Pastoureau de Labesse, avec Généalogie Charente Périgord
D'azur à 1 mouton d'argent passant.

Filiations suivies

§ I. Branche de Nontron.

I. — Thibaud Pastoureau, sieur de La Grange, notaire, marié avec Marguerite de Labrousse, fille de Guy de Labrousse, marchand de la ville de Nontron, et Jeannette de Maillard, d'où : 1° Pierre Pastoureau, qui suit ; 2° Charles Pastoureau, qui forma la branche de Saint-Pardoux-la-Rivière ; 3° Honorette Pastoureau, mariée avec Étienne Forien, sieur des Salles ; 4° Florence Pastoureau, mariée avec Annet de Pindray, sieur de La Neulie.

II. — Pierre Pastoureau, sieur de La Grange, marié avec Florence de La Croix, fille de Jean de La Croix, sieur de Mitounias, et Catherine d'Amblard, d'où : 1° François Pastoureau, qui suit ; 2° Honorette Pastoureau, mariée d'après acte du 17 janvier 1617, avec François Texier, docteur en médecine.

III. — François Pastoureau, bourgeois, marié d'après acte du 29 novembre 1626, avec Bertrande de Labrousse, fille de Hélie de Labrousse, sieur des Chapoulies, et Jeanne de Camain, d'où : 1° Étienne Pastoureau, qui suit ; 2° François Pastoureau, sieur de La Serve ; 3° Antoinette Pastoureau, mariée d'après acte du 25 juillet 1653, avec Jean du Barry, procureur au siège présidial de Périgueux.

IV. — Étienne Pastoureau, sieur du Coutiran, marié d'après acte du 3 novembre 1695, avec Sybille des Ages, fille de Jean des Ages, bourgeois, et Suzanne Bonnin, d'où : 1° Hélie Pastoureau, qui suit ; 2° François Pastoureau, juge de Saint-Martial-de-Valette, marié avec Marie de Labrousse, d'où François Pastoureau, sieur du Coutiran ; 3° François Pastoureau, contrôleur ordinaire des guerres, marié avec Marie Pourteyron, d'où Charles-Armand-François Pastoureau, contrôleur ordinaire des guerres.

V. — Hélie Pastoureau, né en 1702, décédé en 1776, sieur de Labesse, marié d'après acte du 28 février 1741, avec Anne Reynier, fille de Jacques Reynier, sieur des Martinies, et Françoise Chambon, d'où : 1° Pierre Pastoureau-Labesse, qui suit ; 2° Pierre Pastoureau, prêtre ; 3° Sybille Pastoureau, mariée d'après acte du 12 juin 1770, avec Jean-Baptiste de Lapeyre, propriétaire, maire de Saint-Germain-de-Montbron.

VI. — Pierre Pastoureau-Labesse, né en 1750, décédé en 1831, juge de paix, maire de Nontron, marié d'après acte du 16 juin 1772, avec Marguerite Marcillaud du Genest, fille de Joseph Marcillaud, sieur du Genest, et Anne Pabot, d'où : 1° Coutiran Pastoureau-Labesse, qui suit ; 2° Jean-Baptiste-Marie Pastoureau-Labesse, né en 1780, décédé en 1839, colonel, officier de la Légion d'honneur ; 3° Justine Pastoureau-Labesse, mariée d'après acte du 5 décembre 1807, avec Jean-Bonaventure-Henri Marcillaud de Goursac, propriétaire ; 4° Marguerite Pastoureau-Labesse, mariée d'après acte du 14 juin 1795, avec Aubin Debord de La Morinie, propriétaire ; 5° Agathe Pastoureau-Labesse, mariée d'après acte du 7 mai 1794, avec Jean-Baptiste Forien-Desplaces, procureur du roi.

