBELOT-MONPLAISIR, Propriétaire, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 42 ans et de Marie Minette DURAND, âgée de 23 ans. A sa naissance, il a une soeur Marie Adeline (née en 1819). Étienne sera Propriétaire, maire d'Eymouthiers. Il s'unit avec Marguerite BALESTON (~ 1829-1909), la fille légitime de Louis BALESTON et de Marie DAVID. Ce couple aura deux enfants : - Jacques Némorin né en 1854. - Marie née en 1862. Ils se marient le dimanche 5 décembre 1852 à Eymouthiers (16). Étienne GUIMBELOT-BEAUPRÉ est décédé le samedi 12 janvier 1907, à l'âge de 82 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.3

François GUIMBELOT-MONPLAISIR voit le jour le jeudi 3 janvier 1828 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Jacques GUIMBELOT-MONPLAISIR, Propriétaire, agriculteur, maire d'Eymouthiers, âgé de 45 ans et de Marie Minette DURAND, âgée de 27 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Marie Adeline (née en 1819), Étienne (né en 1824). François sera Propriétaire. Il s'unit avec Léonarde Valérie DUVOISIN de SOUMAGNAT (1829-1866), la fille légitime de Jean Égisthe DUVOISIN de SOUMAGNAT et de Jeanne ROBERT. Ce couple aura deux enfants : - Hortense née à une date inconnue. - Pauline née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 30 juin 1856 à Cussac (87). François GUIMBELOT-MONPLAISIR est décédé le jeudi 5 juillet 1906, à l'âge de 78 ans, à Anais (16).

4.1.1b.6.1

Pierre LABRÉGÈRE voit le jour vers 1817. Il est le fils légitime d'Antoine LABRÉGÈRE, Propriétaire, âgé de 33 ans environ et d'Anne Julie GUIMBELOT, âgée de 31 ans environ. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie CALLANDREAU -, la fille légitime de Jean Félix CALLANDREAU et de Marie DEGORCE. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 28 juillet 1845 à Yvrac-et-Malleyrand (16). Pierre LABRÉGÈRE est décédé le mardi 13 février 1872, à l'âge de 55 ans environ, à Vitrac (16).

4.1.1b.8.1a

Françoise DEGORCE est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jean Baptiste DEGORCE, Propriétaire et de Françoise GUIMBELOT. Elle s'unit avec Jean Baptiste GILLIBERT-DUPLANTIER (-), Propriétaire, le fils légitime de Élie GILLIBERT-DUPLANTIER et d'Anne Justine GIGNAC. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 4 novembre 1839 à Marillac-le-Franc (16).

4.1.1b.9.1

Clarice Rose GUIMBELOT est née vers 1822. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-DUMAINE, Propriétaire, âgé de 30 ans environ et de Marie Estelle DESTHÈVES, âgée de 22 ans environ. Clarice sera Célibataire. Clarice R. GUIMBELOT est décédée le mardi 3 décembre 1867, à l'âge de 45 ans environ, à Videix (87).

4.1.1b.9.2

Anne GUIMBELOT est née le jeudi 8 avril 1824 à Videix (87). Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-DUMAINE, Propriétaire, âgé de 32 ans et de Marie Estelle DESTHÈVES, âgée de 24 ans environ. A sa naissance, elle a une soeur Clarice Rose (née vers 1822). Elle s'unit avec François CHAZEAUD -, Marchand, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 2 juin 1851 à Videix (87). Anne GUIMBELOT est décédée le jeudi 17 juillet 1902, à l'âge de 78 ans, à Videix (87).

4.1.1b.9.3

Nicolas Alfred GUIMBELOT voit le jour le jeudi 29 janvier 1835 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de François GUIMBELOT-DUMAINE, Propriétaire, âgé de 43 ans et de Marie Estelle DESTHÈVES, âgée de 35 ans environ. A sa naissance, il a plusieurs soeurs : Clarice Rose (née vers 1822), Anne (née en 1824). Nicolas sera Propriétaire, maire de Videix, conseiller général, chevalier de la Légion d'honneur. Il s'unit avec Léonarde Prudence Noémie FAUCHER (1842-1902), la fille légitime de Jean Martin FAUCHER et de Marie Christine BOULESTEIX. Ce couple aura deux enfants : - Marguerite Marie Emilie née en 1864. - Gabriel Pierre né en 1867. Ils se marient le samedi 14 février 1863 à Vayres (87). Nicolas A. GUIMBELOT est décédé le dimanche 30 avril 1922, à l'âge de 87 ans, à Videix (87).

4.1.1b.9.4

Marie GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-DUMAINE, Propriétaire et de Marie Estelle DESTHÈVES. Elle s'unit avec Jean COUVIDAT (-), Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 28 janvier 1854 à Videix (87).

4.1.1b.9.5

Anne GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-DUMAINE, Propriétaire et de Marie Estelle DESTHÈVES. Elle s'unit avec Alphonse VAUDELLE (~ 1840-1892), Instituteur, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 5 juillet 1864 à Videix (87).

4.1.1b.10.1

Michel Numa GUIMBELOT voit le jour le samedi 10 novembre 1821 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jacques GUIMBELOT, Propriétaire, rentier, âgé de 29 ans et de Marie Guillermine GROS-DESVAUD, âgée de 31 ans environ. Michel sera Propriétaire. Il s'unit avec Antoinette Blandine BONNELIE -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Michel N. GUIMBELOT est décédé le mercredi 21 novembre 1888, à l'âge de 67 ans, à Bussière-Badil (24).

4.1.1b.10.2

Charles François GUIMBELOT voit le jour le dimanche 4 septembre 1825 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jacques GUIMBELOT, Propriétaire, rentier, âgé de 32 ans et de Marie Guillermine GROS-DESVAUD, âgée de 35 ans environ. A sa naissance, il a un frère Michel Numa (né en 1821). Charles sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie Elisabeth DAPIEN -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Nicolas Michel né en 1862. Ils se marient le mardi 27 septembre 1853 à Teyjat (24). Charles F. GUIMBELOT est décédé le samedi 20 janvier 1883, à l'âge de 57 ans, à Javerlhac (24).

4.1.1b.10.3

Frédéric Nicolas GUIMBELOT voit le jour le vendredi 22 février 1828 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jacques GUIMBELOT, Propriétaire, rentier, âgé de 35 ans et de Marie Guillermine GROS-DESVAUD, âgée de 38 ans environ. A sa naissance, il a plusieurs frères: Michel Numa (né en 1821), Charles François (né en 1825). Frédéric sera Propriétaire, rentier. Il s'unit avec Anne PLANTY (1839-1893), la fille légitime de Pierre Aprilis PLANTY et de Marie Julie DUVOISIN. Ce couple aura un enfant : - Anne Elodie née en 1867. Ils se marient le mardi 3 novembre 1857 à Saint-Germain-de-Montbron (16). Frédéric N. GUIMBELOT est décédé le dimanche 14 juin 1896, à l'âge de 68 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.10.4

Marie Adèle GUIMBELOT est née vers 1831. Elle est la fille légitime de Jacques GUIMBELOT, Propriétaire, rentier, âgé de 38 ans environ et de Marie Guillermine GROS-DESVAUD, âgée de 40 ans environ. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Michel Numa (né en 1821), Charles François (né en 1825), Frédéric Nicolas (né en 1828). Elle s'unit avec Jacques PUYBARAUD -, Fabricant de gants, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Adèle née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 2 juin 1858 à Bussière-Badil (24). Marie A. GUIMBELOT est décédée le lundi 21 mars 1859, à l'âge de 28 ans environ, à Saint-Junien (87).

4.1.1b.10.5

Anne GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jacques GUIMBELOT, Propriétaire, rentier et de Marie Guillermine GROS-DESVAUD. Elle s'unit avec Théophile VERNEUIL -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 26 avril 1870 à Bussière-Badil (24).

5.1.1.1.1

Geoffroy BOURINET voit le jour vers 1801. Il est le fils légitime de Pierre Bonaventure BOURINET, Percepteur et de Jeanne Guillemine BOYER, âgée de 17 ans environ. Geoffroy sera Propriétaire. Il s'unit avec Zélie Thérèse PARIS -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Auguste né vers 1831. Ils se marient le lundi 22 décembre 1828 à Saint-Pardoux-la-Rivière (24). Geoffroy BOURINET est décédé le samedi 13 février 1869, à l'âge de 68 ans environ, à Villars (24).

5.1.1.1.2

Thomas BOURINET voit le jour vers 1804. Il est le fils légitime de Pierre Bonaventure BOURINET, Percepteur et de Jeanne Guillemine BOYER, âgée de 19 ans environ. A sa naissance, il a un frère Geoffroy (né vers 1801). Thomas sera Banquier à Nontron. Thomas BOURINET est décédé le mardi 17 février 1852, à l'âge de 48 ans environ, à Nontron (24).

5.1.1.1.3

Geoffroy BOURINET voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Pierre Bonaventure BOURINET, Percepteur et de Jeanne Guillemine BOYER. Geoffroy sera Juge au tribunal de Nontron. Il s'unit avec Marie Clarisse COQUET-MIRANDE -, la fille légitime de François COQUET-MIRANDE et de Madeleine DECESCAUD. Ce couple aura deux enfants : - Pierre né vers 1836. - Marie née à une date inconnue. Ils se marient le mardi 9 septembre 1834 à Souffrignac (16).

5.1.1.1.4

François BOURINET voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Pierre Bonaventure BOURINET, Percepteur et de Jeanne Guillemine BOYER. François sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie Pauline PICHON -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Pierre Émile né à une date inconnue. - Marie Françoise Céleste née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 26 décembre 1832 à Mareuil (24).

5.1.2.1.1

Pierre Armand LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour le mardi 28 avril 1829 à Javerlhac (24). Il est le fils légitime de Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire, âgé de 32 ans et de Françoise Pauline MACARY-LAGRELIÈRE, âgée de 22 ans. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Martiale Elise PRÉVERAUD -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura trois enfants : - Mathieu André Auguste né en 1859. - Anne Olympe Marie Thérèse Pauline née à une date inconnue. - Suzanne née à une date inconnue. Pierre A. LAPEYRE-MENSIGNAC est décédé le dimanche 7 octobre 1888, à l'âge de 59 ans, à Lussas (24).

