On a dit que Napoléon 1er avait fait l'acquisition de la terre de Nanthiat pour en gratifier l'un de ses lieutenants, le glorieux mutilé de Wagram, notre compatriote Daumesnil.

L'empereur n'a pas acheté cette terre, mais il est très probable qu'il fournit au général les fonds nécessaires pour la payer.

Ce fut le 20 mai 1812 que, devant son compatriote Me Fournier-Vemeuil, notaire à Paris, Mme veuve de Bonneval et son fils vendirent à Daumesnil la terre de Nanthiat.

II ne la garda pas longtemps, car, après dix mois de possession, nous le trouvons à Nontron signant, devant Me GroIhier, notaire de cette ville, la revente de la propriété qu'il devait à la munificence impériale.

Le contrat en fut passé le 12 décembre 1813. Nous y lisons que M. Pierre Daumesnil, baron de l'Empire, général de brigade, commandeur de la Légion-d'Honneur, chevalier de la Couronne de fer et gouverneur du château impérial de Vincennes, vend à Mme Marguerite Pautier de Labreuille, veuve de M. Jean de Labrousse du Bosfrand, ancien magistrat, demeurant à Nontron, moyennant un prix de 120,000 francs la terre de Nanthiat, située au lieu du môme nom et communes circonvoisines, écuries, étables, volières, cour, jardin, pigeonnier, terres, vignes, bois, moulin dit de Madame, étang, pressoir à huile, dix domaines ou métairies, meubles et objets ornant et décorant le château.

Mme Anne-Fortunée-Léonie Garat, épouse du baron Daumesnil, n'ayant pas concouru à la vente, il fut procédé à la purge de son hypothèque légale.

Les descendants de Mme du Bosfrand détiennent encore aujourd'hui l'ancienne seigneurie des Jaubert.

(Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1874)