VII. — Coutiran Pastoureau-Labesse, né en 1779, décédé en 1850, propriétaire, marié d'après acte du 19 avril 1813, avec Marguerite Labrousse-Duboffrand, fille de Jean Labrousse-Duboffrand, propriétaire, capitaine de la garde nationale, et Marguerite Pautier de La Breuille, d'où : 1° Jean-Baptiste Pastoureau-Labesse, qui suit ; 2° Marguerite Pastoureau-Labesse, mariée d'après acte du 16 mars 1840, avec Pierre Vallade, officier de marine ; 3° Ida Pastoureau-Labesse, mariée d'après acte du 24 février 1851, avec Jean Texier, notaire.

VIII. — Jean-Baptiste Pastoureau-Labesse, né en 1818, décédé en 1895, ingénieur, chevalier de la Légion d'honneur, marié d'après acte du 25 octobre 1847, avec Henriette Perrier, fille de Anthony Perrier, consul du Royaume-Uni à Brest, et Jacqueline Penel, d'où : 1° André-William-Paul Pastoureau-Labesse, né en 1850, décédé en 1916, colonel, commandeur de la Légion d'honneur ; 2° Antoinette Pastoureau-Labesse, mariée avec Édouard Balcam, d'où Ernest-Édouard Balcam, médecin, chevalier de la Légion d'honneur ; 3° Marguerite-Louise Pastoureau-Labesse, mariée avec Abel Chabal, architecte, d'où Gaston-Charles Chabal, architecte, chevalier de la Légion d'honneur ; 4° Ida Pastoureau-Labesse, mariée avec Paul Brémaud, médecin, chevalier de la Légion d'honneur.

§ II. — Branche de Saint-Pardoux-la-Rivière.

I. — Charles Pastoureau, sieur du Tallet, marié avec Marguerite Cholet, fille de Jean Cholet, docteur en médecine, et Bertrande de Labrousse, d'où : 1° Dauphin Pastoureau, qui suit ; 2° François Pastoureau, sieur de Goulières, avocat à Périgueux ; 3° Jean Pastoureau, sieur de La Vergne ; 4° Marie Pastoureau, mariée avec Jean Phelip, sieur des Olliers ; 5° Bertrande Pastoureau, mariée avec Thibaud Forien, juge de Nontron.

II. — Dauphin Pastoureau, capitaine de la ville de Nontron, marié avec Zélie Dohet, d'où : 1° Jean Pastoureau, qui suit ; 2° Thibaud Pastoureau, sieur de La Pradelle ; 3° Jeanne Pastoureau, mariée d'après acte du 31 août 1688, avec Laurent de Larret, sieur de La Dorie.

III. — Jean Pastoureau, sieur de La Grange, marié d'après acte du 4 août 1695, avec Françoise Feuillade, d'où : 1° Laurent Pastoureau, qui suit ; 2° Jean Pastoureau, sieur de Magnac.

IV. — Laurent Pastoureau, sieur de Lannet, marié avec Marguerite Marvaud, d'où : 1° Jean Pastoureau, qui suit ; 2° Jean Pastoureau, sieur de Lannet ; 3° Jean Pastoureau, bourgeois ; 4° Françoise Pastoureau, mariée d'après acte du 10 septembre 1752, avec Joseph Resnier, sieur de Beaubrun.

V. — Jean Pastoureau, sieur de Lannet, marié d'après acte du 7 juillet 1750, avec Françoise Versavaud, d'où Jean Pastoureau-Lannet, qui suit.

VI. — Jean Pastoureau-Lannet, né en 1751, décédé en 1822, marié d'après acte du 29 août 1795, avec Marie Lacotte, d'où : 1° Catherine Pastoureau-Lannet, mariée d'après acte du 14 avril 1833, avec Pierre-Jules de Las Escuras, propriétaire ; 2° Catherine Pastoureau-Lannet, mariée d'après acte du 10 août 1831, avec Martial Pastoureau, propriétaire, d'où Henri Pastoureau, né en 1840, décédé en 1900, capitaine d'infanterie, maire de Toulon, officier de la Légion d'honneur.

§ III. — Branche non reliée.