5.1.2.1.2

Jean Baptiste Édouard LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire et de Françoise Pauline MACARY-LAGRELIÈRE. Jean sera Propriétaire. Il s'unit avec Françoise Elodie MACARY-LAGRELIÈRE -, la fille légitime de Paul MACARY-LAGRELIÈRE et de Marie Julie BLANCHARD. Ce couple aura deux enfants : - Étienne né à une date inconnue. - Pierre né à une date inconnue. Ils se marient le mardi 29 avril 1851 à Étouars (24).

5.2.3.1.1

Elisabeth Elise de LAJAMME de BELLEVILLE est née le lundi 28 janvier 1811 à Bussière-Badil (24). Elle est la fille légitime de Thibaud de LAJAMME de BELLEVILLE, Percepteur, âgé de 33 ans et de Magdelaine GROS-DESVAUD, âgée de 16 ans environ. Elle s'unit avec Pierre MATHELON-LAGROIS (1805-), Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 27 février 1832 à Bussière-Badil (24).

5.2.3.1.2

Jacques Hector de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le lundi 23 mars 1812 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Thibaud de LAJAMME de BELLEVILLE, Percepteur, âgé de 35 ans et de Magdelaine GROS-DESVAUD, âgée de 17 ans environ. A sa naissance, il a une soeur Elisabeth Elise (née en 1811). Jacques sera Percepteur. Il s'unit avec Marie Henriette GRANGER -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Roch Antoine Arthur Gaston né en 1847. Jacques H. de LAJAMME de BELLEVILLE est décédé le vendredi 20 août 1875, à l'âge de 63 ans, à Périgueux (24).

5.2.3.1.3

Marie Clara de LAJAMME de BELLEVILLE est née le lundi 28 janvier 1822 à Bussière-Badil (24). Elle est la fille légitime de Thibaud de LAJAMME de BELLEVILLE, Percepteur, âgé de 44 ans et de Magdelaine GROS-DESVAUD, âgée de 27 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Elisabeth Elise (née en 1811), Jacques Hector (né en 1812). Elle s'unit avec Roch Antoine de LAJAMME de BELLEVILLE (1819-1874), Commerçant, le fils légitime de Jean de LAJAMME de BELLEVILLE et de Catherine BOISSIER-DESCOMBES. Ce couple aura un enfant : - Marie Eve née en 1853. Ils se marient le mardi 6 mai 1845 à Bussière-Badil (24). Marie C. de LAJAMME de BELLEVILLE est décédée le mercredi 19 janvier 1898, à l'âge de 75 ans, à Paris (75).

5.2.3.2.1

Françoise MOUMIET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Bernard MOUMIET, Chirurgien militaire et de Charlotte de LAJAMME de BELLEVILLE. Elle s'unit avec Jean Martin CAMGRAND -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le jeudi 14 avril 1836 à Saint-Médard (64).

5.2.3.2.2

Augustin Sicaire MOUMIET voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Bernard MOUMIET, Chirurgien militaire et de Charlotte de LAJAMME de BELLEVILLE. Augustin sera Médecin. Il s'unit avec Magdelaine Adèle LABURTHE -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 19 septembre 1846 à Saint-Médard (64).

5.2.3.4.1a

Roch Antoine de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le mercredi 3 février 1819 à Mansle (16). Il est le fils légitime de Jean de LAJAMME de BELLEVILLE, Propriétaire, âgé de 25 ans et de Catherine BOISSIER-DESCOMBES, âgée de 26 ans environ. Roch sera Commerçant. Il s'unit avec Marie Clara de LAJAMME de BELLEVILLE (1822-1898), la fille légitime de Thibaud de LAJAMME de BELLEVILLE et de Magdelaine GROS-DESVAUD. Ce couple aura un enfant : - Marie Eve née en 1853. Ils se marient le mardi 6 mai 1845 à Bussière-Badil (24). Roch A. de LAJAMME de BELLEVILLE est décédé le lundi 6 avril 1874, à l'âge de 55 ans, à Melun (77).

5.2.3.4.2b

Joseph de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Jean de LAJAMME de BELLEVILLE, Propriétaire et de Marie Anne Aminthe BEAUMIER. Joseph sera Teinturier, propriétaire, maire de Malétable. Il s'unit avec Marie Iphigénie BISSON -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Robert Antonin né en 1865. Ils se marient le mercredi 25 novembre 1863 à Elbeuf (76).

5.2.3.5.1

Thibaud GROS-DESVAUD voit le jour vers 1811. Il est le fils légitime de Jean GROS-DESVAUD, Propriétaire et de Catherine de LAJAMME de BELLEVILLE. Thibaud sera Propriétaire, adjoint municipal. Il s'unit avec Jeanne Dorothée MILLET (~ 1814-1872), la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura quatre enfants : - Caroline née en 1835. - Louis né en 1836. - Justin né en 1841. - Jean né à une date inconnue. Thibaud GROS-DESVAUD est décédé le mercredi 18 mars 1885, à l'âge de 74 ans environ, à Busserolles (24).

5.3.1.1.1

Pierre Guillaume PASTOUREAU voit le jour le jeudi 31 mars 1814 à Nontron (24). Il est le fils légitime de Jean Baptiste Guillaume PASTOUREAU, Greffier, âgé de 30 ans et de Marguerite FEUILLADE, âgée de 19 ans. Pierre sera Propriétaire. Pierre G. PASTOUREAU est décédé le vendredi 24 septembre 1875, à l'âge de 61 ans, à Nontron (24).

Génération.7

2.1.2.1.1.1

Augustin MONGIN voit le jour le vendredi 28 avril 1843 à Paris (75). Il est le fils légitime de Richard MONGIN, Homme de lettres, âgé de 37 ans environ et de Françoise Louise Philippine WÜRTH. Augustin sera Artiste, chevalier de la Légion d'honneur. Il s'unit avec Marie Amélie VIELLET -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le dimanche 3 février 1884 à Paris (75). Augustin MONGIN est décédé le samedi 15 avril 1911, à l'âge de 67 ans, à Châtillon (92).

2.1.2.1.2.1

Charles François MONGIN voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Jean Astolphe MONGIN, Négociant et de Françoise CONDAMY. Charles sera Receveur de l'enregistrement. Il s'unit avec Marie Louise Amélie IMBERT -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mercredi 15 janvier 1868 à Civray (86).

2.1.2.1.2.2

Marie Elisa MONGIN est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jean Astolphe MONGIN, Négociant et de Françoise CONDAMY. Elle s'unit avec Antoine PEYRAMAURE -, Pharmacien, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Marie Louise née à une date inconnue. Ils se marient le mercredi 24 avril 1867 à Civray (86).

4.1.1b.1.1.1

Anne LABROUSSE est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jean LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire et de Marie Mauricette GUIMBELOT. Elle s'unit avec Pierre LAVERRIÈRE (~ 1836-1910), Instituteur, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Eugénie née à une date inconnue. - Joseph Jean né à une date inconnue. Ils se marient le dimanche 27 janvier 1861 à Eymouthiers (16). Anne LABROUSSE est décédée à une date inconnue.

4.1.1b.1.3.1

Françoise LECLERC est née le lundi 14 avril 1845 à La Rochefoucauld (16). Elle est la fille légitime de Guillaume LECLERC, Marchand et de Madeleine GUIMBELOT, âgée de 34 ans environ. Elle s'unit avec Théodore ESTÈVE (1830-), Employé de mairie, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 21 avril 1877 à La Rochefoucauld (16).

4.1.1b.3.1.1

Jeanne Ernestine ALLAFORT est née le mercredi 16 août 1843 à Javerlhac (24). Elle est la fille légitime de Léonard ALLAFORT, Propriétaire, âgé de 26 ans et de Jeanne COUSSY, âgée de 28 ans. Elle s'unit avec Pierre GARENNE (1840-), le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Marie Jeanne née en 1877. Ils se marient le lundi 30 décembre 1872 à Javerlhac (24).

4.1.1b.3.1.2

Léonard ALLAFORT voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Léonard ALLAFORT, Propriétaire et de Jeanne COUSSY. Léonard sera Propriétaire. Il s'unit avec Pauline GUIMBELOT -, la fille légitime de François GUIMBELOT-MONPLAISIR et de Léonarde Valérie DUVOISIN de SOUMAGNAT. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 19 janvier 1880 à Cussac (87).

4.1.1b.4.1.1

Jacques LABROUSSE voit le jour le jeudi 27 octobre 1842 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Thomas LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire, âgé de 32 ans et de Marie Adeline GUIMBELOT, âgée de 23 ans. Jacques sera Propriétaire. Il s'unit avec Michelle BARRIÈRE (1844-1876), la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Thomas né en 1867. Ils se marient le dimanche 1 octobre 1865 à Eymouthiers (16). Jacques LABROUSSE est décédé le lundi 9 décembre 1878, à l'âge de 36 ans, à Angoulême (16).

4.1.1b.4.1.2

Marie LABROUSSE est née le jeudi 7 novembre 1844 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de Thomas LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire, âgé de 34 ans et de Marie Adeline GUIMBELOT, âgée de 25 ans. A sa naissance, elle a un frère Jacques (né en 1842). Elle s'unit avec Léonard DÉLIAT (1834-), Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 7 mars 1864 à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.1.3

François LABROUSSE voit le jour le samedi 1 mai 1847 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Thomas LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire, âgé de 37 ans et de Marie Adeline GUIMBELOT, âgée de 27 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques (né en 1842), Marie (née en 1844). François sera Propriétaire. Il s'unit avec Marguerite CHABELARD (1844-), la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 3 février 1877 à Sers (16).

4.1.1b.4.1.4

Léonard LABROUSSE voit le jour le jeudi 22 février 1849 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Thomas LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire, âgé de 38 ans et de Marie Adeline GUIMBELOT, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques (né en 1842), Marie (née en 1844), François (né en 1847). Léonard sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie MONZEAU (1849-), la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Antoine né en 1874. - Antoine Maurice né en 1882. Ils se marient le jeudi 3 décembre 1868 à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.1.5

Jacques LABROUSSE voit le jour le mardi 16 décembre 1851 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Thomas LABROUSSE-LESSARD, Propriétaire, âgé de 41 ans et de Marie Adeline GUIMBELOT, âgée de 32 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques (né en 1842), Marie (née en 1844), François (né en 1847), Léonard (né en 1849). Jacques sera Propriétaire. Il s'unit avec Marie CHABASSE (1849-), la fille légitime d'André CHABASSE et de Jeanne MANEM. Ce couple aura un enfant : - Joseph né en 1874. Ils se marient le mardi 13 mai 1873 à Souffrignac (16).

