Armand-Joseph du Lau, chev., sgr de Chambon, Bourzac, Sintrac et (du chef de sa femme) de Cellettes, appelé le marquis du Lau de (du) Chambon ; né et ondoyé à Eymouthiers (château du Chambon) en Périgord, le 22 juillet 1733, mort à Paris l'an 1818, à 85 ans ; capitaine au régt de Normandie, infanterie ; chev. de St-Louis en 1761 ; lieutenant-colonel du même régt en 1776, brigadier des armées le 1er mars 1780, mestre de camp du régt provincial d'État-Major de Lyon, maréchal des camps et armées du Roi en 1784 ; épousa : a) étant lieutenant au régt de Normandie, à Célettes le 4 (14) déc. 1754, Marie-Madeleine-Marguehite-Suzanne-Charlotte de Lesmerie, delle d'Eschoisy, dame de Cellettes (paroisse et actuellement commune du canton de Mansle, arrdt de Ruffec, Charente), en Angoumois, morte le 7 avril 1767 ; fille de Jean-Jacques de Lesmerie, chev., comte puis sgr marquis d'Eschoisy, sgr de Luxé, Juillé, Vandé, Fontenille, Champron, Cursan, Le Bois-Chapelan, etc., en Angoumois, lieutenant de Roy commandant la en province d'Angoumois, chev. de St-Louis, — et de Françoise-Suzanne-Louise de Vandée (mariés fin novembre 1729) ; b) l'an 1770, Augustine-Jeanne Lhoste de Beaulieu, présentée à S. M. à Versailles sous la qualification de « la marquise Dulau du Chambon » au mois de septembre 1777 (Gazette du 20) ; sœur du vicomte de Versigny (père de la marquise de Junquières), de Mmes Berthelot de Versigny et Durant de Bellenglise ; fille de Marie-Antoine-Léonor L'Hoste, éc, sgr de Beaulieu, maître des comptes à Paris le 20 mai 1756, — et de Jeanne-Marguerite Le Cointe.

Il eut : du premier lit :

1. Jean-Jacques, né le 26 août 1755, sous-lieutenant au régt de Normandie, infanterie, en 1779 ; mort sans postérité.

2. Claudine-Césarine-Marie, née à Eymoutiers-Ferrier (Charente), diocèse de Limoges, le 28 sept. 1756 ; reçue, sur preuves du 12 sept. 1769, au nombre des 250 demoiselles que S. M. fait élever en la Maison royale de St-Louis, établie à Saint-Cyr, grand parc de Versailles ; — dont elle eut billet de sortie le 16 juillet 1776, et dot le 2 juin 1778 ; présentée à L. M. le 21 août 1785 (Gazette du 26) ; — son portrait existe chez son arrière-petit-fils le comte Olivier d'Elva ; — épousa, p. c, signé de L. M. à Versailles le 2 juin 1782 (Gazette du 21) Jean-Baptiste d'Aliney, comte d'Elva (au diocèse de Saluces-Comte, en Savoie, 1620), seigneur piémontais établi en France à la suite de Marianne-Victoire, princesse de Savoie-Carignan ; ci-devant colonel à la suite du régt Royal-Italien, blessé au siège de Mahon (Gazette du 29 mai 1756), maréchal des camps et années du Roi, chev. de St-Louis, commandant à St-Domingue et à la Martinique ; dont postérité. Il était veuf, sans postérité, de Marie, comtesse des Nos de La Feuillée, veuve elle-même, en premières noces, le 27 avril 1754, de son cousin Gilles-Marie, comte des Nos de Champmeslin, capitaine des vaisseaux du Roi, chev. de St-Louis, épousé en 1742, — et en secondes noces, sans postérité, avant 1773, de Jacques-François-Alexandre Dyel du Parquet, chev., marquis de Marcilly-sur-Eure, major au régt des gardes-françaises, chev. de St-Louis, né vers 1722.

3. Jean-Joseph-Philippe-Jacques, né le 11 sept. 1757, mort jeune.

4. François-Armand, né le 20 juillet 1758, mort à Paris (St-Sulpice) le 30 déc. 1788, à 30 ans.

5. Jean-Armand-François, né le 31 août 1759, mort jeune.

6. Jean, né le 6 février 1762, mort jeune.

7. Jean-Henri-Gaston, né le 17 juillet 1764 ; fit ses preuves pour le service le 18 sept. 1871 ; officier de cavalerie.

8. Jean-Gaston-Joseph, né et mort en 1766.

Du second lit :

9. Antoine-Charles, né à Paris (St-Sulpice) le 27 mai 1771.

10. Adélaïde-Jeanne, née en 1772, chanoinesse et comtesse du chapitre noble de Coyze-en-L'Argentière, en Forez.

11. Adélaïde-Anne-Philippine, née en 1774, aussi chanoinesse de L'Argentière ; mariée en 1796 à Jean, vicomte du Lau de Célettes, rapporté plus bas.

12. Antoinette-Jeanne-Pauline, née à Paris (St-Sulpice) le 25 nov. 1776 ; — présumée la même que Mme du Lau de La Trille, chanoinesse de l'ordre de Malte en l'abbaye de St-Antoine de Viennois (1789).

13. Et Agathe-Émilie, née à Paris (St-Sulpice) le 20 déc. 1779 (1774), chanoinesse de L'Argentière (1789).

Source : Henry de Woelmont.