I. — Pierre Pastoureau, maître-cordonnier, marié avec Penelle Merlanjon, d'où : 1° Léonard Pastoureau, qui suit ; 2° François Pastoureau, notaire royal ; 3° Marie Pastoureau, mariée avec Antoine de La Mazière, maître-chapelier.

II. — Léonard Pastoureau, né en 1648, décédé en 1693, docteur en médecine, marié avec Marguerite Mestayer, fille de Jean Mestayer, notaire royal, et Anne Laud, d'où Antoine Pastoureau, qui suit.

III. — Antoine Pastoureau, né en 1680, décédé en 1759, docteur en médecine, marié d'après acte du 13 août 1701, avec Pétronille Bonnamour, d'où : 1° Jean Pastoureau, qui suit ; 2° Pierre Pastoureau, docteur en théologie ; 3° Madeleine Pastoureau, mariée d'après du 11 novembre 1738, avec François Jalanihat, bourgeois ; 4° Marie Pastoureau, mariée d'après acte du 8 novembre 1735, avec Antoine Grolhier, notaire royal.

IV. — Jean Pastoureau, né en 1719, décédé en 1766, marié d'après acte du 21 novembre 1741, avec Anne Marchapt, fille de Joseph Marchapt, sieur de La Pradelle, et Anne Boyer, d'où : 1° Guillaume Pastoureau, qui suit ; 2° Guillaume Pastoureau, prêtre ; 3° Marie Pastoureau, mariée d'après acte du 30 avril 1771, avec Geoffroy Boyer, né en 1746, décédé en 1833, négociant, sous-préfet de Nontron, député de la Dordogne.

V. — Guillaume Pastoureau, né en 1752, décédé en 1795, docteur en médecine, maire de Nontron, marié d'après acte du 24 novembre 1772, avec Marie Marchapt, fille de Guillaume Marchapt, marchand de la ville de Nontron, et Marie Boudaud, d'où : 1° Jean-Baptiste-Guillaume Pastoureau, notaire, marié d'après acte du 22 mai 1813, avec Marguerite Feuillade, d'où Pierre-Guillaume Pastoureau, propriétaire ; 2° Marie Pastoureau, mariée d'après acte du 22 janvier 1798, avec Jacques Vallade, propriétaire ; 3° Anne Pastoureau, mariée d'après acte du 18 mai 1794, avec Pierre-Martin Grolhier-Desbrousses, procureur de la république, maire de Nontron.

§ IV. — Branche non reliée.

I. — Dauphin Pastoureau, baron de Nontron, maître de forges, marié avec Marion Pastoureau, d'où : 1° Françoise Pastoureau, mariée avec Balthazar Douhet, marchand de Limoges, d'où Marie Douhet, mariée avec Joseph de La Chassaigne, président au parlement de Bordeaux, d'où Françoise de La Chassaigne, mariée avec Michel de Montaigne, philosophe et maire de Bordeaux ; 2° Marguerite Pastoureau, mariée avec Pierre de La Place, échevin et maire d'Angoulême, d'où Pierre de La Place, philosophe et président à la cour des aides de Paris, marié avec Radegonde Luillier, d'où Élie de La Place, ambassadeur à la cour de Hollande ; 3° Marie Pastoureau, mariée avec Jean de Marcillac, secrétaire d'État, d'où François de Marcillac, président au parlement de Rouen et ambassadeur à la cour de Gênes, marié avec Marthe de Selve, d'où Jean de Marcillac, ambassadeur à la cour de Venise ; 4° Jeanne Pastoureau, mariée avec Barthélémy Texier, conseiller au parlement de Bordeaux, d'où François Texier, écuyer, seigneur de Javerlhac.

Archives départementales

1487. — Vente par les procureurs du roi et de la reine de Navarre à Dauphin Pastoureau, marchand de Nontron, du repaire de Brioude, sis dans la paroisse de St-Étienne-Le-Droux.