4.1.1b.4.2.1

Jacques Némorin GUIMBELOT voit le jour le dimanche 15 janvier 1854 à Eymouthiers (16). Il est le fils légitime de Étienne GUIMBELOT-BEAUPRÉ, Propriétaire, maire d'Eymouthiers, âgé de 29 ans et de Marguerite BALESTON, âgée de 25 ans environ. Jacques sera Propriétaire, maire d'Eymouthiers. Il s'unit avec Marie Emilie BOURINET -, la fille légitime de Louis BOURINET et de Marguerite ROUGET. Ce couple aura un enfant : - Marie Louise Marguerite née à une date inconnue. Ils se marient le samedi 27 avril 1878 à Chazelles (16). Jacques N. GUIMBELOT est décédé le lundi 11 novembre 1907, à l'âge de 53 ans, à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.2.2

Marie GUIMBELOT est née le jeudi 2 janvier 1862 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de Étienne GUIMBELOT-BEAUPRÉ, Propriétaire, maire d'Eymouthiers, âgé de 37 ans et de Marguerite BALESTON, âgée de 33 ans environ. A sa naissance, elle a un frère Jacques Némorin (né en 1854). Elle s'unit avec Léonard DEBORD de LOVINIE (1854-), Propriétaire, rentier, le fils légitime de Léonard DEBORD de LOVINIE et de Marie Justine MOUSNIER-LAFAURIE. Ce couple aura un enfant : - Marie Marguerite Alice née en 1881. Ils se marient le mercredi 28 avril 1880 à Eymouthiers (16).

4.1.1b.4.3.1

Hortense GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-MONPLAISIR, Propriétaire et de Léonarde Valérie DUVOISIN de SOUMAGNAT. Elle s'unit avec Jean VEAUX -, Propriétaire, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Marie Louise Adélina Anaïs née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 19 janvier 1880 à Cussac (87).

4.1.1b.4.3.2

Pauline GUIMBELOT est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François GUIMBELOT-MONPLAISIR, Propriétaire et de Léonarde Valérie DUVOISIN de SOUMAGNAT. Elle s'unit avec Léonard ALLAFORT -, Propriétaire, le fils légitime de Léonard ALLAFORT et de Jeanne COUSSY. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 19 janvier 1880 à Cussac (87).

4.1.1b.9.3.1

Marguerite Marie Emilie GUIMBELOT est née le mercredi 6 janvier 1864 à Rochechouart (87). Elle est la fille légitime de Nicolas Alfred GUIMBELOT, Propriétaire, maire de Videix, conseiller général, chevalier de la Légion d'honneur, âgé de 28 ans et de Léonarde Prudence Noémie FAUCHER, âgée de 21 ans. Elle s'unit avec Pierre Eugène BURAUD (1859-1914), Conservateur des hypothèques, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le samedi 12 janvier 1884 à Videix (87).

4.1.1b.9.3.2

Gabriel Pierre GUIMBELOT voit le jour le mardi 26 mars 1867 à Rochechouart (87). Il est le fils légitime de Nicolas Alfred GUIMBELOT, Propriétaire, maire de Videix, conseiller général, chevalier de la Légion d'honneur, âgé de 32 ans et de Léonarde Prudence Noémie FAUCHER, âgée de 24 ans. A sa naissance, il a une soeur Marguerite Marie Emilie (née en 1864). Gabriel sera Notaire. Il s'unit avec Anne BESSE (1868-), la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Jeanne Noémie née en 1897. Ils se marient le mardi 30 juin 1896 à Vayres (87). Gabriel P. GUIMBELOT est décédé le samedi 24 février 1917, à l'âge de 49 ans, à Montbron (16).

4.1.1b.10.2.1

Nicolas Michel GUIMBELOT voit le jour le mardi 14 octobre 1862 à Teyjat (24). Il est le fils légitime de Charles François GUIMBELOT, Propriétaire, âgé de 37 ans et de Marie Elisabeth DAPIEN. Nicolas sera Clerc de notaire. Il s'unit avec Jeanne MANDON-FORGEAS (1868-1947), la fille légitime de Léandre Joseph MANDON-FORGEAS et de Jeanne CHAMBORD. Ce couple aura un enfant : - Abel né en 1887. Ils se marient le jeudi 29 avril 1886 aux Salles-Lavauguyon (87). Nicolas M. GUIMBELOT est décédé en 1888, à l'âge de 25 ans.

4.1.1b.10.3.1

Anne Elodie GUIMBELOT est née le samedi 10 août 1867 à Eymouthiers (16). Elle est la fille légitime de Frédéric Nicolas GUIMBELOT, Propriétaire, rentier, âgé de 39 ans et d'Anne PLANTY, âgée de 28 ans. Elle s'unit avec Jules BOUDRY (1863-1944), Médecin, chevalier de la Légion d'honneur, le fils légitime de Joseph BOUDRY et de Marie VAYSSE. Ce couple aura un enfant : - Albéric né en 1890. Ils se marient le dimanche 12 mai 1889 à Eymouthiers (16).

4.1.1b.10.4.1

Adèle PUYBARAUD est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Jacques PUYBARAUD, Fabricant de gants et de Marie Adèle GUIMBELOT. Elle s'unit avec Louis PUYBARAUD-VILLARD (~ 1851-1901), Notaire, maire de Massignac, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le vendredi 19 mai 1882 à Massignac (16).

5.1.1.1.1.1

Auguste BOURINET voit le jour vers 1831. Il est le fils légitime de Geoffroy BOURINET, Propriétaire, âgé de 30 ans environ et de Zélie Thérèse PARIS. Auguste sera Propriétaire. Il s'unit avec Gabrielle Inès GROLHIER-DESBROUSSES -, la fille légitime de Pierre Michel GROLHIER-DESBROUSSES et de Gabrielle Idanie LAMY. Ce couple aura un enfant : - Marie née à une date inconnue. Ils se marient le lundi 20 juin 1853 à Milhac-de-Nontron (24). Auguste BOURINET est décédé le jeudi 3 novembre 1859, à l'âge de 28 ans environ, à Villars (24).

5.1.1.1.3.1

Pierre BOURINET voit le jour vers 1836. Il est le fils légitime de Geoffroy BOURINET, Juge au tribunal de Nontron et de Marie Clarisse COQUET-MIRANDE. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Jeanne Marie MILLET -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Estelle née en 1868. Ils se marient le lundi 3 février 1868 à Varaignes (24). Pierre BOURINET est décédé le mardi 31 décembre 1889, à l'âge de 54 ans environ, à Varaignes (24).

5.1.1.1.3.2

Marie BOURINET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Geoffroy BOURINET, Juge au tribunal de Nontron et de Marie Clarisse COQUET-MIRANDE. Elle s'unit avec Jean Baptiste HUGONNEAU-LESSARD -, Maître de forges, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Jacques né en 1865.

5.1.1.1.4.1

Pierre Émile BOURINET voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de François BOURINET, Propriétaire et de Marie Pauline PICHON. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Madelaine Julie GUERGUIGNE -, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le dimanche 29 novembre 1857 à Montemboeuf (16).

5.1.1.1.4.2

Marie Françoise Céleste BOURINET est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de François BOURINET, Propriétaire et de Marie Pauline PICHON. Elle s'unit avec Jean Alcide ARONDEAU-CHABRIGNAC (~ 1835-1906), Propriétaire, maire de Rouzède, le fils légitime de Frédéric François ARONDEAU et d'Anne Honorine HUGUET. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 23 mars 1857 à Varaignes (24).

5.1.2.1.1.1

Mathieu André Auguste LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour le jeudi 19 mai 1859 à Javerlhac (24). Il est le fils légitime de Pierre Armand LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire, âgé de 30 ans et de Martiale Elise PRÉVERAUD. Mathieu sera Propriétaire. Il s'unit avec Enodie DESMARTHON (1864-), la fille légitime de Jean DESMARTHON et de Marie BOYER. Ce couple aura deux enfants : - Jean Armand né en 1891. - Anne Marie née en 1894. Ils se marient le lundi 5 mai 1890 à Saint-Pardoux-la-Rivière (24).

5.1.2.1.1.2

Anne Olympe Marie Thérèse Pauline LAPEYRE-MENSIGNAC est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Pierre Armand LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire et de Martiale Elise PRÉVERAUD. Elle s'unit avec Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC -, Propriétaire, le fils légitime de Jean Baptiste Édouard LAPEYRE-MENSIGNAC et de Françoise Elodie MACARY-LAGRELIÈRE. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 8 septembre 1890 à Lussas (24).

5.1.2.1.1.3

Suzanne LAPEYRE-MENSIGNAC est née à une date inconnue. Elle est la fille légitime de Pierre Armand LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire et de Martiale Elise PRÉVERAUD. Elle s'unit avec René PROUHET -, le fils légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Marie Thérèse née en 1901. - Henriette née en 1904. Ils se marient le mardi 3 octobre 1899 à Saint-Laurent-de-Cognac (16).

5.1.2.1.2.1

Étienne LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Jean Baptiste Édouard LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire et de Françoise Elodie MACARY-LAGRELIÈRE. Étienne sera Propriétaire. Il s'unit avec Florestine de TILLON -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura un enfant : - Thibault né à une date inconnue.

5.1.2.1.2.2

Pierre LAPEYRE-MENSIGNAC voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Jean Baptiste Édouard LAPEYRE-MENSIGNAC, Propriétaire et de Françoise Elodie MACARY-LAGRELIÈRE. Pierre sera Propriétaire. Il s'unit avec Anne Olympe Marie Thérèse Pauline LAPEYRE-MENSIGNAC -, la fille légitime de Pierre Armand LAPEYRE-MENSIGNAC et de Martiale Elise PRÉVERAUD. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 8 septembre 1890 à Lussas (24).

5.2.3.1.2.1

Roch Antoine Arthur Gaston de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le samedi 14 août 1847 à Bussière-Badil (24). Il est le fils légitime de Jacques Hector de LAJAMME de BELLEVILLE, Percepteur, âgé de 35 ans et de Marie Henriette GRANGER. Roch sera Chef de bataillon, officier de la Légion d'honneur. Il s'unit avec Léontine Marie Josèphe BOITYÈRE de SAINT-GEORGES -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Marie Louise Antoinette Jacqueline née à une date inconnue. - Amélie Adrienne Jeanne née à une date inconnue. Ils se marient le mardi 1 juin 1869 à Dun-sur-Auron (18).

