Fief de Saint-Ciers, paroisse dudit lieu. A hommage et sans achaptement.

Possesseurs, en 1409 : Guillaume de Romagne, demeurant à Saint-Ciers;

En 1530 : Pierre de Romagne, fils de feu Bernon de Romagne, vivant seigneur de La Cour et hôtel noble de Saint-Ciers;

En 1560 : Aimard de Romagne, écuyer, demeurant à Saint-Ciers, fils et héritier de Pierre de Romagne;

En 1685 : Me Roch Benoît, conseiller du Roi, juge-magistrat en la sénéchaussée et siège présidial d'Angoumois.

Les dénombrements de 1560 et 1685 mentionnent avec l'hommage lige et serment de féauté, l'achaptement d’une paire de gants blancs ou deux sols à faire et payer à muance de seigneur et de vassal.

Par contrat du 31 juillet 1739, passé devant Filhon et son confrère, notaires à Angoulême, M. Me Jean Gervais, écuyer, seigneur de Lussaud et de Devezeau, conseiller du Roi et lieutenant criminel en la sénéchaussée et siége présidial d’Angoumois, vendit à Jacques Salomon, écuyer, conseiller secrétaire du Roi, Maison et Couronne de France près le Parlement de Bordeaux, seigneur du Châtenet et autres lieux;

Le fief et seigneurie de Saint-Ciers, paroisse dudit lieu, châtellenie de La Rochefoucauld, en Angoumois, consistant en cens, rentes seigneuriales, droits de prélation, ventes et honneurs, agriers, biens, maisons, bâtiments, jardins tant anciens que de nouvelle construction, orangers, prés, bois, vignes, terres labourables et non labourables, droits honorifiques, droit de chapelle et de banc dans l'église de Saint-Ciers, et droits d'échange dans toute ladite paroisse, eaux et pêcheries sur les rivières de Bonnieure et de Tardoire, rentes secondes si aucunes sont, et tous les domaines roturiers appartenant à ladite seigneurie et droits de chasse, etc., moyennant la somme de 32,000 livres.

(Revue nobiliaire héraldique et biographique, Dumoulin, 1865)