Bibliothèque généalogique

• Joseph Durieux, La Dordogne militaire, 1920.

À Friedland, l'artillerie du VIe Corps se battit avec un acharnement incroyable. « Jamais les dangers ne furent plus marqués, rapporte le général Seroux ; le champ de bataille, si étroit, était criblé de balles, d'obus, de boulets et de mitraille, tous nos coups avaient été portés, l'artillerie s'est couverte de gloire. » Le lieutenant Pastoureau de Labesse (Jean-Baptiste-Marie), du 1er régiment d'artillerie à pied, fut blessé dans la bataille et eut son cheval tué sous lui. Il reçut pour sa vaillance la décoration de la Légion d'honneur. Né a Nontron en 1780, il était sorti des écoles polytechnique et de Metz. Lieutenant en 1803, capitaine en 1809, chef d'escadron en 1813, il fut promu lieutenant-colonel et chevalier de l'Ordre de Saint-Louis en 1815. Pendant les guerres d'Espagne, il se distingua à Talaveyra, Almonacid où il eut un second cheval tué sous lui, à Ocaña et à Vitoria. Il mourut en 1839, officier de la Légion d'honneur.

• Achille Luchaire, Alain le Grand, sire d'Albret, 1877.

Toujours gêné, malgré ses emprunts, le sire d'Albret en est réduit à engager ou même à vendre ses terres et ses baronnies. Il ne se passe presque pas d'année où le domaine d'Albret ne subisse quelque aliénation considérable, nécessité fâcheuse pour l'autorité seigneuriale qui, réduite et diminuée insensiblement au profit des acheteurs, roturiers en quête de biens nobles, risquait d'etre anéantie tout à fait. On voit, par exemple, le riche marchand Dauphin Pastoureau acheter du sire d'Albret presque toute la châtellenie de Nontron, sans compter beaucoup d'autres terres éparses dans le Limousin.

• Marc Chassaing, Milhac-de-Nontron, 1962.

Cette page mérite une brève analyse. Elle est en effet très révélatrice de la mentalité des Milhacois et de leurs élus à cette époque. Laurent Pastoureau, propriétaire de Magnac, dont il prend le nom, est certainement un homme de rare mérite, une grande intelligence, un grand cœur et un solide chrétien. Plus clairvoyant et plus pondéré, moins émotif que notre Modenel. Le 13 octobre, c'est lui qui était maire, au moment de la signature du serment par les deux prêtres de la paroisse. Nous avons vu comment il s'abstint de tremper dans cette affaire.

• Louis Fiaux, La Prostitution réglementée et les pouvoirs publics dans les principaux États des deux mondes, 1902.

Le 1er septembre 1897, à 7 heures du soir, après avoir présidé la séance du Conseil municipal, le maire de Toulon, M. Henri Pastoureau, chef de bataillon en retraite, officier de la Légion d'honneur, sortait de l'Hôtel de Ville, accompagné de quelques collègues : à peine ceux-ci avaient-ils pris congé qu'un individu, stationnant sur le trottoir opposé, franchissait rapidement la chaussée et se précipitait sur M. Pastoureau, puis, tirant de son vêtement un long couteau-poignard, l'en frappait à coups redoublés au ventre.

• Annales des mines, ou recueil de mémoires sur l'exploitation des mines et sur les sciences et les arts qui s'y rapportent, 1830.

Ordonnance du 3 février 1830. Il est fait aux sieurs Delanoue fils, Lescure, Pastoureau-Labesse et Labrousse-Duboffrand, sous le nom de concession des Fourneaux, concession de la mine de manganèse existant dans la commune de Nontron, département de la Dordogne. Cette concession, d'une étendue superficielle de trente-cinq hectares quatre-vingt-quatre ares quarante-sept mètres carrés, est limitée, conformément au plan annexé à la présente ordonnance.


Liens web

- Pastoureau de Labesse, un artilleur de Friedland.

- Henri Pastoureau et son mandat de maire de Toulon.