+5.2.3.1.3.1

Marie Eve de LAJAMME de BELLEVILLE est née le vendredi 16 décembre 1853 à Paris (75). Elle est la fille légitime de Roch Antoine de LAJAMME de BELLEVILLE, Commerçant, âgé de 34 ans et de Marie Clara de LAJAMME de BELLEVILLE, âgée de 31 ans. Elle s'unit avec Pierre Émile MANGIN (1835-), Trésorier, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 5 avril 1880 à Malétable (61).

5.2.3.4.1a.1 (5.2.3.1.3.1)

Marie Eve de LAJAMME de BELLEVILLE est née le vendredi 16 décembre 1853 à Paris (75). Elle est la fille légitime de Roch Antoine de LAJAMME de BELLEVILLE, Commerçant, âgé de 34 ans et de Marie Clara de LAJAMME de BELLEVILLE, âgée de 31 ans. Elle s'unit avec Pierre Émile MANGIN (1835-), Trésorier, le fils légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le lundi 5 avril 1880 à Malétable (61).

5.2.3.4.2b.1

Robert Antonin de LAJAMME de BELLEVILLE voit le jour le mercredi 2 août 1865 à Elbeuf (76). Il est le fils légitime de Joseph de LAJAMME de BELLEVILLE, Teinturier, propriétaire, maire de Malétable et de Marie Iphigénie BISSON. Robert sera Capitaine d'infanterie, agriculteur, chevalier de la Légion d'honneur. Il s'unit avec Renée Marie Eugénie Ascension TROTTÉ de LA ROCHE -, la fille légitime de parents non connus. Ce couple aura deux enfants : - Bernard Antonin René Marie né en 1891. - Guy Félix Joseph Marie né en 1891. Ils se marient le dimanche 21 décembre 1890 à Montargis (45).

5.2.3.5.1.1

Caroline GROS-DESVAUD est née le samedi 21 mars 1835 à Busserolles (24). Elle est la fille légitime de Thibaud GROS-DESVAUD, Propriétaire, adjoint municipal, âgé de 24 ans environ et de Jeanne Dorothée MILLET, âgée de 21 ans environ. Elle s'unit avec Antoine GARRIGUE -, Propriétaire, le fils légitime de Léonard GARRIGUE et de Jeanne LAVOIX. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Caroline GROS-DESVAUD est décédée le mardi 17 février 1903, à l'âge de 67 ans, à Piégut (24).

5.2.3.5.1.2

Louis GROS-DESVAUD voit le jour le samedi 14 mai 1836 à Busserolles (24). Il est le fils légitime de Thibaud GROS-DESVAUD, Propriétaire, adjoint municipal, âgé de 25 ans environ et de Jeanne Dorothée MILLET, âgée de 22 ans environ. A sa naissance, il a une soeur Caroline (née en 1835). Louis sera Capitaine de vaisseau, chevalier de la Légion d'honneur. Louis GROS-DESVAUD est décédé le jeudi 26 avril 1906, à l'âge de 69 ans, à Lorient (56).

5.2.3.5.1.3

Justin GROS-DESVAUD voit le jour le vendredi 27 août 1841 à Busserolles (24). Il est le fils légitime de Thibaud GROS-DESVAUD, Propriétaire, adjoint municipal, âgé de 30 ans environ et de Jeanne Dorothée MILLET, âgée de 27 ans environ. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Caroline (née en 1835), Louis (né en 1836). Justin sera Notaire à Abjat. Justin GROS-DESVAUD est décédé le dimanche 24 septembre 1882, à l'âge de 41 ans, à Abjat (24).

5.2.3.5.1.4

Jean GROS-DESVAUD voit le jour à une date inconnue. Il est le fils légitime de Thibaud GROS-DESVAUD, Propriétaire, adjoint municipal et de Jeanne Dorothée MILLET. Jean sera Négociant à La Rochefoucauld. Il s'unit avec Florestine CAMBOIS (~ 1844-1925), la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 16 mai 1865 à La Rochefoucauld (16).

Chronique éditée pour Généalogie Charente Périgord.

©º°¨¨°º©

Posté par ID348347 à 16:01 - - Permalien [#]


26 août 2015

État des cens et rentes dus aux seigneuries de Montbron, Manteresse et La Grelière

État des cens et rentes dus aux seigneuries de Montbron, Manteresse et La Grelière, pour maisons, jardins et terres, par : Pierre Sauvo, marchand, Josué Marvaud, notaire, Jean Perret, tailleur d'habits, Isabeau Trufandier, veuve de Jean Barraud, marchand, Arnaud Grand, marchand, Abraham Allafort, Antoine Terrade, notaire, François Du Rousseau, écuyer, seigneur de Coulgens et de La Pouge, Raimond Redon, laboureur à bras, Junien, Jean et Jacques Du Rousseau, écuyers, sieurs de Marendat, de Ferrières et de La Vue, François Berthoumé, Jean Vallantin, marchand, Isaac Couraudin, écuyer, sieur de Chabrot, Pierre Bradents, receveur de la châtellenie, dans la paroisse de Saint-Maurice de Montbron ; Noël de La Garde, écuyer, François Caperier, notaire, Thévenot Dumas, Jean de La Vallade, Bonaventure Renouard, écuyer, sieur de La Rochebertier, Georges Jourdot, dans la paroisse de Saint-Sornin ; Pierre Bertrade, Guillaume Barrière, Jean et Martin Joubert, Jean Prévereaud, sieur de La Lizière, Micheau Constantin, dans la paroisse de Marillac-le-Franc ; Pierre Abbon, Pierre Demay, Antoine Lériget, marchand, paroisse d'Orgedeuil ; Guillaume Ripe, Léonard Pouvereaud, Jean Sauvo, juge de la juridiction de Manteresse, paroisse du Peyroux ; Bermard Mesnard, Jean Bastier, Giraud et Pierre Thibaud, écuyers, sieur des Joubertières et de Germanas, Joachim Julliem, écuyer, sieur de Chevallerie, paroisse d'Ivrac ; Hélie Dauphin, écuyer, sieur de La Vacherie, Léonard Peychère, Pierre Devaux, paroisse de Saint-Adjutory ; Hugue Fauchier, maréchal, Jacob de Mascureau, écuyer, sieur de Puyravaud, paroisse de Vitrac ; Guillaume Deschamps, Pierre Barjallot, paroisse de Florignac ; Martial de Chevreuse, écuyer, sieur du Champ-Tony, paroisse d'Écuras, etc.

(Archives départementales de la Charente)

Posté par ID348347 à 13:25 - Permalien [#]

25 août 2015

Vente de l'abbaye de Grosbos

Département de la Charente.

District de La Rochefoucauld.

Distance de Paris, 115 lieues.

Municipalité de Charras.

L'abbaye de Grosbos.

La maison bâtie à la moderne, de toute beauté et de toute solidité, forme trois aîles, l'église la quatrième, elle est située au milieu d'une belle prairie, arrosée par les eaux d'une fontaine abondante, qui passe dans les cours, la cuisine, et va entretenir deux pieces d'eau au bout du jardin.

Cette maison est entourée de jardins et de prés ; toutes les propriétés se touchent et contiennent 458 journaux, le journal de huit cents toises de six pieds quarrés ; et consitent dans prés de réserve, une métairie, six borderies, un moulin à huile, un étang, la moitié d'un autre étang, le surplus en bois et allées avec une belle avenue en ormeaux ; l'abbaye de Grosbos près des villes de Marthon et de la Rochebeaucourt, à 4 lieues d'Angoulême, à pareille distance de la Rochefoucauld, et est estimée 61,978 liv.

Il y a de plus pour 1242 liv. de bestiaux et outils, le tout sur l'enchère de 63,400 l.

L'adjudication définitive des biens ci-dessus est annoncée pour le vendredi 27 mai.

Source : Tableau des biens à vendre, 14-05-1791.

Posté par ID348347 à 15:41 - Permalien [#]

Guerry-Duclaud et le Suriname

passeport

NB : Antoine Guerry dit Duclaud est un ancien résident du Suriname. Baptisé le 28 mai 1741 dans l'église Saint-Cybard de La Rochefoucauld, il est le fils de Pierre Guerry, sieur du Claud, procureur au siège ducal, et Marie Pintaud, sa femme. Son parrain est Antoine Juzaud, notaire royal, et Anne Maignen, épouse du sieur Albert de Beauregard. Ancien soldat, il s'installe en Hollande à 18 ans, et commence son apprentissage du négoce et de la langue néerlandaise. De 1762 à 1771, il est employé dans la Compagnie des Indes occidentales au Ghana. Il quitte ensuite l'Afrique pour le Suriname, avec l'intention de devenir planteur. C'est un échec. En 1775, Guerry-Duclaud rentre en France. Il peut se marier avec Marie Migeon, dont le père est un ancien régent des écoles de Confolens, et au moins deux filles naissent de cette union. Il est marchand drapier établi à La Rochefoucauld avant la Révolution française. Lors de la convocation des États généraux, il assiste à plusieurs assemblées locales. La paroisse de Saint-Adjutory, le 8 mars 1789, l'élit député pour porter son cahier de doléances à Angoulême. Membre du conseil municipal de La Rochefoucauld en 1790, élu maire en 1792, succédant à Jean-Paul Sibilet. Il est aussi juge de paix. Sous le Directoire, Guerry-Duclaud est l'agent municipal de la commune, remplacé ensuite par Jean Dubois. Le 30 mars 1803, il s'éteint à l'âge de 62 ans, dans sa ville natale. Ses papiers font partie aujourd'hui des collections de l'université de Princeton.

Posté par ID348347 à 12:04 - Permalien [#]

24 août 2015

Liste des procureurs au présidial d'Angoumois au XVIIe siècle

Acte donné par maîtres Noël de Lestoile et François Delasalmonie, procureurs au présidial d'Angoumois, tant pour eux que pour maîtres François Bernard, Philippe Santerre, Hélie Benoît, Guillaume Laisné, Michel Ducluzeau, Jean Mousnier, Louis Maurice, François Vallette, François Gervais, Pierre Arnaud, Antoine Dechilloux, Pierre Gentilz, Hélie Pallissière, François Cambois, André Dubois, Martial Gros, Laurent Mesnard, Nicolas Mercier, Michel Maurice, Philippe Delabarrière, Pierre Rambaud, Simon Glenisson, Christophe Verdeau, Jean Bonnin, Jean Aymard, Michel Lucas, Dauphin Santerre, Guillaume Cladier, François Mousnier, Jean Rivet, Michel Jolly, Robert Gérou, Pierre Vaslet, René Virol, Jean Vallette, Philippe Pigornet, Guillaume Mercier, François Dumontet, Jean Delaplaigne et Jean Gautier, aussi procureurs audit siège, à Étienne Jargillon, Guillaume Menaud, Geoffroy Rougier, David Gautier, Jean Jolly, Jacques Boissard, Alexis Bodin, Jean Maurougné, Guillaume Touzelet, André Juillard et Philippe Bonnin, aussi procureurs audit présidial, au sujet de certains offices.

(Archives départementales de la Charente)

Posté par ID348347 à 11:30 - Permalien [#]


20 août 2015

Paris de L'Espineuil

Paris de L'Espineuil, avec Généalogie Charente Périgord
D'azur à trois étoiles d'or, posées deux et une, et un croissant d'argent en pointe.

I. — Jacques de Paris, marchand de la ville d'Angoulême, marié avec Florence Seguin, d'où : 1° Jean de Paris, qui suit ; 2° Guillaume de Paris, sieur de Magnac, marié avec Marie de Lacoste, d'où Jean de Paris, maire d'Angoulême ; 3° Létice de Paris, mariée avec Philippe Faligon, échevin d'Angoulême ; 4° Anne de Paris, mariée avec Simon Moreau, échevin et maire d'Angoulême.

II. — Jean de Paris, conseiller de l'hôtel-de-ville, marié avec Jeanne Savineau, d'où : 1° Alexandre de Paris, qui suit ; 2° Simon de Paris, conseiller de l'hôtel-de-ville ; 3° Madeleine de Paris, mariée 1) avec Alexandre du Souchet, procureur au siège présidial d'Angoulême 2) avec François Le Musnier, maire d'Angoulême.

III. — Alexandre de Paris, sieur de L'Espineuil, marié d'après acte du 1er décembre 1586, avec Lucrèce Laisné, fille de Clément Laisné, avocat au présidial d'Angoulême, et Marie de Voyon, d'où : 1° François de Paris, qui suit ; 2° Marie de Paris, mariée avec Jean Benoist, sieur de Berguille ; 3° Catherine de Paris, mariée avec Hélie Houlier, échevin et maire d'Angoulême.

IV. — François de Paris, sieur de L'Espineuil, échevin d'Angoulême, marié d'après acte du 7 février 1621, avec Marguerite Thomas, fille de Jean Thomas, échevin d'Angoulême, et Marguerite Clément, d'où Paul de Paris, qui suit.

V. — Paul de Paris, né en 1631, décédé en 1714, sieur de L'Espineuil, juge-magistrat au siège présidial d'Angoumois, marié d'après acte du 19 février 1654, avec Marguerite Bousquet, fille de Daniel Bousquet, sieur de Boismorin, et Marie Béchamil, d'où : 1° Jean de Paris, qui suit ; 2° Paul de Paris, capitaine au régiment de Beauvaisis ; 3° François de Paris, lieutenant du roi à Neuf-Brisach.

VI. — Jean de Paris, sieur de L'Espineuil, marié d'après acte du 11 mai 1683, avec Madeleine Chérade, fille de Clément Chérade, marchand de la ville d'Angoulême, avec Madeleine Cladier, d'où Alexandre de Paris, qui suit.

VII. — Alexandre de Paris, sieur de L'Espineuil, né en 1684, décédé en 1755, marié d'après acte du 14 février 1722, avec Marguerite-Mélanie Nadaud, fille de Philippe Nadaud, sieur de Neuillac, et Marie-Claire du Bourg, sans postérité.

Archives départementales

1527. — Contrat de mariage entre Simon Moreau, fils de Pierre Moreau, marchand, bourgeois d'Angoulême, et de Catherine Couvidat, sa femme, d'une part; et Anne de Paris, fille de Jacques de Paris et de Florence Seguin, sa femne, ledit Jacques de Paris, neveu de sire Jean de Paris, bourgeois et sous-maire d'Angoulême, et de Jacquette Bigot, sa femme, d'autre part.

1528. — Arrentement, moyennant 12 sous 6 deniers de rente, par sire Jacques de Paris, bourgeois et marchand d'Angoulême, à Naudin Fouchier et Guillemette Martin, sa femme, d'une pièce de terre sise en la paroisse de Saint-Yrieix, contenant deux journaux et demi ou environ et tenue de l'abbaye de St-Cybard d'Angoulême.

1531. — Vente, moyennant 45 livres tournois, par Pierre Biron, « barrillier », à maître Jean de Paris et Jeanne savineau, sa femme, du consentement du sieur Jean de Paris, bourgeois, marchand de la ville d'Angoulême, oncle de l'acquéreur, de 70 sous tournois de rente dus annuellement par Nicolas Berthet, marchand dudit Angoulême, sur une maison sise en ladite ville, paroisse St-André, confrontant par le devant à la rue qui va de la traverse de la halle du Palet à la rue du Minage.

1540. — Acte d'échange entre maître Jean de Paris, avocat au siège royal d'Angoulême, et Jehanne Savineau, sa femme, demeurant à Angoulême, d'une part; et Pierre Maurice, fils d'André Maurice, demeurant en la paroisse de Lhoumeau, d'autre part.

1544. — Cession par honorable homme et sage maître Jean de Paris, maire et capitaine de la ville d'Angoulême, à Simon Moreau, aussi écuyer, demeurant en ladite ville, de 70 sous tournois de rente féodale dus annuellement audit Paris par Jeanne Boullet, veuve de Jean Lamy, Toinette Boullet et autres pour raison de leur village des Boullettes, paroisse St-Éloy, sur les murs d'Angoulême, et à cause d'un « aiguedour appelé anciennement du Pellegrin », assis en ladite paroisse, avec la fontaine et autres appartenances, maisons et vergers, tenant audit village des Boullettes.

1546. — Vente, moyennant 30 livres tournois, par Jean Marin et Marguerite Beneschat, sa femme, à honorable homme et sage maître Jean de Paris, écuyer, avocat au siège royal d'Angoulême, de plusieurs pièces de terre sises à Foulpougne, paroisse de Lhoumeau, et tenues à rente du seigneur de Maumont et de l'abbaye de St-Cybard.

1549. — Transaction entre Anne de Paris, femme de Simon Moreau, d'une part, et maitre Jean de Paris, écuyer, sieur de L'Espineuil, à présent juge de la mairie d'Angoulême, frère de ladite Anne, d'autre part, au sujet des successions de feus Jacques de Paris et Florence Seguin, père et mère des parties, ladite Seguin étant décédée femme en secondes noces d'Hélie Mallat, et aussi de feu Jean de Paris et de feu Pierre de Paris, ce dernier frère de ladite Anne, auxquelles successions ladite Anne avait renoncé, moyennant certaine somme, en faveur dudit sieur de L'Espineuil.

1566. — Vente, moyennant 100 sous, par Héliot Roy, laboureur, à maître Jean de Paris, sieur de Magnac, conseiller magistrat au présidial d'Angoumois, de sept sillons de terre assis au village du Gond, paroisse de Lhoumeau.

1598. — Contrat de mariage entre noble homme maître Jean de Paris, avocat au parlement, fils de noble homme monsieur maître Guillaume de Paris, sieur de Magnac, conseiller du Roi en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois, et de feue dame Marie Delacoste, d'une part; et demoiselle Françoise Lemusnier, fille de noble homme monsieur maître François Lemusnier, sieur de Lartige, aussi conseiller du Roi et premier président en l'élection d'Angoumois, et de demoiselle Charlotte Laisné, sa femme, d'autre part.

1726. — Vente, moyennant 8,500 livres, par messire Alexandre de Paris, chevalier, seigneur du Courret, Saint-Gervais et autres lieux, et dame Marguerite-Mélanie Nadaud, sa femme, à monsieur maître Jean Bourdage, seigneur de Coulgens, des dîmes inféodées de la paroisse de Saint-Angeau et du lieu noble de Villars.

1730. — Vente, moyennant 70,600 livres, par messire Jean de Paris, chevalier, seigneur du Courret et autres places, conseiller du Roi, lieutenant général, commissaire examinateur et enquêteur en la sénéchaussée et siège d'Angoumois, à messire Étienne-Adrien Chérade, chevalier, seigneur comte de Montbron, baron de Manteresse, La Rochechandry et autres places, et à dame Louise Deval, sa femme, tant de la charge de lieutenant général que de celles de commissaire examinateur et d'enquêteur dont ledit seigneur du Courret était pourvu.

1756. — Vente, moyennant 55,200 livres en principal et 600 livres de pot-de-vin, par messires Paul et Benoît de Paris, écuyers, frères, seigneurs de L'Espineuil et du Trion, demeurant ensemble au bourg de Villefagnan, en Angoumois, tant pour eux que comme ayant charge de messire François de Paris, écuyer, sieur de Boismorin, lieutenant du Roi à Neuf-Brisach, en Alsace, leur frère, tous les trois héritiers de feu messire Alexandre de Paris, vivant écuyer, seigneur du Courret, leur neveu, d'une part ;à messire Arnaud Souc de Plancher, écuyer, seigneur de La Garrelie, La Rousselière et autres lieux, demeurant en son château de La Rousselière, paroisse de Beaussac, en Périgord, tant pour lui que pour dame Madeleine Chérade, sa femme, mineure, d'une part; au profit de demoiselle Anne Dubois de Bellegarde, fille majeure, demeurant à Angoulême, d'autre part.

Bibliothèque généalogique

• François Vigier de La Pile, Histoire de l'Angoumois, 1756.

Cette famille s'est maintenue plus longtemps qu'aucune autre dans le corps de ville et dans les charges du présidial. Elle a été de la maison-de-ville pendant près de cent cinquante ans. On en trouve sept qui ont passé par les différents emplois, dont cinq maires; les autres échevins ou conseillers successivement.

Jean de Paris, conseiller en 1510, ensuite maire les années 1523 et 1544.

Jacques de Paris, conseiller en 1534.

Jean de Paris II, conseiller depuis 1574 jusqu'en 1586.

Simon de Paris, fils du précédent, reçu en sa place de conseiller, depuis 1586 jusqu'en 1606.

Jean de Paris III, maire trois fois, les années 1604, 1620 et 1629.

François de Paris, conseiller en 1626, ensuite échevin jusqu'en 1653.

Il y en a eu deux branches, celle de Maignac et celle de l'Epineuil. La première a fini par deux filles : l'une, nommée Catherine de Paris, mariée avec Hélie Houllier, dont je parlerai dans son lieu, et l'autre dans la maison de l'Etang de Sigogne.

La branche de l'Epineuil a produit plusieurs grands magistrats, entre autres Jean de Paris, quatrième du nom, mort à Villefagnan, où il s'était retiré après avoir exercé fort longtemps la charge de conseiller au présidial avec un applaudissement général. C'était un grand homme de bien; on le consultait de toutes parts dans les affaires les plus épineuses; il était le protecteur des pauvres et un sage conseil pour tout le monde.

Son fils aîné, Jean de Paris, cinquième du nom, seigneur du Couret, a tenu la charge de conseiller pendant longtemps, et, après la mort d'Etienne Chérade, son beau-frère, il prit celle de lieutenant général, qu'il a exercée avec une grande intégrité et une assiduité exemplaires jusqu'à son décès.

Alexandre de Paris, son fils, n'a pas voulu prendre le parti de la robe; il a épousé Marguerite-Madeleine Nadaud, dont il n'a point d'enfants. Il a servi quelque temps, à l'exemple de ses trois oncles, dont un a été capitaine dans Beauvoisis, sous le nom de l'Epineuil ; l'autre a imprimer ici, chez Pierre Marchand, en 1643, servi dans Anjou, sous le nom de Triou, et le troisième, nommé le sieur de Boismorant, est actuellement lieutenant colonel du même régiment.

• Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, 2005.

Au logis de l'Épineuil, on a rénové la façade au XIXe siècle, la date de 1889 en témoigne sur un linteau. Cette façade ne manque toutefois pas d'intérêt, tous les linteaux et les trumeaux étant ornés de figures géométriques. La tour d'escalier en vis, qui se trouvait à l'extérieur dans l'ancienne construction, se retrouve aujourd'hui, et c'est dommage, arasée et englobée dans la nouvelle. En retour d'équerre existe une partie de l'ancien logis surmontée d'une couverture à la Mansart datant du XVIIIe siècle. Dans le brisis, s'ouvrent deux lucarnes à frontons curvilignes entrecoupés surmontés d'acrotères. Les communs sont contemporains et de l'ancien logis et ne présentent aucun intérêt particulier. En 1568, l'Épineuil appartient à Alexandre de Paris qui en fournit le dénombrement de 5 janvier. Cette famille conserve les lieux pendant tout le XVIIe siècle et une partie du XVIIIe siècle. Le 6 avril 1756, Paul, Benoît et François de Paris, écuyers, frères, vendent l'Épineuil à Pierre Paul Le Clerc de la Verrie, écuyer, gendarme de la garde ordinaire du roi. Celui-ci, le 15 novembre 1764, rend l'hommage « au devoir d'une livre de cire à muance de vassal ou de seigneur », et fournit son dénombrement à l'abbé de Saint-Cybard à cause du fief et de la seigneurie de l'Épineuil. Le 3 juin 1765, lui et son épouse, Catherine Lhoumeau, vendent l'Épineuil à André François Benoist, sieur des Essards, changeur pour le roi. Ce dernier en fait dresser l'état par procès-verbal le 7 août suivant. Le 22 octobre 1775, Jean Pierre Guimbertaud, curé de Saint-Yrieix, achète le domaine où il décède en 1788. Ses meubles sont vendus le 23 novembre 1790. Le 6 novembre 1775, il avait fait faire l'état de son acquisition. Deux portails permettent l'accès au domaine. La fuie où l'on monte par un escalier de pierre extérieur, surmonte des latrines. D'autres latrines existent dans une petite cour. Une tour s'élève dans un coin du jardin près du portail et une seconde tour dans un autre coin. Le logis semble composé de deux parties. Une première partie en rez-de-chaussée, surmontée de greniers accessibles par un escalier extérieur en pierre, renferme le salon d'été qui a vue sur le jardin, la cuisine et une petite chambre. Le sol du salon est en petits cailloux. Depuis la cuisine, on accède dans la seconde partie, dans le salon d'hiver, le vestibule avec un sol en petits pavés, la salle où la cheminée est « boisée » et la cave. Dans le vestibule, un escalier en pierre monte à l'étage, dans trois chambres et un cabinet, et se poursuit jusqu'au second étage pour aller dans des greniers. Dans un des greniers existe une petite cloche. La couverture de cette seconde partie est faite de tuiles plates.

Posté par ID348347 à 12:02 - - Permalien [#]

09 août 2015

Voyage de Napoléon III en Charente

A Louis-Napoléon, sa fidèle Charente ! Vive Napoléon III ! Vive l'Empereur !

M. Gustave de Champagnac, sous-préfet de Barbezieux, l'un des jeunes administrateurs les plus distingués, était arrivé hier dans cette ville pour y organiser, de concert avec M. le maire, la brillante réception qui attendait S. A. I. Malgré le mauvais temps qui a duré toute la matinée, toutes les populations des cantons d'Aubeterre, Brossac et Chalais se sont rendues à la gare, bannières en tête, et elles se sont groupées sur les abords de la voie.

M. Rivière, préfet du département, est arrivé à huit heures pour recevoir le Prince; il était accompagné de M. Baroche, vice-président du conseil d'État; de MM. Ernest de Girardin, sénateur; des généraux Gélibert et Lemaire; de MM. Lemercier et André, députés, et de M. Tesnière, ancien député, à la tête du conseil général dont il est président.

S. A. I. est arrivée à une heure et demie. Le convoi s'est arrêté sous un élégant arc de tri'omphe, orné de deux aigles magnifiques. Quoique le Prince ne dût pas stationner à Chalais, les immenses acclamations de : Vive l'Empereur ! Vive Napoléon III ! qui l'ont accueilli l'ont profondément touché, et il a bien voulu donner une vingtaine de minutes à l'arrondissement de Barbezieux. Les principaux fonctionnaires ont été présentés à S. A. I. par M. le préfet, qui a pris place dans le wagon présidentiel avec M. Baroche. M. le maire de Chalais a prononcé quelques paroles, auxquelles le Prince a gracieusement répondu, et une députation de jeunes filles est venue lui offrir des fleurs. Le Prince a remis un bracelet à celle qui a prononcé le compliment, puis il a quitté Chalais au bruit des mêmes acclamations d'enthousiasme qui avaient accueilli son arrivée.

En prenant congé de S. A. I., le vice-président du conseil général de la Gironde, M. le marquis de la Grange, a témoigné au chef de l'Etat les vœux que le conseil général tout entier faisait pour la perpétuité de ses pouvoirs.

Le Prince a répondu :

« Je remercie le conseil général dela double démarche qu'il a faite en venant au-devant de moi et en m'accompagnant jusqu'aux limites du département. J'en garderai un profond souvenir. Je n'ai qu'un regret : c'est qu'il ne m'ait pas été permis d'avoir de plus fréquentes relations avec vous, messieurs, et de n'avoir pu, en conséquence, apprécier complétement chacun de vous en particulier. Mais quand la voie de fer sera terminée de Paris à Bordeaux, j'espère revenir dans votre belle cité et revoir des hommes qui ont toute mon estime et toute ma sympathie. »

De Chalais, le convoi s'est dirigé sur Montmoreau, où le Prince s'est arrêté quelques instants sous un arc de triomphe. Montmoreau a une physionomie brillante et pittoresque. De vertes prairies entourent de toutes parts une colline gracieuse sur laquelle de jolies maisons aux toits rouges semblent se grouper autour du château de M. Tesnière, auquel ses tourelles et ses vastes proportions donnent l'apparence d'une construction féodale. M. le maire a exprimé au prince les vives sympathies de son canton, et les jeunes filles sont venues offrir des fleurs. Le Prince a repondu avec cette grâce qui semble toujours nouvelle, et il est bientôt parti aux cris mille fois répétés de : Vive l'Empereur !

A quelques kilomètres de Montmoreau, le chemin s'enfonce dans le long souterrain de Livernan, qui franchit le faîte qui sépare la vallée de l'Isle de celle de la Charente, et ressort à travers d'immenses tranchées taillées à pic dans des roches calcaires, dans des plaines riantes qui s'étendent jusqu'à Angoulême.

Rien de charmant comme ces campagnes charentaises ! Leur aspect repose l'âme et les regards. On dirait les fantaisies harmonieuses d'un immense jardin anglais. Des ruisseaux dont les bords sont plantés de peupliers à l'étroit corsage dessinent, comme à plaisir, les courbes les plus capricieuses à travers des prairies dont la verdure fine et délicate ferait honte aux plus frais gazons de nos jardins. Si la nature a fait les principaux frais de cette décoration, le goût des propriétaires l'a encore embellie. Nulle part nous n'avons vu de plantations distribuées avec plus de coquetterie. On devine dans ces campagnes que si la Charente est un pays de culture, c'est aussi un pays de luxe et d'élégance qui tient toujours à faire quelque chose pour le plaisir des yeux.

Par intervalles, sur le bord de ces gracieux ruisseaux, on aperçoit d'importantes usines. La plupart sont des papeteries mécaniques que de puissantes chutes d'eau ont permis depuis longtemps d'établir. On sait que le génie de Turgot imprima une vive impulsion à cette industrie, qui est aujourd'hui la plus grande richesse de la Charente.

A Mouthiers, on passe au pied des ruines d'un vieux château, ruines austères et sombres qui contrastent avec l'aspect presque riant des ruines d'une église abbatiale qu'on aperçoit bientôt à la Couronne, avec leurs chapiteaux élégants que dévorent la ronce et le lierre, leurs rosaces à jour, encore conservées dans leur pureté primitive, et leurs faisceaux de colonnettes brisées par le sommet.

Enfin, sur une haute colline isolée, apparaît Angoulême avec ses maisons blanches et coquettes, et les hautes terrasses qui l'annoncent au loin. Mais on ne fait qu'entrevoir les édifices de la ville, et l'on se perd bientôt dans le sombre souterrain qui la traverse dans toute son étendue.

Les salves d'artillerie, qui, de la place Beaulieu, avaient annoncé l'arrivée du Prince, aussitôt que des hauteurs on avait aperçu la fumée des locomotives, résonnent sourdement sous les voûtes du tunnel qui, ainsi que le souterrain de Livernan, a été exécuté par M. l'ingénieur Saige.

Enfin le convoi s'arrête, à trois heures, dans la gare située au faubourg l'Houmeau.

Source : Voyage de sa Majesté Napoléon III Empereur des Français, de François Laurent.

Posté par ID348347 à 16:34 - Permalien [#]

La Guienne historique et monumentale

Dès les premiers jours de l'invasion Franke, la forteresse de Nuntrun (Nontron) avait été bâtie sur la pointe d'un rocher. A ses pieds se groupèrent quelques habitations qui, au huitième siècle, formaient déjà une petite ville, sous la dépendance des vicomtes de Limoges.

Pendant le règne de Charlemagne, le vicomte Roger donna, en 785, la châtellenie de Nontron à l'abbaye de Charroux, en Poitou, et fonda dans cette ville, vers 804, un monastère sous l'invocation du Saint-Sauveur.

Nontron fut impitoyablement ravagée par les Normands; après un long combat, les barbares s'étant emparés de la forteresse, mirent tout à feu et à sang. Au dixième siècle, la flamme avait encore laissé des traces sur les murs noircis et à demi-écroulés du donjon.

Vers l'an 1200, les abbés de Charroux cédèrent la châtellenie aux vicomtes, leurs bienfaiteurs, sous la réserve de l'hommage et la redevance annuelle d'un palefroi dont la valeur fut réglée à la somme de quinze livres tournois. A cette époque, un vaste château fut construit sur les ruines de la forteresse. Il se composait d'un corps principal, situé au nord, et d'un fort situé au sud-ouest, séparés l'un de l'autre par un fossé à pont-levis; une grosse tour et une chapelle dépendant de ce beau manoir existaient il y a peu d'années, mais on ne voit plus aujourd'hui que quelques débris insignifians de l'antique demeure des puissans seigneurs de Limoges.

En 1186, alors que la plupart des barons féodaux de la Guienne cherchaient à secouer le joug de la domination anglaise, une bande, conduite par Mercaders, qui s'autorisait du nom de Richard (depuis surnommé Cœur-de-Lion), se montra dans le Bas-Limousin, parcourant les campagnes et les mettant à contribution. Déjà elle avait saccagé Nontron et d'autres bourgs de peu d'importance. Les chevaliers de la Paix se mirent à sa poursuite et parvinrent à en délivrer le pays.

Richard, débarrassé de la guerre avec ses frères, s'occupa de tirer vengeance des seigneurs qui avaient osé lever l'étendard de la révolte; il assiégea Périgueux, marcha sur Excideuil, et livra la petite ville de Nontron, qui n'était plus défendue par son château-fort, à sa dévastation et au pillage.

Au commencement du quatorzième siècle, l'un des vicomtes de Limoges refusa l'hommage et la redevance que ses ancêtres avaient promis de faire aux abbés de Charroux pour la châtellenie de Nontron. Ceux-ci ne pouvant obtenir justice de leur vassal orgueilleux et puissant, cédèrent leurs droits à Philippe-le-Bel, en échange d'une rente sur la ville de Charroux. Le vicomte dut courber la téte devant la volonté du roi de France, et fit abandon de sa seigneurie.

En 1426, les Anglais étaient maîtres de Nontron, qui avait été de nouveau cédée aux vicomtes de Limoges. Bientôt après, elle passa à la maison d'Albret, par le mariage d'Alain, sire d'Albret, avec Françoise de Bretagne, vicomtesse de Limoges; elle se composait de vingt-deux cbâtellenies ou soixante-douze paroisses.

Pendant la minorité de Charles VIII, le duc d'Orléans, mécontent de ce que les états-généraux avaient confié la régence du royaume à Anne de Beaujeu, se retira auprès du duc de Bretagne, qui se déclara pour lui. La Bretagne ne tarda pas à être envahie par une armée française. Le duc implora l'appui de l'Angleterre et demanda des secours de tous cotés à ses nombreux amis. L'un d'eux, Alain d'Albret, se hâta de rassembler sur la frontière du Périgord et du Limousin, trois ou quatre mille hommes pour secourir le duc de Bretagne, dont il espérait épouser la fille; mais les seigneurs ses voisins, qui avaient embrassé la cause du roi de France, l'assiégèrent dans son château de Nontron; il fut forcé de capituler et de congédier ses troupes (1488).

Alain d'Albret ne renonça pas à son projet de se rendre en Bretagne; il amena plus tard au duc mille chevaux. Ce secours fut inutile; mais pour faire face à toutes ses dépenses, le sire d'Albret démembra plusieurs fiefs de sa baronnie de Nontrou, et vendit cette seigneurie elle-même à Dauphin Pastoureau, par contrat du 10 janvier 1499, et pour la somme de 4,025 livres tournoises; il la racheta deux ans après. Ainsi la maison d'Albret a continué de posséder cette terre jusqu'à Henri IV.

Nontron eut à souffrir des guerres de religion qui ensanglantèrent la province de la Guienne, durant le seizième siècle. En 1569, pendant que l'armée des princes traversait le Périgord et l'Angoumois pour s'avancer sur la Loire, Coligny détacha Antoine de Larochefoucault-Chaumont, avec un bon corps d'infanterie, pour s'emparer de Nontron, place qui appartenait à la reine de Navarre, et gardée seulement par quatre-vingts hommes. Larochefoucault la prit de force et en fit passer la garnison au fil de l'épée.

Sept ans après, les états du Périgord s'assemblèrent dans celte ville, et le 18 octobre 1597, au rapport de Brantôme, on y décida la vieille querelle de préséance entre les quatre hauts barons de la province, qui durent, en vertu de la décision des états, se placer dans l'ordre suivant: Bourdeillet, Biron, Beynac et Mareuil.

Nontron soutint plusieurs siéges; trop faible pour arborer le drapeau de tel ou tel parti, cette ville subissait la loi du vainqueur, suivant les vicissitudes de la guerre, tantôt recevant une garnison protestante, tantôt ouvrant ses portes à une armée catholique. Au temps de la ligue, elle fut prise par le duc d'Epernon.

En 1654, Nontron obtint un arrêt du conseil par lequel le roi lui remit la moitié des impositions auxquelles elle était soumise. Cette faveur fut accordée, dit l'arrêt, aux fidèles Nontronnais pour avoir fourni bon nombre d'hommes vaillans qui contribuèrent puissamment à la prise de Brantôme, de Bourdeilles et autres petites villes des environs.

Lors de son avénement au trône, Henri IV avait cédé la seigneurie de Nontron à Catherine de Bourbon, sa sœur; plus tard, et du consentement de cette princesse, il la vendit à Elie de Collonges, seigneur du Piégut et du Bourdeix. Le comte de Laramière, dernier possesseur de cette terre, en avait vendu le château avec ses dépendances à M. Mazerat, peu de temps avant la révolution. En 1794, la régie des domaines se crut en droit de saisir cette propriété qu'elle supposait domaniale. D'après les lois de l'époque, la question devait se juger par arbitrage, en présence d'un commissaire de l'administration.

M. Mazerat était mort; malgré l'extrême difficulté des temps, et celle de ma position personnelle, dit M. Verneuilh de Puyraseau, je consentis à défendre ses enfans mineurs. Je cherchai donc à établir par d'anciens titres, 1.° que la baronnie de Nontron avait cessé d'appartenir à Henri IV, par l'abandon qu'il en avait fait à sa sœur; 2.° que les domaines particuliers n'avaient été réellement réunis à la couronne que postérieurement à la vente consentie à la maison de Collonges; qu'ainsi la terre vendue n'avait pu être affectée de domanialité par l'édit postérieur de 1607. Pendant cette discussion, le commissaire du district, M. Boyer, garda un louable silence. Il y eut partage entre M. Duchassaing, mon co-arbitre, et moi; et M. l'avocat Feuillade le vida en faveur de ceux qu'on voulait déposséder.

Nontron est bâtie sur la croupe d'un coteau qui s'élève rapidement des bords du Bandiat. Le coup d'œil en est pittoresque et l'aspect de cette petite ville repose agréablement la vue lorsqu'après avoir parcouru le chemin désert, âpre et sauvage que l'on a suivi depuis Brantôme, on découvre enfin Nontron du haut des sommités de Saint-Martial. Le creux vallon du Bandiat, la ceinture verdoyante dont la ville est entourée de ce côté, les accidens de terrain que présente le passage du sol calcaire au sol granitique, prêtent des charmes à cet agreste tableau! mais l'intérieur de la cité efface bientôt les premières impressions: les rues sont inégales et montueuses; on n'y rencontre aucun édifice remarquable. Une seule maison (rue Désarneaux) laisse voir quelques traces de sculptures qui datent de l'époque de la renaissance.

Noutron eut autrefois trois couvens; l'un de bénédictins, l'autre de cordeliers, le troisième de claristes. Les deux derniers n'existent plus depuis la révolution; le premier avait été détruit lors des guerres de religion, et son église qui remontait à une haute antiquité, était devenue l'église paroissiale.

La partie la plus ancienne de Nontron est vers le sud, aux Fauves. C'est un plateau jadis fortifié, très-escarpé de toutes parts, excepté du côté de la ville, dont il est cependant séparé par une profonde coupure en partie naturelle et en partie faite de main d'homme. L'église bâtie en cet endroit et son clocher sont d'une architecture gothique. On y remarque plusieurs détails intéressans qui rendront plus déplorables les dégradations que ce monument a essuyées à différentes époques.

Source : La Guienne historique et monumentale, d'Alexandre Ducourneau.

Posté par ID348347 à 16:21 - Permalien [#]

Géographie historique et communale de la Charente

Commune de St-Laurent-de-Belzagot
Superficie = 967 h. 40 ; Population = 390 habitants.
 
Cette commune s’étend en longueur, au sud de Montmoreau, sur une étendue de huit kilomètres, alors que, dans sa plus grande largeur, elle atteint à peine deux kilomètres.

Elle est limitée à l’est par la Tude, qui la sépare des communes de Saint-Amant, de Juignac et de Bors. Un petit affluent de cette rivière, la Cavronne, vient de la commune de Courgeac et parcourt la commune de l’ouest à l’est.

Au nord, un autre petit ruisselet, la Font-Désirade, répand sa fraîcheur et va rejoindre la Cavronne dans la commune de Courgeac.

Les vallées de ces cours d’eau, principalement celle de la Tude, renferment de bonnes prairies. Le haut plateau qui forme le reste de la commune, est parsemé de bois assez importants.

L’agriculture est assez prospère : néanmoins, comme dans beaucoup d’autres endroits, le manque de bras se fait sentir et, depuis quelques années, les propriétaires ont dû accepter les services de nombreuses familles vendéennes, qui ont affermé une grande partie des terres.

La commune de Saint-Laurent contient quelques propriétés importantes parmi lesquelles nous pouvons citer : Beaulieu et les Barrières, appartenant à M. Gerbaud ; Gratteloube, à M. de Lafaye du Bourgoin ; Champrosé, à Mme Veuve Allard.

Cette dernière propriété mérite une mention particulière. Situé dans le sud de la commune, près de la ligne du chemin de fer, le charmant logis de Champrosé fut acquis, vers 1840, par un homme de bien, dont la famille a toujours été des plus estimées dans notre pays, M. Alexis Gellibert des Seguins, docteur en médecine, qui fut maire d’Angoulême et député de la Charente.

Son gendre, qui était également son neveu et qui portait le même nom, lui succéda comme député d’Angoulême et mourut en 1868, jouissant de l’estime générale et laissant de vifs regrets dans le pays qu’il avait grandement honoré. Il laissait deux enfants, un fils et une fille. Le fils, M. Etienne Gellibert des Seguins, devint également député de la Charente et mourut en 1906, sans laisser de postérité  ; la fille, Mme veuve Allard, qui était l’aînée, vit encore et est toujours propriétaire du domaine de Champrosé.

Une autre famille remarquable de Saint-Laurent était la famille Bourdier-Lanauve, dont le dernier représentant avait fait édifier, à Rochefort, un superbe logis aujourd’hui inhabité, où il est décédé en 1889. Le logis de Rochefort appartient aujourd’hui à Mme de Malet-Roque fort.

La principale voie de communication de la commune est la route de Montmoreau à Chalais (route départementale n° 1 d’Angoulême à La Roche-Chalais) qui parcourt la commune du nord-est au sud-ouest. Le sud de la commune est traversé par la route d’Aubeterre à Blanzac (chemin de grande communication n° 21 d’Aubeterre, à Matha) et le nord est desservi par la route de Montmoreau à Barbezieux (chemin de grande communication n° 31 de Barbezieux à Salles-Lavalette). Deux chemins d’intérêt commun et quelques chemins vicinaux ordinaires complètent ce réseau.
 
Le bourg de Saint-Laurent (141 hab.), à deux kilomètres sud de Montmoreau et à vingt-sept kilomètres de Barbezieux, est construit dans une admirable situation, au sommet d’une colline de cent-dix mètres, dominant la vallée de la Tude et la voie du chemin de de fer. C’était autrefois le siège d’un prieuré dépendant de l’abbaye de Cluny. Ce prieuré ne paraît pas avoir été conventuel. Il a été à peu près complètement ruiné pendant les guerres religieuses du seizième siècle. De sa vaste et belle église il ne reste que de hautes murailles et un magnifique portail ogival. Près de ces ruines a été édifiée l’église actuelle qui ne présente aucune particularité remarquable.

En dehors du bourg, la population est disséminée dans une trentaine de hameaux, dont aucun n’a une grande importance. Parmi les principaux nous pouvons citer : tes Côtes (21 hab.), que l’on peut rattacher à l’agglomération de Montmoreau ; Frésignac (19 hab.), dans le nord de la commune, près de la source de laFont-Désirade ; le Marchais (22 hab.), à la limite de la commune de Montmoreau ; la Côte (15 hab.), où l’on remarque une abondante fontaine qui donne sa fraîcheur à un charmant vallon ; Champrosé (21 hab.) et Gratteloube (8 hab.), dans le sud de la commune ; Chez-Bastard (12 hab.), au sud du bourg ; Beaulieu (16 hab.), où l’on remarque la belle propriété de M. Gerbaud, etc., etc.

Commune de Courgeac
Superficie = 1842 h. 30 ; Population = 392 habitants.
 
La commune de Courgeac est une des plus étendues du canton : elle tient le cinquième rang comme superficie, mais elle ne vient qu’au huitième rang comme population et la densité de cette population est des plus faibles, puisqu’elle atteint à peine le chiffre de vingt-et-un habitants par kilomètre carré.

Un petit affluent de la Tude, la Cavronne, arrose la commune et reçoit lui-même plusieurs petits ruisselets ; mais ces cours d’eau sont fort peu importants.

De grands bois sont répandus un peu partout, principalement dans l’ouest et couvrent une vaste superficie. Aussi l’espace réservé aux différentes cultures est assez restreint.

Cependant les vallons sont assez fertiles et renferment principalement d’excellentes prairies ; un petit vignoble a été également reconstitué.

L’industrie est absolument nulle ; autrefois les ruisseaux faisaient mouvoir quelques moulins, qui sont aujourd’hui complètement arrêtés.

La route de Blanzac à Montmoreau (route départementale n° 10 de Cognac à Ribérac) limite la commune au nord et la route d’Aubeterre à Blanzac (chemin de grande communication n° 21 d’Aubeterre à Matha) lui sert de limite méridionale. La principale voie de communication est la route de Montmoreau à Barbezieux (chemin de grande communication n° 31 de Barbezieux à Salles-Lavalette), qui traverse toute la commune, de l’est à l’ouest. Le réseau routier est complété par plusieurs chemins d’intérêt commun. L’un de ces chemins unit le bourg de Courgeac d’un côté, au bourg de Nonac et de l’autre côté, à l’ancien bourg de Peudry. Un autre unit Courgeac à Saint-Martial. Enfin un troisième dessert le sud de la commune.

Le petit bourg de Courgeac (26 hab.), à cinq kilomètres ouest de Montmoreau et à vingt-quatre kilomètres de Barbezieux, est agréablement situé au sommet d’une colline qui domine de frais vallons.

La plupart des hameaux ne comptent qu’une ou deux maisons. Nous citerons cependant : Valy (38 hab.), au sud du bourg ; Bournet (22 hab.), dans le nord de la commune, où se trouvent les ruines de l’abbaye dont nous parlons plus loin et où l’on voit un joli château moderne ; Chabreville (15 hab.), à la limite de la commune de Saint-Laurent ; Magnac (19 hab.), près de la route de Barbezieux ; la Robinière (15 hab.) ; Chez-Triboire (18 hab.), Chez-Guérinaud (17 hab.), Chez-Châtaigner (25 hab.) et Chez-Tisseraud (16 hab.), dans le sud de la commune, etc., etc.
 
Au nord de la commune, dans un site solitaire, se dressent quelques vieux pans de murailles, seuls restes de l’abbaye de Bournet. Cette abbaye fut fondée, en 1113, par Giraud de Sales, qui la soumit à la règle de Saint-Benoît. Soumise, douze ans plus tard, par l’évêque d’Angoulême, Girard II, avec le concours du seigneur de Montmoreau, à la règle cistercienne, l’abbaye de Bournet revint peu à peu à ses premiers statuts et tous les documents qui la concernent depuis le commencement du quinzième siècle, la montrent comme appartenant à l’ordre de Saint-Benoît. Une bulle du pape Eugène III, confirmée, en 1460, par le pape Pie II, avait rattaché l’abbaye de Bournet directement au Saint-Siège. Cependant, à partir de l’année 1480, ses abbés rendent hommage à l’évêque d’Angoulême. A partir de la domination anglaise et surtout après les guerres religieuses, on la voit complètement soumise à ce prélat.

L’abbaye de Bournet n’eut jamais de revenus bien considérables. Cependant c’est pendant la fin du seizième siècle et la première moitié du dix-septième qu’elle fut le plus malheureuse. En 1565, les protestants la pillèrent, prirent ses biens, brûlèrent ses charte-et renversèrent son église. En 1615, Jacques Goulard, baron de Touvérac et seigneur de La Faye, s’installa dans l’abbaye et substis tua ses serviteurs aux religieux.

Il fallut une sentence les envoyant dans la jouissance de leurs droits (13 novembre 1617), pour que les religieux pussent rentrer dans leur couvent. Ce fut seulement dans la dernière moitié du dix-septième siècle, sous les abbés Jacques de Rochechouart et Guillaume de La Roche, que le monastère fut restauré. Jusqu’à cette époque les quatre religieux, formant la communauté, avaient dû se loger dans une maison particulière prise en location.

Parmi les principaux abbés de Bournet, nous pouvons citer Charles de Bony, qui, nommé évêque d’Angoulême, conserva néanmoins son abbaye jusqu’à sa mort et Jacques de Rochechouart, qui fut en même temps seigneur de Montmoreau.

L’abbaye de Bournet ne compta jamais un grand nombre de moines, et vers le milieu du dix-huitième siècle, l’abbé nommé d’autorité par l’évêque, réunit entre ses mains tous les offices. Cet abbé, Hélie Galliot des Roys était encore en titre en 1791.

Source : Géographie historique et communale de la Charente, de Jules Martin-Buchey.

Posté par ID348347 à 16:06 - Permalien [#]

Vente de Nanthiat

On a dit que Napoléon 1er avait fait l'acquisition de la terre de Nanthiat pour en gratifier l'un de ses lieutenants, le glorieux mutilé de Wagram, notre compatriote Daumesnil.

L'empereur n'a pas acheté cette terre, mais il est très probable qu'il fournit au général les fonds nécessaires pour la payer.

Ce fut le 20 mai 1812 que, devant son compatriote Me Fournier-Vemeuil, notaire à Paris, Mme veuve de Bonneval et son fils vendirent à Daumesnil la terre de Nanthiat.

II ne la garda pas longtemps, car, après dix mois de possession, nous le trouvons à Nontron signant, devant Me GroIhier, notaire de cette ville, la revente de la propriété qu'il devait à la munificence impériale.

Le contrat en fut passé le 12 décembre 1813. Nous y lisons que M. Pierre Daumesnil, baron de l'Empire, général de brigade, commandeur de la Légion-d'Honneur, chevalier de la Couronne de fer et gouverneur du château impérial de Vincennes, vend à Mme Marguerite Pautier de Labreuille, veuve de M. Jean de Labrousse du Bosfrand, ancien magistrat, demeurant à Nontron, moyennant un prix de 120,000 francs la terre de Nanthiat, située au lieu du môme nom et communes circonvoisines, écuries, étables, volières, cour, jardin, pigeonnier, terres, vignes, bois, moulin dit de Madame, étang, pressoir à huile, dix domaines ou métairies, meubles et objets ornant et décorant le château.

Mme Anne-Fortunée-Léonie Garat, épouse du baron Daumesnil, n'ayant pas concouru à la vente, il fut procédé à la purge de son hypothèque légale.

Les descendants de Mme du Bosfrand détiennent encore aujourd'hui l'ancienne seigneurie des Jaubert.

(Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1874)

Posté par ID348347 à 14:59 - - Permalien [#]